Fado et Morna : les parfums du sud viennent embaumer l’automne au Point Fort le 28 octobre

mardi 25 octobre 2022
par  Jean-Luc Gonneau
popularité : 100%

Vous n’êtes pas partis de Paris en vacances d’automne ? Alors, précipitez-vous au Point Fort(1) , à Aubervilliers le 28 octobre. Ce n’est pas loin, au pied du métro. Deux artistes exceptionnelles vous y attendront : la fadiste Carla Pires, qui apporte partout où elle chante une fraîcheur printanière, et Lucibela, jeune capverdienne qui perpétue à sa manière l’héritage de la grande Cesaria Evora.

Carla Pires a commencé sa carrière artistique au même moment que Mariza, mais par des chemins bien différents. Après des études d’art dramatique, elle fait des débuts de comédienne dans des telenovelas portugaises et apporte sa voix aux musiques ou génériques qui les accompagnent. Ce qui lui permet d’être engagée, dans le rôle d’Amalia Jeune, pour la comédie musicale Amalia, de Felipe La Feria, qui retrace la vie d’Amalia Rodrigues. Un immense succès qui lui permet de parcourir les scènes européennes et de s’orienter définitivement vers le fado. Elle y impose peu à peu sa personnalité et sa ténacité, sous des apparences gracieuses, délicates qui enrobent une volonté d’explorer toutes les possibilités artistiques offertes par le fado, depuis les richesses musicales et poétiques jusqu’à des juxtapositions avec d’autres genres musicaux, dont on aura quelques exemples durant le concert, ou, il y a quelques années, un spectacle ou elle chante avec en scène deux compagnies de danse moderne, l’une portugaises, l’autre hollandaise. Carla, un océan de douceur qui sait aussi s’enflammer.

Lucibela, trentenaire au physique épanoui, fait partie de cette nouvelle génération de chanteuses capverdiennes qui ont profité de la notoriété de Cesaria sur la scène internationale. Celle-ci a fait découvrir, connaître et aimer les musiques de son pays à un vaste public qui, avant elle, en ignorait les charmes, hors quelques initiés. Cet héritage, Lucibela à la fois le revendique et s’en défend : « On me dit parfois que je suis une nouvelle Cesaria. C’est gentil, mais ce n’est pas vrai. Cesaria est unique. Il n’y aura pas de nouvelle Cesaria. Ce que je veux, c’est continuer à faire vivre auprès du public les mornas et les coladeiras, bref les musiques de mon pays ». Au Point Fort, vous apprécierez ou découvrirez ces musiques à la foi languides et balancées, toutes leurs douceurs et leurs richesses rythmiques, qui font parfois penser à la bossa brésilienne, ou au maloya réunionnais, et même au fado (il y a du cousinage dans toutes ces musiques). Car Lucibela est une très digne ambassadrice musicale du Cap Vert.

C’est donc une soirée suave et rythmée à la fois qui nous attend, de celles, en ces temps tourmentées, nous rappellent combien la vie peut être belle. C’est pourquoi je ne la manquerai pas !

(1) Le Point Fort, 174 Av. Jean Jaurès, 93300 Aubervilliers 01 48 36 34 02. M° Fort d’Aubervilliers. Concert à 19h30


Commentaires

Brèves

11 octobre -  LE FADO CES PROCHAINES SEMAINES A PARIS... ET AILLEURS EN FRANCE

Pour écouter du fado ces prochaines semaines, tous les événements (sauf ceux qui ne nous ont (...)

20 septembre 2020 - LE FADO CES PROCHAINES SEMAINES A PARIS... ET AILLEURS EN FRANCE

Bonjour ! Pour écouter du fado ces prochaines semaines, tous les événements (sauf ceux qui ne (...)

26 mars 2018 - DES NOUVELLES DU COIN DU FADO

Ceci pour informer celles et ceux qui y ont participé ou se sont intéressés aux soirées de (...)