Melenchon tous les candidats...et cela donne Jean-Luc !

samedi 14 janvier 2017
par  Jean-Michel Dodd
popularité : 18%

Jamais depuis que la 5ème république existe, un tel "pataquès" n’a précédé une élection présidentielle. Depuis Pompidou jamais un Président élu régulièrement une première fois avait renoncé à se représenter. Dans le cas de Pompidou, il faut préciser que c’était quelques mois avant sa mort début 1974, pour des élections théoriquement prévues en 1976 (septennat). Valery Giscard d’Estaing a perdu quand il s’est présenté à sa propre succession en 1981 contre Mitterrand, comme Nicolas Sarkozy en 2012 contre Hollande. En fait l’actuel Président sait qu’il ne franchira même pas l’étape du premier tour, c’est dire la débandade et s’est fait tirer dessus à boulets rouges par des femmes et des hommes de son propre Parti : Du jamais vu non plus ! C’est un peu comme si aux States on faisait des primaires pour le Président (ou même vice-Président sortant !)pour une investiture à un second mandat. Ce serait complètement fou !.

Or en France...nous en sommes là ! Que les primaires existent pour l’opposition soit, même si a mon avis ce n’est pas dans l’esprit de la cinquième, déjà de toutes façons complètement dénaturée par le quinquennat.... Mais pour choisir l’homme de son camp. Cela revient à dire : "On s’est gouré pendant 5 ans les gars, mais c’est pas grave, on va trouver un homme de rechange pour redresser la France...C’est vrai qu’il a travaillé pour le nul d’avant mais ne vous en faites pas, lui c’est un mec bien !"

Du grand n’importe quoi. Déjà que François Hollande s’est ridiculisé dans le monde entier en utilisant un scooter pour rejoindre sa nana en catimini, mais là on atteint le grand n’importe quoi au PS qui, a mon humble avis, ne pourra pas survivre en l’état après les prochaines élections. François Mitterrand a du se retourner plusieurs fois dans sa tombe ces derniers temps.

Après ce constat et les primaires de la droite , faisons le point sur les candidatures potentielles...de l’extrême droite à l’extrême gauche : Marine Le Pen arrivera en force comme candidate de l’extrême droite qui avec elle, nagera en fait dans un grand populisme mussolinien ...du genre "Demain je rase gratis..." Elle le fera d’ailleurs en pleine opposition avec son père. On sait déjà qu’elle sera présente, sauf gros coup de théâtre, au second tour.

A coté d’elle, mais un peu moins xénophobe, Nicolas Dupont-Aignan qui risque cette fois d’obtenir un score honorable (peut être 5% au premier tour). Bref 2 candidats dont je ne partage pas du tout l’opinion, vous m’aurez compris.

Après on passe à la droite et au centre (centre plutôt très à droite of course). François Fillon va nous faire un super show et dominer le ou les autres candidats du centre-droit il n’y aura pas photo, et vraisemblablement il a de très bonnes chances de rejoindre Marine Le Pen au second tour. En sa faveur : C’est le contraire de l’esbroufe, un anti-Sarkozy en quelque sorte.... et c’est pour cela qu’il a été choisi par les sympathisants de la droite. Par ailleurs c’est quelqu’un qui a de l’expérience, honnête (pas de casserole aux fesses) et plutôt de pondéré du moins dans la manière de s’exprimer. Mais le gaullisme social cher à ses mentors dont Philippe Seguin, semble avoir totalement disparu de son programme très rigoureux : au contraire Fillon prône les "éconokroques" partout et particulièrement pour la Sécurité sociale. A sa charge aussi et surtout : Il a été le "valet" de Sarkozy pendant 5 ans. N’aurait-il pas du claquer la porte avant, comme l’a très bien fait Chirac en opposition à Giscard fin août 1976.

A ses côtés (ou à coté parmi les candidats) François BAYROU qui à ce rythme là va bientôt détrôner (en 2027 s’il continue à se présenter...) Arlette Laguiller sur le nombre de candidatures à l’Elysée ! En ce moment il est plus normand que Gascon avec son numéro de "J’y vais ? J’y vais t’y pas ? Il nous la fait à la Brigitte Bardot dans une chanson des années 1960 : "Tu veux ou tu veux pas ?". Plus sérieusement une candidature centriste de M. LAGARDE peut être se profile au premier tour. Et maintenant j’en viens à parler de la gauche ou plus exactement des gauches ou de ceux qui s’en prétendent....Moi j’ai presque honte à dire que j’ai le cœur plutôt à gauche et j’ai presque peur que les gens rigolent derrière mon dos si je dis cela. Oui à gauche en France c’est carrément Hiroshima les gars ! Ce n’est même plus une famille décomposée c’est plus une famille du tout... Les trois quart sont morts et les autres moribonds, soyons clairs. Dans le terrain des déserteurs il y a un certain Macron qui est plus proche de Rottschild que de l’ouvrier du café d’en face.

C’est aussi la bataille rangée au PS entre diverses tendances avec Benoit Hamon, Arnaud Montebourg et Manuel Valls aux premières loges et un Cambadelis un peu beaucoup dépassé par les évènements (il vient seulement de comprendre que cela ne servait plus à rien de défendre le Président...). Bref un foutoir complet et lamentable avant une primaire qui ne passionnera pas grand nombre....On sera loin des 4,5 millions de votants de la primaire de la droite ! Et puis on passe aux écolos. Le parti des verts n’existerait même déjà plus (avec des élus ayant pignon sur rue) si le Parti Socialiste ne les avait pas tenus à bout de bras les 15 dernières années... Comment il s’appelle leur candidat déjà ? Il reste la gauche de la gauche et sans rentrer dans le détail des micro-partis politiques qui se bouffent le nez entre eux, un seul homme émerge, ex-socialiste et c’est Jean-Luc MELENCHON, le seul qui ait une petite chance d’être au second tour. Je ne l’aime pas beaucoup, je le trouve un peu trop à l’emporte pièce, manichéen par moments (certes il faut nuancer, c’est un homme politique et la politique est un théâtre), mais c’est cependant à mon sens quelqu’un qui a une vision claire de la société et le seul des "grands candidats" à se préoccuper des "petites gens" (je l’écris plutôt avec compassion et aucun cynisme), de ceux qui n’ont vraiment pas grand chose et qui vivent des fins de mois hyper-difficiles. Quand Marine Le Pen promet le retour à la retraite à 60 ans elle le fait pour gagner des voix, mais au fond d’elle même je ne crois pas qu’elle se préoccupe vraiment beaucoup des pauvres. Jean-Luc Mélenchon me parait plus sincère, même si ses arrières sont largement assurées financièrement. Voilà pourquoi j’irai voter Mélenchon au premier tour.

Et à ceux qui me diront qu’il risque de mettre la France en faillite, je répondrais du tac au tac : N’est-ce pas la politique Keynésienne de relance qui a sauvé les Etats Unis dans les années 1930 ?


Commentaires

Brèves

1er mars 2012 - BREF HOMMAGE A MENDES FRANCE, par François LEDRU

Chez les Ledru, bourgeois catho (comment puis-je être si différent d’eux ?), les gosses (...)

17 août 2009 - SIGNEZ LA PETITION ANTI-BONUS !

Les grands dirigeants du monde prétendent ne rien pouvoir faire dans leur pays contre le retour (...)

25 mai 2008 - NOUS SOMMES ELUS DU PEUPLE, PAS DE SARKOZY : POUR LA DEFENSE DU DROIT DE GREVE : DESOBEISSANCE CIVILE DES ELUS !

Le 15 mai 2008, le président de la République en titre a osé remettre en cause le droit de (...)