CARLA PIRES AU THEATRE DES ABBESSES : UN MOMENT DE PRINTEMPS EN NOVEMBRE

mardi 29 novembre 2016
par  Jean-Luc Gonneau
popularité : 2%

Nous l’avions ressenti en juin 2012, lors d’un concert en plein air à l’Hay-les-Roses, où le fonds de l’air était pourtant frais. Et encore l’année suivante au Cirque d’hiver, où elle nous enchanta, dans ces soirées exceptionnelles avec aussi Maria da Fé et João Braga, pour la vieille garde, fort alerte, Katia Guerreiro, Cristina Branco et Camané, côté stars internationales et les alors nouveaux talents, dont elle faisait partie avec Antonio Zambujo et Ricardo Ribeiro. Et là, nous le lui avons dit : Carla Pires, vous êtes un printemps ambulant. Et ce printemps est revenu, le temps d’un concert, en ce samedi maussade de novembre au Théâtre des Abbesses.

Aqui. C’est le titre du premier fado qu’elle nous propose, c’est aussi celui de son nouvel album (qui va sortir bientôt en France, achat vivement recommandé, vous aurez le printemps chez vous en permanence). Et pas n’importe quel fado : un texte de Carla, car elle écrit aussi et compose parfois, déclaration d’amour à Lisbonne frissonnante, et sensuelle même, sur une musique d’Alfredo Marceneiro (1) , le grand maître du fado, le fado versiculo, un fado difficile à (bien) chanter, où le respect des césures (le « dividir » cher à Marceneiro), la mise en valeur des mots est essentielle pour tirer tout le suc de la mélodie. Magistrale entrée en matière, et le reste suivra. De beaux poèmes (Ary Dos Santos, David Mourão Ferreira, Zeca Afonso, Tiago Torres da Silva...), des musiques bien choisies entre fados traditionnels et thèmes nouveaux, un clin d’oeil à Carlos Do Carmo (qu’elle admire) avec un O Cacilheiro bien enlevé, un hommage à Amalia (Meu amor, bouleversant et tout en retenue). Et aussi Tango quase fado, un « mix » entre ces deux musiques dont on connait la proximité : la plus belle réussite dans le genre depuis le légendaire Dois portos chanté jadis par Carlos Do Carmo. Et tant d’autres jolis moments, comme cette musique d’Antonio Zambujo, fado-bossa nova sur Nos rios dessa boca, suavement chanté. Ajoutons que Carla Pires est une belle jeune dame, élégante dans sa robe couleur bordeaux (elle aime les couleurs), sans le xaile traditionnel, comme d’ailleurs presque toutes les fadistes d’aujourd’hui, qu’elle chante parfois assise, pour donner plus d’intimité à certains titres, explique-t-elle. Un seul regret : nous n’avons pas entendu Ha samba nas colinas de Lisboa, chanson présente sur le CD, jubilatoire sambisation du fado, à moins que ce soit une fadisation du samba. Mais en échange, nous avons eu droit à une morna à damner.

Ajoutons que les musiciens qui l’ont accompagné sont de haut niveau : Luis Guerreiro, air de pirate et doigts d’or est l’un des tout meilleurs guitarristas d’aujourd’hui, Marino de Freitas est la référence de la guitare basse, le jeune André Santos à la viola n’est pas manchot non plus. Et Bruno Mira, un guitarrista ribatejain tout juste trentenaire qui, hasard des tournées, passait par là, se joignit au groupe pour deux fados et le rappel. Le rappel, tiens : un fado menor (le père de tous les fados disent certains) chanté à la perfection, nuancé, sensible prenant, par Carla, notre printemps ambulant.

Article paru également dans Lusojornal


(1) Alfredo Marceneiro (1891-1982) a laissé des dizaines de musiques de fados traditionnels, toujours chantées, la preuve, aujourdhui, mais ne se considérait pas comme compositeur : « Tu sais, filho, disait-il, j’entendais des airs que chantaient les musiciens des rues, je m’en rappelais un peu et j’allais voir mon ami Armandinho pour voir ce qu’on pouvait en faire et c’est lui qui mettait tout ça en partitions. » (Armandinho (1891-1946) fut sans doute le plus grand guitariste du siècle dernier et un immense compositeur pour la guitare portugaise).


Commentaires

Brèves

31 octobre - LE FADO CES PROCHAINES SEMAINES A PARIS... ET AILLEURS EN FRANCE

Pour écouter du fado ces prochaines semaines, tous les événements (sauf ceux qui ne nous ont (...)

10 mars 2015 - Le CACTUS/COIN DU FADO propose : soirée « Le fado des filles » le vendredi 13 mars aux Affiches

Le Coin du fado rend hommage tout particulièrement aux chanteuses : « Le fado des Filles » vous (...)

18 novembre 2014 - LE CACTUS ET LE COIN DU FADO RECOMMANDENT : LE FADO , ETAT D’AME DU PORTUGAL LE 22 NOVEMBRE AUX CARMES (Paris 5e)

C’est à 19h30, samedi 22 novembre, à l’Espace Culturel des Carmes, 7 rue des Carmes (...)