Le 15 octobre, le pouvoir hexagonal s’est déballonné

vendredi 26 novembre 2021
par  Patrice Perron
popularité : 20%

Le15 octobre 2021 était le jour anniversaire de l’assassinat de Samuel Paty. Le ministère de l’Éducation Nationale n’a rien proposé de plus que de laisser chaque enseignant se débrouiller tout seul dans sa classe, au risque de ne rien pouvoir faire ou d’être confronté à des refus, soit d’en discuter, soit de ne pas respecter la minute de silence, soit de se faire agresser. Les modalités de cette célébration sont un peu minables en regard de l’enjeu pour le pays et pour notre liberté. Plus grave, est l’attitude du pouvoir, de l’exécutif comme l’on dit. Il n’y a pas eu de mot d’ordre national qui aurait réglé le problème : par exemple appliquer une minute de silence à l’échelle du pays. L’annonce aurait été solennelle et aurait libéré les enseignants de toute angoisse.

Si je parle d’une décision nationale qui aurait dû être promulguée, je ne peux m’empêcher de me rappeler du discours de Robert Badinter il y a quelques jours pour commémorer les 40 ans de l’abolition de la peine de mort : « Tant que dans le monde, on pendra, on gazera, on décapitera, on lapidera, on fusillera, toutes celles et ceux qui considèrent le droit à la vie comme un absolu moral, doivent poursuivre leur combat ». Cette cérémonie s’est faite à l’initiative du président de la République, un certain Emmanuel Macron, qui quelques jours après, pour célébrer la mémoire de Samuel Paty, n’a même pas eu le courage, la fierté, et surtout, l’honneur de décréter une minute de silence pour tous les citoyens dans l’ensemble du pays. Ce qui montre le décalage terrible entre le discours et la réalité des faits. Emmanuel 1er et ses sbires se sont déballonnés devant les terroristes, comme souvent la hiérarchie de l’éducation nationale le fait. Pourquoi ? Pour ne pas faire de vagues. Se coucher plutôt que se lever.

En ce 15 octobre, à 13h05, Nathalie, une auditrice de RTL, est intervenue, pour dire à l’antenne toute sa colère et son incompréhension à ce sujet, pensant même, à l’observation des faits, que Robert Badinter avait été instrumentalisé par Jupiter, dans la perspective de l’élection à venir. Elle ne comprenait pas cette absence de mesure nationale, ce renoncement du pouvoir. Un autre intervenant, un enseignant, disait devoir expliquer à des élèves récalcitrants, que la minute de silence s’appliquait debout.

Le mot « debout » prend aujourd’hui tout son sens : pour être debout, il faut se lever. Se lever pour combattre, contre le nazisme comme l’ont fait les résistants, (souvenons-nous des hommes de l’île de Sein, les premiers à rejoindre De Gaulle à Londres), pour lutter contre le terrorisme, mais se lever aussi pour célébrer un évènement. Chaque citoyen se lève, se met debout, pour célébrer la mémoire d’un disparu, (ou de sa mère par exemple), pour chanter son hymne, pour assister à la signature de mariage des nouveaux époux sur le registre de la mairie, pour répondre de ses actes devant un tribunal et pour respecter une minute de silence quel qu’en soit le motif. Debout.

A 13h11 ce jour-là, à la fin des interventions sur ce sujet, j’ai éteint la radio, je me suis levé de table (je déjeunais) et les yeux fixés sur l’horloge, j’ai appliqué la minute de silence en me tenant bien droit, une large minute pour être sûr de ne pas l’amputer de quelques secondes, puis j’ai terminé mon repas en silence avant de venir écrire cette page. Dans le calme introspectif de ce moment, je n’ai pas pu m’empêcher de me dire que Jupiter, aussi prompt à s’inscrire dans le sillage de Robert Badinter pour ce qui relève des intentions politiciennes, s’est juste déballonné, (lui, ses ministres et ses conseillers), en ce qui concerne la mise en œuvre et l’application concrète de mesures à même de démontrer sa capacité à être debout face à l’ennemi, quel qu’il soit. De plus, ce comportement n’est visiblement pas passé inaperçu aux yeux d’une partie de nos concitoyens. Et c’est tant mieux.


Commentaires

Brèves

1er avril 2018 - LA NOUVELLE BABYLONE : UN FILM RARE LE 5 AVRIL A PARIS (13e)

Nous sommes heureux de vous convier à une soirée ciné-débat organisée par les Amies et Amis de (...)

24 octobre 2013 - PENSEE DU MOIS

Le réformisme consiste à faire comme les autres, c’est à dire rien, mais par étapes. (...)

8 juin 2011 - UN GESTE (GENEREUX ET LUDIQUE) POUR LE CAP VERT

Le Cap Vert est l’un des pays les plus pauvres du monde. L’association Regarde (...)