BASTILLE, MENILMONTANT, MONTPARNASSE : LE FADO S’ETEND A PARIS

mercredi 14 décembre 2016
par  Jean-Luc Gonneau
popularité : 100%

Il est loin le temps où Paris intra-muros comptait plusieurs lieux où l’on pouvait entendre le fado (presque) tous les jours. Vint ensuite un période de relative disette, où le fado existait dans quelques restaurants les fins de semaine. Puis un quasi-désert, où seul le Saudade programmait (et programme toujours) le fado une fois par mois. Il fallut attendre la décennie en cours pour voir une programmation régulière du fado dans d’autres lieux : le Coin du fado proposa en 2000 des soirées environ toutes les six semaines au restaurant Sur un air de Flora, disparu en 2002, et depuis, dans un mode café-concert et « fado vitaminé » et, volontairement, un peu déjanté aux Affiches, au Quartier Latin (prochaine soirée début février) avec un public très métissé français, portugais et d’ailleurs encore. D’autres initiatives ne firent pas long feu, sauf le Lusofolie’s de João Heitor, qui proposa durant plusieurs mois des soirées « fado vadio » assez déjantées aussi (on y retrouvait une partie des mêmes animateurs) avant de fermer ses portes, provisoirement semble-t-il, et espérons-nous.

Mais il semble que les temps, heureusement, changent. Depuis la rentrée, les guitaristes Filipe De Sousa et Nuno Estevens (habitués du Coin du Fado et de Lusofolie’s), proposent une fois par mois des apéros-fado à la Chapelle des Lombards, haut lieu de la musique latina rue de Lappe, à la Bastille : une (ou un) invitée pour un mini concert de 20h à 21h. Sont déjà passées par là Monica Cunha, Lizzie, Claudia Costa, Jenyfer Rainho, dans une ambiance bar très zen. Prochaine soirée le 26 janvier avec Luis Caiero, venu de Lisbonne, et, à partir de février, deux soirées par mois ! Au Théâtre de Ménilmontant se sont installées, toutes les six semaines environ, les « tertulias de fado », le dimanche après midi, de l’association « Le Labo du fado », dont les animateurs, Antonio de Freitas et Sousa Santos ont l’ambition de faire découvrir le fado à un plus large public et de mixer, un peu, fado et chanson française. Pour leur deuxième spectacle, dimanche dernier, outre les deux animateurs, Joaquim Campos, Jenyfer Rainho, Paulo Manuel, Karine étaient de la partie, accompagnés par Manuel Corgas, Flaviano Ramos et Tony Correia aux guitares, sans compter plusieurs amis de passage. Un beau plateau. Prochain rendez-vous le dimanche 5 février. Enfin, depuis quelques semaines, le fado est présent au Lisbonne, au cœur du boulevard Montparnasse, bénéficiant aussi de l’excellente cuisine de Rosa, la souriante patronne. Le fado y était mensuel, il va devenir hebdomadaire chaque samedi, à l’initiative de Sousa Santos, le vendredi étant consacré à un mélange de fado et de musique populaire portugaise avec Sousa Santos et la très subtile Daniela. Le samedi, donc, fado, avec bien entendu Sousa Santos et chaque fois une (ou un) invitée. Samedi prochain, 17 décembre, ce sera Conceição Guadalupe.

Pourvu que ça dure, comme disait la mère de Napoléon. C’est tout ce que nous souhaitons pour ces initiatives qui sortent le fado parisien de sa torpeur. En Ile de France, il se porte bien, tant mieux.

Article paru également dans Lusojornal


Commentaires

Brèves

1er mai - LE FADO CES PROCHAINES SEMAINES A PARIS... ET AILLEURS EN FRANCE

Pour écouter du fado ces prochaines semaines, tous les événements (sauf ceux qui ne nous ont (...)

10 mars 2015 - Le CACTUS/COIN DU FADO propose : soirée « Le fado des filles » le vendredi 13 mars aux Affiches

Le Coin du fado rend hommage tout particulièrement aux chanteuses : « Le fado des Filles » vous (...)

18 novembre 2014 - LE CACTUS ET LE COIN DU FADO RECOMMANDENT : LE FADO , ETAT D’AME DU PORTUGAL LE 22 NOVEMBRE AUX CARMES (Paris 5e)

C’est à 19h30, samedi 22 novembre, à l’Espace Culturel des Carmes, 7 rue des Carmes (...)