LA TRANSFORMATION DE L’ECOLE : UNE QUESTION METAPHYSIQUE

mardi 16 octobre 2012
par  Jacques Broda
popularité : 3%

Marseille, 1er Septembre 2012, Friche de la Belle-de-Mai, un jeune rappeur déclame : " Fils du néant ". L’être et le néant. L’ontologie (intelligence de l’être) interroge l’être, l’existant. Comment peut-on être issu du néant ? Cette fracture, rupture existentielle, dans le réel de l’école brise tous les codes, les repères. Le marché tout puissant ne peut résoudre la question métaphysique de la transcendance de l’élève : être au-delà de l’être. Abordé, évalué, estimé, criblé à l’aune de ses capacités cognitives, attentives, l’élève passe à côté de lui-même. L’existence, l’immanence, la présence contrainte, évitent la question de la transcendance éthique. Or elle ne peut être que dans un au-delà de l’être : être pour autrui, fût-ce lui-même. La folie quantitative écrase toutes les potentialités autres, invisibles, sous-jacentes, métaphysiques, au sens de réalité in-ouïe. Dictature de l’être au profit du profit, dictature de l’être-fini au mépris de l’in-fini.

La métaphysique précède l’ontologie.

J’interpelle le " fils du néant ", là où il s’ignore vecteur de transcendance et d’immémorial, pour peu que l’école vienne à lui enseigner, ou plutôt à lui transmettre le possible débordement-dépassement du sujet de la culture, en deçà de la morale, vers l’(a maternité) éthique.

L’apprentissage est rapport à l’altérité, et non altération du rapport à (l’estime de) soi. Encore faut-il reconnaître la légitimité et la valeur des valeurs des cultures autres, populaires. Encore faut-il briser la honte, le complexe, le retrait du sujet à lui-même, pensé dit-on non conforme aux ’valeurs’ et aux signes du modèle capitaliste dominant. ’Valeurs’ qui heurtent de plein fouet la question métaphysique du sens de la vie, dans une réponse inadaptée. Nous dirons alors : ’cet enfant est inadapté’. Inadapté à la norme de l’être-pour-l’objet, l’être-pour-l’au-delà-de-l’être se casse. En mille morceaux.

Quelles solutions ? La généralisation d’ateliers de créations sur un temps long d’élaborations. Les élèves sont vifs, attentifs, créatifs, inventifs. Vont très loin, très vite, mais l’atelier se construit sur la durée. De la sixième à la troisième un même groupe. Les enfants dessinent une œuvre dont ils sont les chefs. Le faire, l’agir, le toucher, le bouger, le chanter, le danser, le créer rétro-actent le geste en le sujet et le groupe devenu collectif. La création est appren-tissage solidaire. Elle offre une échappée belle aux capacités métaphysiques des élèves ; alors le " fils du néant " réalisera peut-être un surprenant coup d’état ontologique aux conséquences humaines infinies.

L’école d’aujourd’hui sélectionne sur la base de l’existant, solution de facilité, économique et efficace elle assure la reproduction sociale sur la base du paradigme : " l’existence précède l’essence, l’élève est ce qu’il paraît être, donne à voir et à entendre dans les apprentissages évalués à l’aune de la restitution des savoirs."

Dans cette logique, les enfants, qui détiennent d’autres formes de connaissances, de sensibilités, de cultures, de transcendances sont balayés. Rabattus sur le terrain de l’immanence ils capitulent leurs capacités transcendantales-innommables dont ils sont vecteurs. Chute l’immémorial comme antériorité à l’histoire et au souvenir, déjà refoulés. Cette double dénégation du sujet préfigure tous les effondrements de la subjectivité.

"Le jeunocide" s’accomplit dans le silence et la souffrance de celles et ceux qui ne peuvent récupérer ailleurs ou autrement leurs capacités métaphysiques. Pour ceux qui réussissent à l’école, il n’est pas sûr qu’ils accèdent à la réalisation du Désir, qui n’a rien à voir avec l’ascenseur social et la consommation marchande, car le Désir creuse le manque, il ne le comble pas, il le creuse dans la responsabilité pour Autrui. L’école de la République est une école de la transcendance et non de l’immanence, elle est le lieu de ceux qui n’ont pas de lieu, le lieu où se pose dès l’origine la question du sens de la vie, du sens dans la vie.

Jacques Broda est Professeur de sociologie


Commentaires

Brèves

22 septembre 2011 - Manifeste contre le dépouillement de l’école

A lire voire signer sur http://ecole.depouillee.free.fr Nous, collectif contre le (...)

20 avril 2010 - NON AUX RETOURS FORCES VERS L’AFGHANISTAN

A la suite du démantèlement du camp principal de Calais, le 22 septembre dernier, où résidaient (...)

31 juillet 2009 - PETITION POUR L’HOPITAL PUBLIC, A SIGNER ET FAIRE SIGNER

la pétition de défense de l’hôpital public, à faire signer au plus grand nombre possible (...)