POINT DE BASCULE, BIENTOT ?

mercredi 10 juin 2020
par  Jean-Christophe Frachet
popularité : 2%

"There is no alternative ! Il n’y a pas d’alternative !" soutiennent les néolibéraux depuis les années 80. Le renard libre dans un poulailler libre. C’est bien la doctrine des années Thatcher en Angleterre et Reagan aux États-Unis qui se diffuse depuis tout ce temps partout dans le monde, France comprise. On voit le résultat : affaiblissement des services publics, augmentation de la précarité et de la pollution, avec en regard, quelques entreprises plus puissantes que les états. À cela s’ajoute une crise climatique qui, après les espèces animales, met aussi l’espèce humaine en voie d’extinction.

Le jour du dépassement, le 29 juillet 2019, fut le jour à partir duquel L’Humanité puise dans les ressources de la terre de façon irréversible. C’est le jour du début du déficit environnemental. Et nous assistons à cela impuissants, avec angoisse ou déni, co-responsables aux yeux de nos millenials parfaitement lucides. Et l’arrivée du coronavirus bouscule tout. Il est donc possible de s’arrêter ?!

Il est possible de confiner la majeure partie de l’humanité. Il est possible que la financiarisation exacerbée du monde trouve des centaines de milliards d’euros en un claquement de doigts, alors que cela fait des années que l’on réduit le budget de l’indispensable. On se souvient des coupes budgétaires drastiques réalisées dans la santé publique et leurs conséquences catastrophiques sur la gestion des personnels d’hôpitaux aujourd’hui applaudis. Les gens confinés se rendent bien compte qu’il y a quelque chose qui cloche, que quelque chose ne tourne pas rond. Rien ne va plus. S’instaure alors la stratégie de la peur qui bat son plein, méthodiquement : un savant mélange d’annonces anxiogènes sur le nombre de morts du Coronavirus quotidiennement distillés par les médias qui tournent en boucle, une présence policière renforcée, des applications mobiles pour tracer les gens, des drones de surveillance...

Tout l’arsenal coercitif de masse s’installe insidieusement au nom de la sécurité sanitaire, après la sécurité publique. Mensonges d’État, comme pour les masques, surveillance généralisée, fabrication et entretien de l’anxiété, tout y est. Et pourtant, les gens s’interrogent, et plus que jamais : on en a le temps ! La répression contre les gilets jaunes a été terrible, jusqu’à faire peur aux honnêtes gens d’aller manifester. Les revendications des infirmières durement réprimées à coups de lacrymogènes. Les démissions des médecins hospitaliers. Les jetés de robes d’avocats. À cela s’ajoutent les gardes à vue préventives avant les manifestations pour les militant.es fiché.es.

Mais le roi est nu. Ce système économique ne fonctionne pas si on se place en terme d’Humanité. Nous arrivons peut-être au point de bascule vers un Nouveau Monde : une gouvernance plus solidaire, plus respectueuse de l’environnement, avec l’humain au cœur de ses préoccupations. À moins que ce monde d’avant Corona, celui de la financiarisation tous azimuts, qui accumule de la richesse mal répartie, en veuille toujours encore plus. Et là, il ne restera plus que le techno fascisme pour maintenir tout le monde au pas. Que voulons-nous ? À nous de décider, de choisir. A nous d’inventer. A nous de rêver et de faire. Il y a des alternatives ! Nous sommes beaucoup plus nombreux à y avoir intérêt : affichons-le !


Commentaires

Brèves

22 septembre 2011 - Manifeste contre le dépouillement de l’école

A lire voire signer sur http://ecole.depouillee.free.fr Nous, collectif contre le (...)

20 avril 2010 - NON AUX RETOURS FORCES VERS L’AFGHANISTAN

A la suite du démantèlement du camp principal de Calais, le 22 septembre dernier, où résidaient (...)

31 juillet 2009 - PETITION POUR L’HOPITAL PUBLIC, A SIGNER ET FAIRE SIGNER

la pétition de défense de l’hôpital public, à faire signer au plus grand nombre possible (...)