Les humeurs de José Barros

Traduction de João Silveirinho
jeudi 20 juillet 2023
par  José Barros
popularité : 100%

Le pouvoir corrompt-il ?

J’ai toujours pensé que les hommes et les femmes, en avançant dans les années et en accumulant des expériences, transformaient aussi leurs opinions et leurs façons de penser… Au final il apparaît que ce ne soit pas aussi clair que ça. Pour le moins ce n’est pas systématiquement toujours comme ça. Je vais jusqu’à penser qu’il y a beaucoup de gens avec des opinions tellement cimentées que ce n’est pas une quelconque rafale vent qui va changer leurs idées !

Dans mon cas, par exemple, d’aussi loin que j’aille rechercher au fond de mes souvenirs, je rencontre toujours la même personne et les mêmes façons de penser de l’enfant que je fus. Je rencontre toujours la même clarté, la même façon d’être, hier comme aujourd’hui ! Ce peut être vu comme un déversement de brio ou de pédantisme, ou bien je pourrai être accusé de ne pas vouloir évoluer ou de ne pas vouloir accepter les évolutions du temps. La vérité est que j’ai toujours eu une très grande difficulté à comprendre les changements radicaux de la façon de penser de l’homme politique quand il arrive au pouvoir

Dans l’opposition, l’homme politique dit que tout est possible ; au pouvoir, l’homme politique politique dit que rien n’est possible maintenant. Dans l’opposition, il promet, promet et promet. Au pouvoir, il oublie, oublie, oublie !!! Bon, quand ces interrogations m’envahissaient le cerveau, je pensais que c’était le pouvoir qui leur faisait changer d’opinion et j’étais allé jusqu’à penser que c’était le pouvoir qui les corrompait. Au final, en pensant mieux, je vis que ce n’était rien de ce genre. Le pouvoir ne corrompt pas ! Le pouvoir permet juste de montrer ces gens tels qu’ils sont. Avertissement : ceci est aussi valable pour mon ami député.

Parler au nom du peuple

Ce truc de la certitude absolue de savoir ce qui est bon pour le peuple et ensuite de s’y accrocher et de vouloir les appliquer avec la certitude que c’est pour le bien du peuple même contre la volonté du peuple, ce n’est pas bien ! Je ne sais plus à quel propos, mais je sais qu’au Portugal, une fois, un gouvernant portugais, Afonso Costa, alors président du Conseil des Ministres afirma cette idée et le dit à haute voix qu’il « défendrait le peuple même contre la propre volonté du peuple » ! Oh, monsieur Costa, pardon, monsieur Afonsso Costa ! Voyez bien qu’en démocratie, il n’en est pas ainsi ! Le Portugal était déjà une démocratie, mon gars.

Maintenant aussi, avec cette « logique », nous avons le président français qui a voulu défendre bec et ongles la loi sur les retraites parce que c’est pour le bien du peuple et ne céda pas même si le peuple n’en voulait pas, et le manifesta très majoritairement, Alors, monsieur Afonso Costa, re-pardon, alors, monsieur le Président français ? Ou ce peuple est vraiment très ingrat… ou il ne sait pas ce qu’il veut pour son bien ! Ou il ne fait pas confiance ! Si peu confiance qu’il ne veut pas croire en la sincérité du Président de la République quand celui-ci dit qu’avec cette loi de réforme des retraites, ce qu’il veut, c’est « défendre le peuple même si c’est contre la propre volonté du peuple » . Moi, ces choses, elles me donnent beaucoup à penser, monsieur le Président


Commentaires

Brèves

27 octobre 2014 - Travail le dimanche (communiqué transmis par J.R. Simon)

Le Premier Secrétaire du PS précise que les ministres ne sont toujours pas autorisés à raconter (...)

17 janvier 2010 - BREVE DE TROTTOIR

“Je crois au travail et je crois à la famille", a déclaré Nicolas Sarkozy à Cholet, le 6 (...)

29 mai 2009 - ATTENTION DANGER !

Depuis Santiago du Chili, Jean-Michel Hureau, notre correspondant permanent pour (...)