LA REPRODUCTION DU BONHEUR

Par Anonyme, transmis par Yann Fiévet
mercredi 28 décembre 2011
popularité : 15%

Un jour de Mai 2012, un vieux Monsieur est assis sur un banc en face de la grille du Coq du Palais de l’Élysée. Au bout d’une heure, il se lève et s’approche du Garde Républicain : « Bonjour monsieur, j’aimerais visiter l’Élysée et rencontrer le Président Nicolas Sarkozy ». Le Garde Républicain lui répond : « Monsieur Sarkozy n’est plus président et il n’habite plus ici. Le vieux Monsieur s’en va sans dire un mot.....

Le lendemain le vieux Monsieur est de nouveau assis sur son banc. Au bout d’une heure, il se lève, va voir le Garde Républicain et lui dit : « Je veux visiter l’Elysée et rencontrer le Président Nicolas Sarkozy ». Le garde lui dit : « Monsieur Sarkozy n’est plus président et il n’habite plus ici ». Le vieux Monsieur s’en va sans dire un mot.....

Le troisième jour, le vieux Monsieur est assis sur le même banc et fixe longuement l’Élysée. Il se lève enfin, va voir le Garde Républicain et lui dit à nouveau : « J’aimerais visiter l’Élysée et rencontrer le Président Nicolas Sarkozy ». Le pauvre Garde Républicain est très embêté. « Monsieur, cela fait 3 jours que vous demandez à rencontrer Monsieur Sarkozy et ça fait 3 jours que je vous dis que Monsieur Sarkozy n’est plus président et qu’il n’habite plus ici..... Est-ce qu’il y a quelque chose que vous ne comprenez pas ? » « Non, Non... dit le vieux Monsieur, c’est juste que ça me fait tellement plaisir de l’entendre dire. Alors le Garde Républicain se met au garde-à-vous, le salue et lui dit : « A demain, Monsieur ».


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique

Brèves

27 octobre 2014 - Travail le dimanche (communiqué transmis par J.R. Simon)

Le Premier Secrétaire du PS précise que les ministres ne sont toujours pas autorisés à raconter (...)

17 janvier 2010 - BREVE DE TROTTOIR

“Je crois au travail et je crois à la famille", a déclaré Nicolas Sarkozy à Cholet, le 6 (...)

29 mai 2009 - ATTENTION DANGER !

Depuis Santiago du Chili, Jean-Michel Hureau, notre correspondant permanent pour (...)