La montée des extrêmes

lundi 17 mai 2021
par  Yann Fiévet
popularité : 2%

L’un des « riches » enseignements que nous livrera le bilan de la pandémie nommée Covid 19 quand nous en aurons terminé avec elle – ce qui ne semble pas promis pour demain matin – sera la formidable aggravation des inégalités socio-économiques dans la plupart des sociétés que compte notre planète. C’est bien sûr ce qui survient toujours lors des grandes catastrophes, les nantis étant mieux armés pour y faire face tandis que les démunis les subissent de plein fouet. Les conséquences inégales de l’actuelle pandémie vont cependant d’ores-et-déjà très au-delà de ce qu’il était possible d’imaginer. C’est peu dire que les riches s’y enrichissent largement quand les pauvres s’y appauvrissent encore. C’est que durant la grande crise sanitaire les affaires – commerciales et surtout financières - et leurs effets délétères sont allègrement poursuivis.

Un bref survol du panorama de l’extrême richesse, publié début avril par le magazine Forbes, permet de mesurer les dégâts alors même que la crise n’a pas encore livré toutes ses surprises. Entre mars 2020 et mars 2021, la bonne fortune des milliardaires a battu tous les records : la fortune des vingt individus les plus riches de la planète a augmenté de 62 % tandis que celle des milliardaires français augmentait de 170 milliards d’euros, soit une hausse moyenne de 40%. Parmi les trente-huit milliardaires que la France comptait en mars 2020, seulement quatre ont vu leur fortune légèrement baisser pendant la période considérée. La France compte désormais quatre milliardaires de plus, dont le fondateur du laboratoire Moderna. la fortune de Bernard Arnault (propriétaire de LVMH et troisième fortune mondiale) a presque doublé en un an, soit une hausse de 62 milliards d’euros. La fortune de Françoise Meyer-Bettencourt (héritière de L’Oréal et femme la plus riche du monde) a augmenté de 20,7 milliards d’euros. Voilà pour les ultra-riches. Les riches plus ordinaires s’en sortent sûrement pas mal non plus ! A l’autre extrémité du spectre de la richesse si mal distribuée le sort des « précaires » - que l’ultra-libéralisme de la dernière décennie n’a cessé de produire - va sortir plus dégradé de la pandémie. En France, ces millions de gens bénéficient peu des mesures de l’Etat mises en place pour maintenir à flots une économie incertaine ; nombre d’entre eux passent déjà de la pauvreté à la misère. Le nombre de nos congénères vivant sous le seuil de pauvreté va sans nul doute nettement augmenter.

Si nous faisions collectivement preuve d’intelligence (non artificielle) nous profiterions de l’occasion que nous offre la pandémie : les heureux profiteurs de la manne providentielle se devraient alors de payer en partie substantielle les dégâts subis par la part la moins favorisée de notre population. Quand le secrétaire général de l’ONU, le FMI, Joe Biden et même la banque d’affaire JP Morgan appellent à une taxation des ultra-riches et des multinationales pour répondre à la crise, le gouvernement français s’entête à vouloir préserver « quoi qu’il en coûte » les plus fortunés. Au nom d’une « saine gestion indispensable » il annonce déjà un plan d’austérité de 10 ans, voire plus, c’est-à-dire une austérité perpétuelle, justifiant ainsi l’achèvement de la destruction de toute action publique véritable. Emmanuel Macron choisit donc de faire les poches des allocataires du chômage ou des retraités les plus modestes par une énième cure d’austérité qui se traduira immanquablement par un nouvel appauvrissement de la majorité de la population.

