ET SI ON FAISAIT LA REVOLUTION ?

mardi 13 septembre 2005
par  Jacques-Robert Simon
popularité : 2%

Ne craignez rien, je ne suis pas plus agité que d’habitude. Je me demande seulement s’il est raisonnable d’attendre que MM. Sarkozy, Chirac, Hollande et Fabius aient fini par s’entendre pour faire élire l’un d’entre eux si l’on veut que les choses changent un petit peu.

Une révolution doit tenir compte des rapports de force et des possibilités du moment. En fin de compte, les citoyens sont les plus nombreux et, le référendum l’a montré, ils sont particulièrement éveillés. La force, si elle est organisée, est de notre côté. Les moyens de communication, Internet en particulier, nous donnent aussi les armes dont nous avons besoin. Nous sommes donc les plus forts et les mieux armés. Il suffit donc de vouloir la Révolution.

Tout changer en un jour va être difficile, la genèse nous a appris qu’il faut au moins près d’une semaine. Commençons par le plus urgent : il faut que nos spéculateurs et nos multinationales sachent qui décide sur notre planète : dans mon esprit ce devrait être les citoyens. Il faut que ceux-ci prouvent donc leur puissance. Il me semble qu’il serait judicieux de mettre en faillite une multinationale par un boycott soigneusement organisé à l’échelle mondiale. Disons Coca Cola par exemple. Bien entendu, on est un petit peu injuste, cette multinationale n’est pas « plus pire » que d’autres ! Mais l’important, c’est l’exemple. En plus du boycott il faudrait encourager la promotion d’ersatz, il existe Elsass Coca en Alsace. On pourrait penser à Anar Coca, Trotsko Coca, Mao Coca voire Sarko Coca...Je pense que la panique boursière s’installerait en beaucoup moins d’une semaine. Lorsque les citoyens seront craints, on passera aux autres étapes.


Commentaires

Logo de Un professeur d’Histoire géographie
lundi 17 avril 2006 à 12h00 - par  Un professeur d’Histoire géographie

Aucune envie de voir les autres étapes. La première suffit pour dénoter de la chienlit que provoquerait votre "comment on dit déjà ?" "révolution ?".
Ne vous prenez pas pour "les citoyens" à vous tout seul ! Vous ne représentez que vous même. Ne prenez pas donc pour des réalités vos illusions personnelles. L’avant-garde a toujours pêché par orgueil. Résultat ? Elle s’est très vite trouvée coupée du monde. Non, la France ne deviendra pas un bunker !
Un professeur d’Histoire géographie
Strasbourg

Brèves

27 octobre 2014 - Travail le dimanche (communiqué transmis par J.R. Simon)

Le Premier Secrétaire du PS précise que les ministres ne sont toujours pas autorisés à raconter (...)

17 janvier 2010 - BREVE DE TROTTOIR

“Je crois au travail et je crois à la famille", a déclaré Nicolas Sarkozy à Cholet, le 6 (...)

29 mai 2009 - ATTENTION DANGER !

Depuis Santiago du Chili, Jean-Michel Hureau, notre correspondant permanent pour (...)