MUNICIPALES ET BOUILLIES POUR LES CHATS

mardi 18 mars 2014
par  Jean-Luc Gonneau
popularité : 1%

Dans quelques jours, le premier tour des élections municipales livrera un verdict. Lequel ? Forêt (dense) de conjectures. Les sondeurs sont en plein brouillard, ce qui certes pas nouveau, sauf que le brouillard apparaît plus épais que d’habitude. Seule unanimité : l’abstention risque d’être forte. A première vue, cela ne ferait que confirmer une tendance au désintérêt de la chose publique. A deuxième vue aussi. Comme eut dit Pierre Dac, il n’y a guère qu’à perte de vue… mais nous y reviendrons. Autre crainte largement partagée par les partis dits « républicains » (guillemets car nous voyons mal ce qui reste de républicain dans la frange la plus à droite de l’UMP) : un score relativement important du Front national. Pronostic fréquent, le reflux du Parti Socialiste, encore que personne ne sait s’il s’gira d’un repli, d’une défaite ou d’une déroute.

Pour l’électeur, le choix d’une liste ressemble souvent à un exercice de décryptage décourageant, et notamment pour un électeur de gauche non militant. Il y a certes les dissidences, habituelles dans ce genre de sport. Mais aussi (surtout ?) les éparpillements : listes d’union de la gauche où il est rare que s’y retrouvent toutes les composantes, listes Front de Gauche où la aussi l’union est souvent tripotée, cas emblématique de Paris où une liste Front de Gauche rassemble les différentes organisations, sauf le Parti Communiste (qui affiche sur les murs « membre du Front de Gauche) et deux petites organisations, qui concourent avec le Parti Socialiste. Maître inégalable de l’éparpillement, le Modem de François Bayrou, présent, selon les communes, sur des listes de droite, du centre ou de gauche. Et parfois sur deux listes d’une même commune. Ou l’art abouti de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier. On peut comprendre, sans l’approuver, l’envie d’abstention devant de tels mélimélos.

Il est probable aussi que la déception d’une large partie de la population face à l’action (et l’inaction) gouvernementale rende le cheminement entre le domicile et le bureau de vote pesant. Pensez donc ! Qu’est-ce qu’il disait, le Hollande ? Le changement c’est maintenant ? Polop, oui. Quand les repères entre gauche et droite deviennent flous, quand les projets demeurent timorés, quand les discours (chômage, logement…) concernant les problèmes les plus aigus de la population ne sont pas suivis d’effets tangibles, quand les affaires, depuis celles de cornecul jusqu’aux fraudes ou corruption, ou les palinodies constituent une écume des jours qui masque le politique, alors les conditions sont réunies pour que les valeurs citoyennes s’effacent, pour le plus grand bénéfices des forces des marchés.

Un ami me confiait que la crise de la gauche française était en grande partie issue du scrutin européen de 2005 et de ses conséquences. C’est un non sans équivoque qui avait été prononcé par une majorité d’électeurs. Qui se retrouvèrent quelques mois plus tard frustrés de leur verdict par le Parlement, à l’initiative de Nicolas Sarkozy, alors président, et avec le soutien de la majorité du Parti Socialiste, dont le premier secrétaire était François Hollande. Hypothèse séduisante, même si insuffisante. Bons citoyens, nous allons donc voter, sans doute sans enthousiasme, les 23 et 30 mars. Bons citoyens de gauche, nous allons tenter de faire barrage à la droite et à l’extrême droite. Mais sans illusions.


Commentaires

Logo de Fjabin
mercredi 19 mars 2014 à 19h36 - par  Fjabin

"Bons citoyens, nous allons donc voter, sans doute sans enthousiasme, les 23 et 30 mars. Bons citoyens de gauche, nous allons tenter de faire barrage à la droite et à l’extrême droite. Mais sans illusions."
Et si on arrêtait d’être des cons citoyens ? Pourquoi encore et toujours avec ou sans pince à linge mettre un bulletin dans l’urne en faveur du PS et de ses porte-serviettes pour faire barrage au FN ou sortir un candidat honni de droite ?
Pour moi et pour de plus en plus de personnes, ce ne sera pas le choix du parti de l’abstention mais désormais le refus de voter pour le PS quels que soient les enjeux réels ou fictifs de l’élection.
Par extension (et pour d’autres arguments, cf la campagne du M’PEP), les Européennes ce sera sans ma voix ! A quoi bon ces parodies de démocratie ? Avant de se fracasser la tête contre le mur, il va falloir faire demi-tour et passer à l’offensive, laquelle inclut si besoin l’insurrection populaire… Rdv le 12 Avril à Paris.

Brèves

1er avril 2018 - LA NOUVELLE BABYLONE : UN FILM RARE LE 5 AVRIL A PARIS (13e)

Nous sommes heureux de vous convier à une soirée ciné-débat organisée par les Amies et Amis de (...)

24 octobre 2013 - PENSEE DU MOIS

Le réformisme consiste à faire comme les autres, c’est à dire rien, mais par étapes. (...)

8 juin 2011 - UN GESTE (GENEREUX ET LUDIQUE) POUR LE CAP VERT

Le Cap Vert est l’un des pays les plus pauvres du monde. L’association Regarde (...)