LA BLAGUE DE NEIL ARMSTRONG

lundi 17 septembre 2012
par  Elie Arié
popularité : 1%

Tout le monde connaît la célèbre phrase prononcée par Neil Armstrong lorsqu’il mit le pied sur la lune le 21 juillet 1969 : " C’est un petit pas pour l’Homme, mais un bond de géant pour l’Humanité ". Mais il en existe une autre, bien moins connue, qu’il prononça en revenant dans le module : " Good luck mister Corski ". De retour sur terre, on lui demanda maintes fois le pourquoi de cette phrase, en particulier la CIA (on était en pleine guerre froide, et Corski était un nom à consonance russe) ; mais Armstrong refusa toujours de s’expliquer, se contentant simplement de sourire chaque fois qu’on lui posait la question.

En 1995 à Tampa Bay (Floride), un reporter ramena cette question vieille de 26 ans ; et, à la surprise générale, Armstrong annonça qu’ayant appris que le mystérieux Monsieur Corski était décédé la semaine précédente, il se sentait maintenant le droit d’expliquer la phrase énigmatique. Il raconta alors qu’à l’âge de douze ans, il jouait au baseball avec un ami dans son jardin, et qu’allant chercher la balle qui était tombée sous la fenêtre de ses voisins, les Corski, il entendit Madame Corski dire à son mari : " Oral sex ! You want oral sex ? You’ll get oral sex when the kid next door walks on the moon ! ". (« Tu veux une pipe ? Tu auras une pipe lorsque le gamin d’à-côté marchera sur la lune ! »).

Histoire évidemment inventée par Armstrong, ce qui ne rend que plus sympathique le personnage, capable d’avoir gardé le sens de l’humour dans des circonstances si exceptionnelles où bien d’autres l’auraient perdu, et imaginé une blague dont il a eu la patience de différer la chute d’un quart de siècle.


Commentaires

Brèves

27 octobre 2014 - Travail le dimanche (communiqué transmis par J.R. Simon)

Le Premier Secrétaire du PS précise que les ministres ne sont toujours pas autorisés à raconter (...)

17 janvier 2010 - BREVE DE TROTTOIR

“Je crois au travail et je crois à la famille", a déclaré Nicolas Sarkozy à Cholet, le 6 (...)

29 mai 2009 - ATTENTION DANGER !

Depuis Santiago du Chili, Jean-Michel Hureau, notre correspondant permanent pour (...)