En fait, notre pays ne fait pas exception. « Bon nombre de démocraties ont laissé, depuis plusieurs décennies, les inégalités socio-économiques se creuser et se sont orientées vers des débats portant sur l’immigration, l’identité nationale ou l’intégration. Dans ce basculement, les sociétés se droitisent, quand elles ne se tribalisent pas, et l’on fait mine de croire que les affrontements de classes n’existent plus. L’idée selon laquelle les classes populaires qui se rendent encore dans les urnes y déposeraient un bulletin allant à l’encontre de leurs intérêts est ainsi largement attribuable à la marginalisation des déterminants socio-économiques au profit d’affrontements sur les valeurs, de guerres culturelles ou de la sur-mobilisation d’identités raciales ou ethniques. A ce jeu de dupes mortifère ce sont d’autres extrêmes que l’on nourrit : dans l’arène politique la surenchère sur « les valeurs » fait partout le lit des extrêmes-droites. Depuis plus de quatre ans maintenant Emmanuel Macron joue lui-même cette partition-là. En faisant régulièrement des concessions à la droite extrême et à l’extrême-droite dans l’espoir de les battre en 2022 il ne fait qu’apporter un crédit dangereux à leurs discours de fermeture. La catastrophe alors n’est plus très loin comme le prédisaient certains rares observateurs lorsque Jupiter est entré à l’Elysée en 2017. Comme l’on aimerait être détrompé !


Commentaires

Logo de Anissa Carlier
mercredi 18 août 2021 à 16h58 - par  Anissa Carlier

Si nous faisions collectivement preuve d’intelligence (non artificielle) nous profiterions de l’occasion que nous offre la pandémie, vous dites  ? eh bien, je ne sais pas de quelle manière on pourra profiter de ce fléau et si on pourrait le faire pour de vrai même.

Logo de Insoumichel
samedi 12 juin 2021 à 13h58 - par  Insoumichel

Le modèle social français est assiégé depuis 1945
Le capitalisme, le (néo ?) libéralisme, la ploutocratie, … réunissent toutes les droites, et naturellement ceux qui s’affichent à gôche parce qu’ils n’ont pas trouvé de place à droite.

Le programme commun de toutes ces droites, réactionnaire et répressif, vise le modèle social français, pour l’aligner, de gré (mais ils craignent des résistances), ou de force (les outils répressifs sont au point, le dévoiement de la démocratie est en marche), sur le moins disant social mondialisé de leurs rêves.

Leur urgence, devant l’incertitude des prochaines présidentielles, est de boucler le plus vite possible
la paupérisation des chômeurs, déjà bien avancée,
la paupérisation des retraités,
la paupérisation des salariés,
la paupérisation / privatisation de tous les services publics,
… au bénéfice des dividendes et de l’accumulation effarante des milliardaires.

Le modèle social français a été le meilleur du monde.
Au départ il était indépendant de tout gouvernement.
La première attaque réussie a privé les partenaires sociaux de cette indépendance,
jusqu’à ce qu’un freluquet dénonce, avec autant de délectation que de stupidité, ‘un pognon de dingue’.

C’est ce modèle social qu’il faut défendre, rétablir et exporter.

L’exception française, qui a tellement irrité la ploutocratie internationale, peut redevenir un exemple.

On n’a aucun rapport avec ces soi disant « hommes de gauche » qui disent bêtement

« on a besoin des entreprises » …

comme si on devait continuer à leur donner les milliards du cice, directement reversés dans les dividendes
comme si le progrès ne pouvait jamais venir d’humains désintéressés
comme s’il était impossible d’envisager un système plus juste
comme si le reste des pays du monde ne pouvait jamais évoluer ...

Site web : Anatolepour Thouars
Logo de Marguerite Baron
vendredi 28 mai 2021 à 09h34 - par  Marguerite Baron

Qui aurait imaginé qu’un jour, les êtres humains vont créer une arme (Covid-19) qui va tuer des millions de gens en 24 heures. Beaucoup des scientifiques pensent que cela aurait été la fin pour l’Afrique, mon œil  !

Brèves

1er mars 2012 - BREF HOMMAGE A MENDES FRANCE, par François LEDRU

Chez les Ledru, bourgeois catho (comment puis-je être si différent d’eux ?), les gosses (...)

17 août 2009 - SIGNEZ LA PETITION ANTI-BONUS !

Les grands dirigeants du monde prétendent ne rien pouvoir faire dans leur pays contre le retour (...)

25 mai 2008 - NOUS SOMMES ELUS DU PEUPLE, PAS DE SARKOZY : POUR LA DEFENSE DU DROIT DE GREVE : DESOBEISSANCE CIVILE DES ELUS !

Le 15 mai 2008, le président de la République en titre a osé remettre en cause le droit de (...)