MEDIATOR : DEBAT AVEC IRENE FRACHON AU GAPSE LE 26 JANVIER

mardi 18 janvier 2011
popularité : 6%

Depuis des années, nos amis du GAPSE (Groupe d’Analyse et de Perception des Pouvoirs Sociaux et Economiques) s’attache à mettre en perspective les évolutions des jeux de pouvoirs au sein de notre société : quels sont les mécanismes à l’œuvre ? Comment se traduisent-ils concrètement ? Quelles en sont les retombées sur le fonctionnement de notre société et sur notre vie quotidienne ? (voir le site du GAPSE : www.gapse.org)

Le cas du Médiator, pour une fois largement diffusé par les médias, constitue malheureusement une illustration spectaculaire des dérives que nous avons identifiées. Irène Frachon, médecin au CHU de Brest, s’est faite le porte-parole des inquiétudes de ses collègues quant aux effets du Médiator. Son livre, intitulé à l’origine « Médiator 150 mg, Combien de morts ? », montre comment une démarche d’intérêt général peut se heurter à des résistances, non seulement de la part des groupes de pression concernés, mais des instances chargées, en principe de veiller au bien commun. Malgré les sollicitations multiples dont elle est aujourd’hui l’objet, elle a bien voulu nous apporter, en direct, son témoignage sur cette affaire. Le GAPSE est heureux de vous convier à la présentation de son livre "Médiator 150 mg, Sous-titre censuré" (Editions dialogues.fr)

Le mercredi 26 janvier 2011 à 19 h 15

L’ACET prêtera ses locaux pour cette séance, 10 cité d’Angoulême 75011 Paris, 2ème étage bat gauche

Le nombre de places étant limité, il est conseillé de réserver auprès de Colette Abramé ou Fabrina Charruyer au 01 48 07 27 87

Pour celles et ceux qui le souhaitent, la soirée sera poursuivie lors d’un buffet (participation aux frais 10€)

Nous présentons ci-dessous, la quatrième de couverture du livre d’Irène Frachon :

« Le 25 novembre 2009, l’Agence Française de sécurité sanitaire des produits de santé - Afssaps - annonce la suspension de l’autorisation de mise sur le marché d’un médicament. Il s’agit du Mediator, commercialisé depuis plus de trente ans par le laboratoire Servier, alors consommé quotidiennement par près de 300000 Français. Cette décision fait suite à la révélation d’une toxicité grave directement liée au médicament : une atteinte des valves du cœur, aux conséquences parfois mortelles. Les premiers éléments laissant suspecter la possibilité d’une telle toxicité remontent à 1997, date à laquelle un médicament proche et commercialisé par le même laboratoire, le coupe-faim Isoméride, est interdit pour les mêmes raisons. Médecin, j’ai été pendant vingt ans témoin puis acteur de cet épisode dramatique. La transparence est une condition de la qualité de la politique de santé des populations. C’est pourquoi je témoigne dans ce livre de ce que j’ai vécu, de la manière la plus factuelle possible. Mon objectif est de permettre à chacun de comprendre comment sont prises certaines décisions de santé publique en France et de contribuer ainsi au débat public, constitutif de l’exercice de la démocratie. »


Commentaires

Logo de Marc
samedi 29 janvier 2011 à 00h36 - par  Marc

Bonjour,
ce livre explique t’il pourquoi un médicament destiné aux diabétiques était il prescrit (... et remboursé) à des patients non-diabétique dans un but de coupe faim. Par des médecins qui au passant devraient connaitre les effets collatéraux des amphétamines et dérivés d’amphétamines.
Party poker
PKR poker
PokerStars
PokerXtrem

PMU poker
Sajoo poker
Titan poker
Winamax poker

Brèves

22 septembre 2011 - Manifeste contre le dépouillement de l’école

A lire voire signer sur http://ecole.depouillee.free.fr Nous, collectif contre le (...)

20 avril 2010 - NON AUX RETOURS FORCES VERS L’AFGHANISTAN

A la suite du démantèlement du camp principal de Calais, le 22 septembre dernier, où résidaient (...)

31 juillet 2009 - PETITION POUR L’HOPITAL PUBLIC, A SIGNER ET FAIRE SIGNER

la pétition de défense de l’hôpital public, à faire signer au plus grand nombre possible (...)