Le Meilleur des iMondes

mardi 7 décembre 2021
par  Jacques-Robert Simon
popularité : 19%

5. American Glavlit

Donald Bokanovsky, le dirigeant de California, tente de mettre au point un virus activable par des ultrasons. Pour tenter d’obtenir des fonds, il tente d’entrer en contact avec Dick Pompeo ‘Supreme Chief of the World’ par l’intermédiaire d’une tout jeune fille Sarah qu’il connaît. L’École Supérieure de Chimie de Paris (ESCP) était le lieu où la plupart des chimistes européens de talent se trouvaient. Le presse-purée moléculaire, le nano-inducteur systémique à géométrie fractale, les microstructures photovoltaïques à rendements modulables, entre beaucoup d’autres choses, avaient été tous découverts à l’École. L’ambiance mêlait l’immense sérieux nécessaire à l’édification de nouveaux concepts, la synthèse de molécules inédites, et une décontraction loin des pesanteurs quelquefois jugés indispensables par certaines institutions. Cinq prix Nobel y professaient dans des domaines aussi différents que la chimie systémique, les nanoparticules géantes ou les cristaux visqueux inorganiques. Leur aura attirait maints jeunes talents venus des quatre coins du monde. Donald Bokanovsky savait que Dick Pompeo fréquentait assidûment un petit bar de la rue Lhomond, ‘Le Milano’ où il rejoignait souvent une toute jeune femme, presque une adolescente, qui se prénommait Sarah.

Personne ne connaissait la nature des relations entre le sexagénaire arrivé au fait de sa carrière et cette frêle créature. Elle faisait une thèse à l’ESCP toute proche. Le sujet de sa thèse : ‘Formation et stabilité des vésicules incluant des pigments ioniques. Elle était peut-être un moyen de parvenir de prendre langue avec Dick. Il n’avait aucune chance d’y arriver seul, cet important personnage était très probablement entouré de très discrets gardes du corps, il devait être bardé de capteurs permettant de caractériser les étrangers par leur sudation. Il décida d’y envoyer sa fille cadette Domitille. Elle était journaliste pigiste au ‘Messy Facts of the Day’. Elle s’occupait en particulier de la sexualité adultérine des Inuits qui se révéla être exceptionnellement intense. Sa fille était à peine plus âgée que Sarah mais elle connaissait les recoins les plus secrets de l’âme humaine. Elle militait aussi activement pour la cause féminine, les droits des poly-sexuels (2 à 5, plus sur autorisation des autorités religieuses), la possibilité de changer de genre en fonction de la météo.

Donald se rendit vers 20 heures au bar ‘Le Milano’ en compagnie de sa fille qui était particulièrement éveillée aux choses de la vie, mais elle aimait aussi la Chimie. Ils s’assirent à une table devant deux cafés-crème. Ils savaient que Sarah n’allait pas tarder. La salle était toute petite et presque déserte. Il ne se passa pas une demi-heure avant que Sarah Deville n’entre. Elle s’assit pas très loin et commanda une bière. Après quelques échanges banals sur l’actualité du jour, les pédophiles, les femmes battues, les quotas féminins pour la réalisation de films, les meurtriers en série, Donald dit à sa fille :« Tu as dû mettre trop de phosphatidylcholine, faut pas abuser sur le jaune d’œuf. » « T’inquiète papa, c’est ma thèse, c’est pas la tienne, je commence à en avoir ras les basquettes des boomers comme toi, on fait plus la Chimie comme dans le temps !!! » Sarah entendit et se tournant à demi, elle dit à Domitille : « Vous êtes chimiste ? » « J’essaie… mais je fais surtout du journalisme… et je milite… je collectionne les timbres anciens… je fais du karaté…je suis aussi ‘sensitivity reader’. » Sarah manifestement ne connaissait pas les ‘sensitivity readers’. « C’est une nouvelle profession, je lis méticuleusement les livres avant publication pour relever les passages qui risqueraient d’être perçus comme offensants envers les communautés minoritaires, religieuses, ethniques, culturelles, sexuelles… » « C’est comme le Glavlit en somme. » « ??? » « La censure en Union Soviétique… dans les années 1930… Ça a duré plusieurs dizaines d’années. On décidait des auteurs à publier ou à bannir… » « Mais nous ne sommes pas dans un pays communiste, totalitaire, on est dans un pays démocratique, du datif ‘dem’ comme dans ‘So kommst du mit dem Jungen in Kontakt’ et -ocratie comme dans arist-ocratie, clept-ocratie, ochl-ocratie, porn-ocratie, thalass-ocratie, conn-ocratie… Tout le monde peut s’exprimer librement, sauf bien sûr les terroristes. » « Les islamistes ? » « Bien sûr les islamistes, enfin ceux qui n’ont pas été désintégrés par nos drones. Mais il y a aussi les racistes, les homophobes, les sexistes, les gens de l’ancien monde, les hommes quoi ! À quoi servent-ils d’ailleurs les hommes depuis qu’on sait congeler les spermatozoïdes, 150 millions d’un coup, qu’on peut trier à tête reposée… En encore la technique entièrement de synthèse de gamètes in vitro à partir de beurre de cacao et d’ammoniaque est presque au point. Vous pensez pas qu’on va garder les hommes pour leur humour et les émois qu’ils pourraient susciter. Maintenant qu’on est leurs égales, c’est quand même pas par plaisir qu’on va se les coltiner. On va peut-être en garder quelques uns, les plus virils, pour pouvoir leur coller une dérouillée aux combats mixtes de lutte tchéchène. Et depuis les escalators et les valises à roulettes, on peut même voyager sans avoir à se coltiner 1m80 de blagues oiseuses et d’odeurs d’aisselles. « Vous êtes hétérophobe ? » « C’est vrai, je n’ai jamais compris pourquoi les femmes ne se reproduisaient pas par scissiparité, ça nous aurait évité les migraines, les simulations, les poils dans l’évier… surtout que maintenant qu’on peut payer des artisans au noir, le petit bricolage, on assume. » « Et la biodiversité ? » « No problem ! Les bases puriques et pyrimidiques, les liaisons hydrogène, les polymérisations, les acides aminés : on sait tout faire, tout mélanger, tout produire. On nous demanderait de faire un connard de base ou un polytechnicien, on le ferait sans problèmes avec un certificat de garantie de 10 ans contre le Covid-19 pour les voyages en Chine.* » Le contact était pris. Mille autres sujets de discussion allaient pouvoir être trouvés. (à suivre)


Commentaires

Brèves

27 octobre 2014 - Travail le dimanche (communiqué transmis par J.R. Simon)

Le Premier Secrétaire du PS précise que les ministres ne sont toujours pas autorisés à raconter (...)

17 janvier 2010 - BREVE DE TROTTOIR

“Je crois au travail et je crois à la famille", a déclaré Nicolas Sarkozy à Cholet, le 6 (...)

29 mai 2009 - ATTENTION DANGER !

Depuis Santiago du Chili, Jean-Michel Hureau, notre correspondant permanent pour (...)