Depuis les terrasses semi-déconfinées, nos yeux ouverts sur la France et le monde

mardi 18 mai 2021
par  Jean-Luc Gonneau
popularité : 4%

Youpi, zim boum badadam, les terrasses réouvrent. On est liiiibres !Bon, il ne faut pas exagérer quand même. Libres mais avec un masque. Le petit malin qui déposera un brevet pour un masque avec un trou pour une paille, bien utile pour l’apéro en terrasse pourrait ramasser un pactole, et pourrait même l’exporter, à défaut de vaccins qu’on n’a pas : le french style cocktail mask, c’est ça aussi la patte d’une start up nation. Libre, mais avec gestes barrières et distanciation sociale. Jusqu’à l’arrivée de la novlangue macronienne, je pensais que la distanciation sociale était celle qui séparait, par exemple, un bernararno d’un livreurdelivero. Ben non. Magie des mots. Libres, mais retour au bercail à 21h, car la liberté, c’est comme toutes les bonnes choses, il ne faut pas en abuser.

Liberté (voir plus haut), égalité (rires dans la salle), fraternité. C’est la devise de la France, « pays des droits de l’homme », un concept que nous ne nous foulons pas à exporter, contrairement aux armes que nous fournissons à foison à des pays véritablement en pointe en matière des droits de l’homme, Arabie Saoudite et autres émirats, Egypte du maréchal Sissi, droits-de-l’hommiste bien connu. Sans parler du soutien via des multinationales françaises à des dictatures africaines ou à la Birmanie, où le groupe Total arrose copieusement les généraux birmans au pouvoir, ainsi que le montre dans ces colonnes l’article de Francis Christophe.

Nous ne partirions certainement pas en vacances avec les dirigeants du Hamas. Ce qui n’empêche pas d’être scandalisés par ce qui se passe en Palestine, à Gaza, à Jerusalem et dans d’autres zones. En partie masquée par la répression tonitruante, plus que disproportionnée mise en place par Israël, le dépeçage de la Palestine se poursuit insidieusement, « achats forçés » d’habitations, expansions des « colonies ». Nous avons en conséquence vivement apprécié l’attitude de la France, toute en finesse et discrétion : pas un mot, pas un geste. Peut-être l’expression « d’une vive préoccupation sur la situation » en Palestine, ce genre de communiqué des chancelleries dont les traductions en langage plus clair oscillent entre « on ne veut pas gêner » et « on s’en tamponne le coquillard » ? Nous ne sommes pas naïfs, nous savons qu’en matière de politique internationale, plus encore qu’au niveau national ou local, il est difficile de garder les mains propres. La question est jusqu’à quel point ?

Pendant ce temps, nos organisations politiques astiquent leurs armes pour les toutes proches élections régionales, sur fond de préparation de l’échéance présidentielle. Il semble que le président de la république concentre toute son attention sur la lutte contre le chômage, non, là on déconne, sur la réduction des inégalités, non, là, on plaisante, sur le dynamitage de la droite « classique », ah, voilà qui est plus sérieux. Et pendant ce temps, la gauche continue à crier unité ! unité ! et chacun continue à tracer son propre chemin. Mélenchon, qui a quelques titres à le faire, d’abord, Roussel maintenant, sans doute un écolo dans l’attente du match Jadot-Piolle, un.e socialiste (moins ils pèsent, plus les postulant.es sont nombreux). Pendant ce temps-là, le Rassemblement national compte les points, soutient au passage des militaires en déshérence, infuse largement ses venins au sein de la police (qu’en est-il de ces réseaux internet où quelques centaines, peut-être milliers de policiers rivalisaient de propos racistes ou sexistes ? Y a-t-il eu des sanctions ? Motus.)


Commentaires

Logo de Sabine Delavigne
mercredi 19 mai 2021 à 10h53 - par  Sabine Delavigne

Ce n’est pas étonnant, car on sait bien que le malheur des uns fait le bonheur des autres et vice versa. On dirait qu’on est condamné à vivre ainsi et c’est assez triste, je trouve.

Brèves

1er avril 2018 - LA NOUVELLE BABYLONE : UN FILM RARE LE 5 AVRIL A PARIS (13e)

Nous sommes heureux de vous convier à une soirée ciné-débat organisée par les Amies et Amis de (...)

24 octobre 2013 - PENSEE DU MOIS

Le réformisme consiste à faire comme les autres, c’est à dire rien, mais par étapes. (...)

8 juin 2011 - UN GESTE (GENEREUX ET LUDIQUE) POUR LE CAP VERT

Le Cap Vert est l’un des pays les plus pauvres du monde. L’association Regarde (...)