A LIRE : POURQUOI LA GAUCHE FINIT-ELLE TOUJOURS PAR PERDRE ?

De Jean-François Morin
lundi 24 octobre 2016
popularité : 4%

Cet essai s’adresse à tous ceux qui, d’une manière ou d’une autre, « refusent la domination de l’homme par l’homme ».

Il vise à analyser les raisons qui ont fait que la « Gauche », qu’elle soit réformiste ou révolutionnaire, n’a pas su accéder ou se maintenir au pouvoir au cours des deux siècles passés. « Pourquoi donc… les Montagnards ou Girondins en France, les bolcheviques russes, les libéraux outre Atlantique, les socialistes, communistes, démocrates, sociaux démocrates, utopistes, trotskistes, anarchistes, écologistes et autres révolutionnaires bolivariens, les solidaristes, ou les caritatifs, les héritiers de Gandhi… », ont-ils fini par reculer ? Sans sous-estimer la puissance de leurs adversaires, tous ceux qui se réclament encore d’une pensée de « Gauche », doivent s’interroger, à la lueur des évènements récents, notamment en France, sur leurs propres dysfonctionnements. Mais le cas français n’est pas exceptionnel. Il révèle peu ou prou les dérives, les imperfections et les débordements d’un courant idéologique qui peine à se pérenniser partout dans le monde. A partir de l’examen de concepts-clés (alternance, classes sociales, collaboration, communisme, connivences, consommation, critique, délégation de pouvoir, désir de gauche, domination, droite, divisions et chapelles, démocratie, gauches, écologie, économie, éloquence, indignation, individualisme, intellectuels, leaders et chefs, manifestations, masses, marges et marginalisation, médias, partis, ruptures, socialismes, violence, vivre…), l’auteur dénonce des pratiques douteuses, des postures, des manipulations et des mensonges courants en politique. Mais il ne met pas seulement en cause les spécialistes de la politique ; c’est tout un système, global, qui s’impose à des citoyens dont on peut déplorer, par ailleurs, le refus de plus en plus fréquent de combattre.« Peur, découragement, paresse, ignorance, psychologie, sectarisme », autant de facteurs qui interviennent dans cette échauffourée séculaire. Comment mettre en œuvre, de nouveau, les idéaux de morale, de justice, d’égalité, de lutte, de liberté ? Et avec qui ?

Tel est le propos de cet ouvrage qui se conclut par les mots de Nelson Mandela : « Quand j’ai franchi les portes de la prison, telle était ma mission : libérer à la fois l’opprimé et l’oppresseur ».

Editions Laurène Herman. 258 pages, 18 euros.


Commentaires

Brèves

16 janvier 2014 - PUBLICATIONS Allain GRAUX

LE LAOS AU FIL DU MEKONG Grauxhttp://www.thebookedition.com/le-la... NICARAGUA (...)

16 janvier 2014 -  VENEZUELA : de Bolivar à Chavez - Une nouvelle PUBLICATION d’Allain GRAUX

De Simon Bolivar à Hugo Chavez : Un panorama sur La República Bolivariana de Venezuela La (...)

2 novembre 2008 - A LIRE : ALLAIN GRAUX

Le dernier livre de notre ami Allain Graux vient de paraître. Il s’agit du récit du (...)