Total irrespect

vendredi 23 juin 2023
par  Yann Fiévet
popularité : 1%

A la veille d’un nouvel été difficile la stupeur nous saisit. Le macronisme vient de battre piteusement en retraite sur le front du combat écologique. Les esprits grincheux diront qu’il n’avait jamais vraiment entamé ce combat pourtant impératif. On peut difficilement leur donner tort. Le mois de mai était depuis des lustres le mois du renouveau, celui qui annonçait des jours meilleurs, ceux de l’éclosion générale, des jours attendus avec entrain partout et par tous, petits et grands, pauvres ou riches. Tout cela est bien fini. Le mois de mai est désormais en France le mois de la fin définitive des illusions face à la crise climatique aux ravages indiscutablement grandissants. En cette matière qui ne devrait souffrir aucune défaillance, Jupiter, en dieu impuissant, et son ministre chargé de la « transition écologique » ont, à quelques jours d’intervalle, sonné le glas de nos maigres espérances. Deux hommes passifs pour deux évènements calamiteux. L’irrespect affiché pour la planète est alors à son comble. Et, le pétrolier en chef de s’en délecter en coulisses.

Le premier de ces évènements fut la déclaration péremptoire du Président de la République française à une heure de grande écoute télévisuelle, déclaration par laquelle il exprimait sans ambages son souhait qu’une pause soit prononcée dans la règlementation environnementale européenne. A quelques jours de la réception annuelle des « plus grands patrons du monde entier » au château de Versailles, Emmanuel Macron s’attaquait à rien moins que le green new deal, certes diversement appréhendé par les partenaires de la France, qu’il conviendrait de muscler eu égard au péril climatique et non de l’affaiblir. Du reste, le monarque qui se veut absolu déclencha la stupéfaction européenne en la circonstance. Bien sûr il n’en a cure : son urgence à lui est de rassurer les magnats de la finance et de l’industrie planétaire afin que dans la bonne marche des affaires la France reste pleinement une terre d’accueil ! On se souvient ici de la déclaration énervée de Nicolas Sarkozy en 2011, au Salon de l’agriculture, trois petites années après le « Grenelle de l’environnement » qu’il avait pourtant abondamment promotionné : « l’environnement, ça commence à bien faire ». Mais, douze années plus tard… Ces hommes sont très forts dans l’esbroufe communicationnelle et éminemment discrets dans la mises en œuvre tangible de leurs annonces tonitruantes. C’est que le réalisme économico-financier du capitalisme omnipotent revient toujours à la charge porté par de vigilants gardiens du temple.

On doit le second évènement de ce printemps à Christophe Béchu qui porte fièrement la casquette ministérielle de la transition écologique. Il a officiellement lancé le 22 mai dernier le processus de « l’adaptation » au réchauffement climatique. Jusqu’à la fin de l’été les Français sont consultés afin qu’ils disent les efforts qu’ils sont prêts à consentir pour adapter leurs comportements de consommation dans l’optique d’un réchauffement de 4° à la fin de ce siècle. Rappelons que la COP 21 tenue à Paris en décembre 2015 déclarait qu’il ne faudrait surtout pas dépasser 1,5° pour éviter « l’emballement ». On entérine donc en haut-lieu que l’objjectif est irréaliste et qu’il faut donc se préparer au pire. Les Français pourraient en retour demander ce que les vrais décideurs sont prêts à consentir comme efforts d’adaptation pour changer de manière tangible la prégnance mortifère du capitalisme sur la nature et nos vies. Va-t-on annuler les nombreux projets autoroutiers lancés dans l’hexagone ? Va-t-on enfin décider de transformer radicalement « notre modèle agricole ? Va-t-on un jour prochain contraindre Total à changer profondément sa stratégie de production d’énergie ? Non, rien de tout cela ne reçoit le début du commencement d’une inflexion. Non, c’est aux Français de faire des efforts individuels. Le tandem Macron-Béchu en est resté à ce que Aurélien Bernier avait appelé voilà quinze ans l’écologie du brossage de dents. Désespérant !

Pire, on continue d’envoyer de mauvais signaux à de notoires responsables de la crise écologique. Ainsi, le ministre français de l’agriculture a demandé récemment aux préfets de ne pas verbaliser les agriculteurs contrevenant à l’interdiction de plusieurs pesticides décidée au niveau européen. À l’initiative des sénateurs Les Républicains, une proposition de loi, autorisant le recours à des drones pour l’épandage de pesticides, a été adoptée en première lecture le 23 mai au Sénat.

