 LE TUTOIEMENT BIENTOT INTERDIT DANS LES LIEUX PUBLICS

dimanche 17 mai 2020
par  Ann Bee, Nathan Grine
popularité : 1%

L’annonce fait suite à la création par le chef de l’Etat, Emmanuel Macron, mardi 24 mars, d’un nouveau comité d’experts sur l’épidémie de coronavirus. Formé de 12 chercheurs et scientifiques, le Comité Analyse, Recherche et Expertise (CARE), est chargé de conseiller le gouvernement et de chercher « toutes les solutions originales et alternatives qui permettront, de quelque manière que ce soit, d’endiguer la progression du virus ». Considérant que certains mots conduisent à expirer plus d’air que d’autres, et risquent d’occasionner davantage de postillons, source essentielle de propagation du virus SARSCoV- 2, le comité recommande d’en « suspendre l’usage jusqu’à nouvel ordre ». L’Académie française a été saisie dès le 25 mars et vient de rendre son avis : « Ce sont les consonnes qui posent problème. Il convient d’éviter les chuintantes, les labiales et les dentales sourdes et de les remplacer par des sonores, des liquides et des nasales ». En clair, il s’agirait de bannir les sons ch-, f-, t- et p-. Un mot comme tu ou chose entrainerait 5 à 10 fois plus de postillons qu’un mot comme vous ou objet, et bien sûr, comme au Scrabble, certains mots comptent double (pamplemousse) ou triple (tartiflette).

Comment les éviter ? Selon l’Académie française, il suffit de « revenir aux règles de la grammaire et de la politesse classiques » ; ainsi tu doit être remplacé par vous, pas par ne, faire par agir... L’usage du vouvoiement devrait aussi permettre « d’instaurer plus de distance » entre les personnes. Voici quelques exemples : C’est peut-être faux. C’est sans doute vrai. Faut pas faire ça, chéri ! Vous ne devez agir ainsi, mon ami. Qu’est-ce que j’en ai à faire ! Cela m’est bien égal. Ce pamplemousse est plein de pépins ! Mon agrume regorge de graines ! Ça fait pas un peu pute ? Est-ce assez élégant ? Mon parachute s’ouvre pas !!! Mon auxiliaire ascendant est coincé.

Un décret préparé par le Conseil Supérieur de la Langue Française (CSLF) du Ministère de la Culture devrait interdire, à compter du mercredi 1er avril 2020, les sons qui occasionnent le plus de postillons dans les lieux publics. L’amende serait de 3€ pour un f- ou un ch-, de 1,60€ pour un p- ou un t-, sauf port d’un masque FFP2. D’après une source proche du cabinet, les mots femme et enfant seraient pour l’instant exceptés, le gouvernement jugeant que l’opinion n’est pas encore prête : « La nation n’est déjà mûre ». Selon le site Lexique.org de l’Université de Savoie, les mots concernés les plus fréquents sont essentiellement : chaud, chéri, chose, enfant, faire, falloir, faux, fou, froid, famille, femme, fiche, papa, pas, un peu, peut-être, pourquoi, temps, toujours, tout, trop, très, tu, toi. Voici donc les premières recommandations, que chacun pourra compléter :

Ne dites pas Dites

femme homme

Français Gaulois

papa maman

pas ne, non

peut-être jamais

pourquoi comment

pouvoir devoir

toujours encore

tout rien

très beaucoup

trop assez

tu, te, toi vous

Le décret n’est pas encore paru mais déjà une polémique se prépare. Le laboratoire de Phonétique et de Phonologie (LPP) de la Sorbonne, héritier du vénérable Institut de Phonétique de Paris, s’étonne de ne pas avoir été consulté. Comme le dit son directeur : « Il faudrait plusieurs semaines pour mener des études rigoureuses selon les protocoles scientifiques habituels. » Mais, ici comme ailleurs, l’urgence semble devoir primer. En attendant les masques.

Nathan Grine et Ann Bee, Université de Berne


Commentaires

Brèves

27 octobre 2014 - Travail le dimanche (communiqué transmis par J.R. Simon)

Le Premier Secrétaire du PS précise que les ministres ne sont toujours pas autorisés à raconter (...)

17 janvier 2010 - BREVE DE TROTTOIR

“Je crois au travail et je crois à la famille", a déclaré Nicolas Sarkozy à Cholet, le 6 (...)

29 mai 2009 - ATTENTION DANGER !

Depuis Santiago du Chili, Jean-Michel Hureau, notre correspondant permanent pour (...)