LE PAYSAN ET LE CHARGE DE MISSION

lundi 18 mai 2020
par  Roland Maire
popularité : 8%

Ceux qui ont connu et subi Vichy et son appareil d’Etat se compteront bientôt sur les doigts d’une main . . . J’en suis. A cette époque et en dépit de la guerre, nous avions conscience de la pérennité de notre République, et de notre identité de citoyen pour chacun d’entre - nous, à devoir récupérer bien sûr à la fin du compte. Pourtant tout au long des années écoulées depuis la Libération, nous fûmes abusés par cette génération de l’appareil d’Etat de Vichy qui, ayant pris goût au pouvoir, n’allait plus le perdre en en passant le relais et les consignes à chacune des générations suivantes.

Nous en sommes plus que jamais là aujourd’hui. En d’autres termes, notre qualité de citoyen de la République et le respect qui lui est dû ont été altérés au fil des années passées par ce comportement parasite, sans d’ailleurs que nous nous soyons bien rendu compte de sa nocivité pour notre République. Ci - dessous un exemple pour s’en amuser.

Ceux qui ont connu et subi Vichy et son appareil d’Etat se compteront bientôt sur les doigts d’une main . . . J’en suis. A cette époque et en dépit de la guerre, nous avions conscience de la pérennité de notre République, et de notre identité de citoyen pour chacun d’entre - nous, à devoir récupérer bien sûr à la fin du compte. Pourtant tout au long des années écoulées depuis la Libération, nous fûmes abusés par cette génération de l’appareil d’Etat de Vichy qui, ayant pris goût au pouvoir, n’allait plus le perdre en en passant le relais et les consignes à chacune des générations suivantes.

Nous en sommes plus que jamais là aujourd’hui. En d’autres termes, notre qualité de citoyen de la République et le respect qui lui est dû ont été altérés au fil des années passées par ce comportement parasite, sans d’ailleurs que nous nous soyons bien rendu compte de sa nocivité pour notre République. Ci - dessous un exemple pour s’en amuser.

Un fermier surveillait ses animaux dans un pâturage éloigné, quelque part au nord d’Amiens, quand soudain une rutilante BMW s’avança vers lui dans un nuage de poussière. Un parisien très jeune portant un complet Armani, des chaussures Gucci, des lunettes de soleil Ray-Ban et une cravate Yves St-Laurent, s’étira le cou par la fenêtre et demanda au fermier : "Si je te dis exactement combien de vaches et de veaux il y a dans ton troupeau, me donneras-tu un veau ?" Léon regarda l’homme, définitivement un yuppie, puis jeta un regard vers son troupeau en train de brouter tranquillement et répondit avec calme :"Oui, pourquoi pas"...

Le parigot stationne son auto et s’empare de son mini ordinateur Dell, le branche à son cellulaire, et navigue sur Internet vers un site de la NASA, et contacte ensuite un satellite GPS pour obtenir un positionnement exact de l’endroit, puis fournit les coordonnées à un autre satellite de la NASA qui numérise le secteur en une photo ultra haute résolution. Le jeune homme accède ensuite au site de photographie digitale Adobe et exporte l’image vers un site d’analyse d’image à Hambourg en Allemagne. Quelques secondes après, il reçoit un courriel sur son IPad Air pro mentionnant que l’image a été analysée et que les données ont été conservées. Il accède ensuite à une base de données MS – SQL via un OBDC connecté à une feuille de calcul Excel avec courriel sur son Blackberry et après quelques minutes, reçoit une réponse.

Il se tourne vers le fermier et lui dit :"Tu as exactement 1586 vaches et veaux". "Ma foi c’est bien vrai. Ok, tu peux prendre l’un de mes veaux", dit le fermier. Il observa donc le jeune parigot qui choisissait un des animaux et le regarda amusé pendant que le jeune homme installait l’animal dans le coffre arrière de sa BMW. Alors le fermier dit au jeune homme : "Hep ! Si je te dis exactement dans quel secteur d’activités tu travailles, me redonneras-tu mon veau" ? Le jeune homme réfléchit un instant et dit : "Ok, pourquoi pas"…"T’es membre du gouvernement de Emmanuel Macron", dit le fermier. "Wow ! C’est exact", dit le Yuppie, - "Mais comment as-tu pu deviner cela" ? "J’ai pas eu besoin de deviner’’, dit-il. "T’es arrivé ici sans que personne ne t’invite, tu veux te faire payer pour une réponse que je connaissais déjà, à une question que je ne me posais pas. Tu t’es servi d’un équipement valant des millions d’euros pour essayer de me prouver que tu es plus intelligent que moi, alors que tu ne connais rien des travailleurs et de ce qu’ils font pour gagner leur vie. Tu ne connais rien. Ce que tu as devant toi, c’est un troupeau de moutons et non un troupeau de vaches. Maintenant, que j’ai trouvé ta profession, redonne-moi mon chien."


Commentaires

Brèves

27 octobre 2014 - Travail le dimanche (communiqué transmis par J.R. Simon)

Le Premier Secrétaire du PS précise que les ministres ne sont toujours pas autorisés à raconter (...)

17 janvier 2010 - BREVE DE TROTTOIR

“Je crois au travail et je crois à la famille", a déclaré Nicolas Sarkozy à Cholet, le 6 (...)

29 mai 2009 - ATTENTION DANGER !

Depuis Santiago du Chili, Jean-Michel Hureau, notre correspondant permanent pour (...)