C’EST EVO MORALES QUI AURAIT DU AVOIR LE NOBEL D’ECONOMIE

mercredi 19 novembre 2014
par  Gérard Bélorgey
popularité : 4%

Alors que c’est Evo Morales qui méritait le Nobel d’économie (appliquée ), un ancien gardien de lamas, réélu (il y a quelques semaines) pour la troisième fois, qui a assuré l’essor économique de sa nation et le début du progrès social de ses populations par la nationalisation du pétrole et du gaz et par la réforme agraire et qui, lors d’un sommet sur le réchauffement climatique a proposé un référendum mondial sur le principe d’un tribunal international climatique et de défense des droits de la Terre Mère, le jury de Suède a naturellement choisi un homme à l’autre bout de la mode qu’Attac décrit ainsi :

"Présenté comme « un des économistes les plus influents de notre époque » par la Banque de Suède, Jean Tirole est récompensé par « son analyse de la puissance des marchés » et ses recommandations en faveur d’une déréglementation dans les domaines de l’industrie, de la finance et du travail. C’est ainsi que Jean Tirole, dont on peut penser que le nouveau ministre de l’économie Emmanuel Macron est un admirateur fervent, propose une réforme du marché du travail, dont l’une des mesures doit être d’alléger le code du travail et, en particulier, de supprimer les contrats à durée indéterminés (CDI).

Ce n’est pas tout : Jean Tirole est depuis longtemps un fervent partisan d’un marché mondial des permis d’émission de gaz à effet de serre. Le prix et la concurrence seraient ainsi les principaux instruments mobilisés pour limiter les émissions. Pourtant le marché européen du carbone est un échec retentissant en même temps qu’un nouveau théâtre de spéculation ! Dans le domaine de la finance, Tirole s’est illustré par une approche fondée sur la théorie des jeux et de l’information selon laquelle la stabilité des marchés peut être obtenue par la transparence de l’information et la concurrence sur les marchés. Ignorant le caractère fondamentalement instable des marchés, Jean Tirole a cautionné les politiques de dérégulation financière et encouragé les autorités de régulation à négliger la nécessité d’une régulation globale de la finance. Le caractère global et systémique de la crise a montré qu’il s’agissait là d’une erreur tragique… démontrant par là le caractère inadapté et dangereux des analyses de Jean Tirole et du courant de pensée qu’il représente : un néolibéralisme dogmatique pour lequel la fonction économique essentielle de l’État est d’étendre la logique des marchés à l’ensemble des domaines de la vie sociale." Ne faisons pas cocorico : décidemment, plutôt Evo Morales ou, à titre posthume, Hugo Chavez !

Le blog de Gérard Belorgey : http://www.ecritures-et-societe.com


Commentaires

Logo de laurent10
mercredi 29 août 2018 à 10h42 - par  laurent10

Je pense qu’Evo Morales a fait quelques bonnes choses pour son pays, malgré ses accusations de corruption.

Site web : Meilleur-Matelas

Brèves

22 septembre 2011 - Manifeste contre le dépouillement de l’école

A lire voire signer sur http://ecole.depouillee.free.fr Nous, collectif contre le (...)

20 avril 2010 - NON AUX RETOURS FORCES VERS L’AFGHANISTAN

A la suite du démantèlement du camp principal de Calais, le 22 septembre dernier, où résidaient (...)

31 juillet 2009 - PETITION POUR L’HOPITAL PUBLIC, A SIGNER ET FAIRE SIGNER

la pétition de défense de l’hôpital public, à faire signer au plus grand nombre possible (...)