Cette mesure est présentée comme un « choc de compétitivité pour la ferme "France" ». L’article 8 de cette proposition de loi envisage d’expérimenter durant 5 ans le recours à des drones dans le cadre d’une « agriculture de précision » sur des surfaces présentées comme « restreintes » sans pour autant que soient fixées des limites. L’Europe pers déjà vingt millions d’oiseaux chaque année. Alors, la biodiversité peut bien attendre encore son hypothétique renouveau ! La vraie raison de l’immobilisme ou de la fuite en avant est que l’on se refuse à financer sérieusement l’énorme facture de la transition écologique. Pour cela il faudrait faire payer les plus riches de nos congénères. On pourrait, par exemple, taxer de 5% à cet effet les 10% des contribuables les plus fortunés. Bruno Lemaire, ministre de l’économie gardien scrupuleux de l’orthodoxie fiscale, se refuse farouchement à augmenter les impôts tout en récitant la fable éternelle selon laquelle « la France a déjà la fiscalité la plus élevée d’Europe ». Répondons-lui que les revenus des 37 contribuables français les plus riches sont taxés à… 0,26%. Un record du monde, probablement ! Total irrespect disions-nous.


Commentaires

Logo de Debra
lundi 26 juin 2023 à 15h02 - par  Debra

Depuis que le Covid a semé une épidémie de panique sur l’Occident, je m’inquiète...
Je me suis aperçue que les médias sont autant de pompiers pyromanes qui, loin de chercher à informer honnêtement, soufflent sur les braises d’une panique qui grandissait avant le Covid. Quand on est en manque de sensations...
Déjà en 2000 on nous prédisait la fin du monde. Comme la fin du monde a déjà été prédite, à plusieurs reprises.
Ce qui m’inquiète, c’est de constater la facilité avec laquelle nous sortons les augures de leur boite.
Cela ne veut pas dire que je ne déplore pas la stupéfiante laideur et bêtise que nous infligeons à la planète en même temps que nous les infligeons à nous-mêmes, loin de là.
Mais, les efforts musclés pour remédier à la situation, je m’en méfie. Sur quoi doivent porter ces efforts, et qui doit les faire ?
L’incident que je vais relater pourrait être mis en commentaire à beaucoup des articles que j’ai lus sur le site aujourd’hui.
Il y a quinze ans je suis partie aux U.S. en voyage touristique/personnel, et devant l’enclos des fauves au zoo de Washington D.C. j’ai vu le panneau que voici :
"Vous déplorez peut-être le fait de voir nos lions dans cet enclos (vaste, moi), mais demandez-vous ce que vous préféreriez : être ici, nourri et logé, avec un vétérinaire pour s’occuper de vous si vous tombez malade, et une balle pour jouer, ou dans la nature, où vous ne savez pas d’où viendra votre prochain repas, ni s’il viendra, où il n’y a pas de vétérinaire, et vous pourriez même mourir."
De retour en France, j’étais encore plus inquiète de voir que mes compatriotes (souvent de gauche, d’ailleurs, ou se disant tels) souriaient poliment mais avec perplexité quand je leur faisais remarquer à quel point ce panneau m’inquiétait.

Je n’aime pas bien l’inconséquence de faire des parallèles entre Macron et Jupiter. C’est vraiment navrant de comparer ce qui ne peut absolument pas être comparé, à moins de sombrer dans une impiété très... inquiétante.
De telles comparaisons sont le fait d’un peuple inculte, et souvent fier de l’être. (J’aime bien penser qu’il y a une racine commune aux mots "culture", "agriculture", et "culte".)
Macron... et Jules César, peut-être ?
Non. Je ne crois pas que Macron soit à la hauteur de Jules César non plus, même si les 49.3 font penser aux dictateurs romains on ne peut plus légaux, d’ailleurs...
Macron et un roi de France ? Non plus.
Tout cela déshonore trop notre passé et publie notre ignorance (et je ne suis pas très cultivée. Juste curieuse et autodidacte.).
De toute façon, il est triste de constater que le peuple a les dirigeants qu’il mérite, dans l’ensemble. Ainsi va le monde.
Il y en a qui, en votant pour Emmanuel Macron ont voulu tourner la page en France, et éloigner le pays de son passé pour faire du neuf. Il ne faut pas le perdre de vue. Mais Emmanuel Macron n’a pas la carrure de l’Emmanuel qu’on chantait dans les hymnes. Pas plus qu’il n’a la carrure de Jupiter.
Qu’il se sente investi d’une mission, probablement.
Mais il flotte dans des habits beaucoup trop grands pour lui.

Brèves

22 septembre 2011 - Manifeste contre le dépouillement de l’école

A lire voire signer sur http://ecole.depouillee.free.fr Nous, collectif contre le (...)

20 avril 2010 - NON AUX RETOURS FORCES VERS L’AFGHANISTAN

A la suite du démantèlement du camp principal de Calais, le 22 septembre dernier, où résidaient (...)

31 juillet 2009 - PETITION POUR L’HOPITAL PUBLIC, A SIGNER ET FAIRE SIGNER

la pétition de défense de l’hôpital public, à faire signer au plus grand nombre possible (...)