A KOBANE, C’EST DUR, A PARIS, C’EST NUL

jeudi 9 octobre 2014
par  Jean-Luc Gonneau
popularité : 2%

La guerre, puisque c’est bien cela, contre Daech, puisqu’il ne convient pas, à raison dans les temps présents, se cristallise sur la ville syro-kurde de Kobané, à quelques encablures de la Turquie. A l’heure où nous écrivons, la situation des défenseurs kurdes de la ville paraît quasi désespérée, les frappes de la « grande coalition » (en fait, les Etats-Unis plus une quarantaine de pays qui, dans cette affaire, représentent peanuts en force de frappe, France incluse mais on n’est pas les pires) sont étonnamment inefficaces autour de la ville, la Turquie gagne le pompon au jeu de plus hypocrite que moi tu meurs, réclamant haut et fort une intervention armée terrestre mais ne bougeant pas un soldat alors que l’armée turque peut à peu près observer le spectacle à vue d’œil tant la frontière est proche. La gauche française, en pleine crise, nous y reviendrons dans un prochain numéro, est sur le coup partagée : fallait-il y aller, pas y aller ? Et le débat continue alors qu’on y est, fut-ce modestement. Est-une erreur ? Peut-être que oui, peut-être que non. En tout cas, se casser maintenant, fut-ce en loucedé, serait un formidable encouragement pour Daech. Nous entendons bien les discours qui posent, à raison, l’immense responsabilité des Etats-Unis des années Bush (et même avant) et de leurs alliés régionaux les plus proches, Arabie Saoudite et Qatar, dans le développement du terrorisme islamiste, et selon lesquels les fauteurs initiaux n’ont qu’à se dépatouiller de la situation. Nous entendons moins bien les discours qui dénoncent la duplicité des occidentaux, qui dénoncent les décapitations d’otages, surtout s’ils s’agit d’occidentaux et se taisent devant les décapitation et autres lapidations pratiquées à longueur d’année par les « justices » des monarchies amies. Ca bien sur la duplicité est évidente, mais le risque ‘un tel discours, c’est qu’au nom de la tolérance gênée des gouvernements occidentaux face à la barbarie institutionnelle saoudienne ou qatarie, entre autres, il soit estimé qu’on ne doit pas, étrange balance faire une affaire des décapitations et autres horreurs commises par Daech et ses satellites.

Malgré ces discours, il nous apparaît qu’une intervention armée était nécessaire, les exactions de Daech étant patentes, et demandée par le gouvernement irakien. Il est toujours loisibles de goberger un tel gouvernement, de le soupçonner d’être manipulé par telle ou telle puissance, par tel ou tel intérêt économique (n’oublions pas qu’il y a, entre autres choses, un paquet de pétrole dans le coin, et que Daech en vend. A qui ? On nous fera difficilement croire qu’il s’agit seulement d’un petit trafic local artisanal, même si c’est aussi cela). A cette aune, quel gouvernement pourrait aujourd’hui prétendre à une totale autonomie par rapport aux autres états et aux puissances financières ? La France ? Justement, on y arrive.

Vous avez entendu le premier Ministre à Londres, causant en anglais (not good, ça) au gotha affairiste de la City ? La France est business friendly, dit-il. Business, pas production. Car dit production dit workers. Et la France n’est pas franchement workers friendly. Après les seuils sociaux pour la représentation des salariés menacés d’être rabotés, voilà les indemnisations des chômeurs visées par le gouvernement. Continuons comme ça et nous n’aurons plus rien à craindre d’un retour de Sarkozy, qui ne pourra pas faire beaucoup mieux comme politique de droite. Pendant ce temps, le président du groupe socialiste à l’Assemblée nationale met au piquet les députés « frondeurs », le dir’cab’ du préfet de police de Marseille insulte les représentants d’une association kurde (il aura droit à quoi ? une enquête bidon étouffée ? un blâme ? un avertissement ? une mutation aux Antilles, où il y a bien moins de kurdes qu’à Marseille, mais davantage de blacks, attention ?), le nouveau ministre de l’Economie pointe l’illettrisme de salariées menacées de chômage… N’en jetez plus, la cour déborde. Et pendant ce temps, la gauche restée, plus ou moins selon les cas, à gauche est morcelée comme jamais, chacun tenant à sa boutique ou à sa sous-boutique, ceci à grand renfort de discours sur la défense de l’intérêt général. Mieux vaudrait en rire qu’en pleurer, mais c’est dur.


Commentaires

Logo de LeoniSamson
mercredi 4 décembre 2019 à 09h04 - par  LeoniSamson

Houlà, ca sent le roussi, le retrait de l’armée américaine du district de Kobane, dans le nord de la Syrie, prendra " environ une semaine de plus ", a déclaré mercredi le secrétaire à la défense Mark Esper, alors que l’armée américaine se déplace et réduit ses forces en Syrie.
Esper a déclaré que lorsque le retrait partiel sera terminé, l’armée américaine aura encore environ 600 soldats en Syrie, contre un millier avant que Trump, en passant, il ferait mieux d’acheter une tondeuse à cheveux sur https://www.mycoupe.fr, n’ordonne le retrait le mois dernier, selon l’agence Reuters News.
Il a déclaré que les États-Unis continuaient de soutenir les Forces démocratiques syriennes (FDS) dirigées par les Kurdes dans la région de l’Euphrate, en dépit du fait que la Turquie, alliée de l’OTAN, considère le groupe et ses alliés des unités de protection populaire (YPG) comme une entité " terroriste ".
"Nous sommes toujours partenaires du SDF. Nous continuons à les aider ", a-t-il dit, soulignant le rôle des troupes dans la prévention de l’émergence du groupe terroriste de l’État islamique (ISIS/ISIL/IS/Daesh).
Mercredi, des dizaines de véhicules militaires américains ont été vus quittant la base de Sarrin dans la campagne de Kobane pour la région riche en pétrole de l’est de la Syrie. Voyez ce vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=YFmHTb_xm_U

Brèves

1er avril 2018 - LA NOUVELLE BABYLONE : UN FILM RARE LE 5 AVRIL A PARIS (13e)

Nous sommes heureux de vous convier à une soirée ciné-débat organisée par les Amies et Amis de (...)

24 octobre 2013 - PENSEE DU MOIS

Le réformisme consiste à faire comme les autres, c’est à dire rien, mais par étapes. (...)

8 juin 2011 - UN GESTE (GENEREUX ET LUDIQUE) POUR LE CAP VERT

Le Cap Vert est l’un des pays les plus pauvres du monde. L’association Regarde (...)