https://www.traditionrolex.com/18 Jupiter, blanchisseur des consciences - La Gauche Cactus

Jupiter, blanchisseur des consciences

mercredi 26 juillet 2023
par  Yann Fiévet
popularité : 100%

Maintenant qu’il pense être sorti vainqueur de la longue séquence dans laquelle il a su brillamment imposer sa réforme des retraites à son peuple décidément trop ingrat, maintenant qu’il est en passe de mettre en place tous les outils disponibles de l’arsenal répressif destiné à tuer dans l’œuf toute contestation intransigeante sur le champ de l’écologie, le monarque absolu peut reprendre avec ardeur l’une de ses marottes favorites : recevoir en son Palais les dirigeants les plus sales de la planète. A ce titre, nous n’avons pas oublié que lors de son premier quinquennat il avait reçu en grandes pompes le Président égyptien Al-Sissi et qu’il lui avait fait remettre, en relatif catimini mais pas vraiment incognito, rien moins que la Grand-Croix de la Légion d’honneur. L’homme qui dirige l’une des dictatures les plus répressives du Proche-Orient, où ses prisons grouillent de tous ses opposants, était ainsi officiellement adoubé par son homologue d’un pays où l’on sait, en principe, ce que signifie l’expression Droits de l’Homme ! La concurrence est tellement âpre sur le marché des dictatures florissantes qu’il nous est permis de craindre une bousculade au portillon. Le premier à s’y présenter en cette fin de printemps fut MBS.

La grandiose offensive diplomatique du prince héritier d’Arabie saoudite, Mohammed ben Salmane (MBS), devait sans doute inévitablement passer par une longue visite de huit jours en France, visite qui se termina par le Sommet pour un nouveau pacte financier mondial. Etonnamment longue, cette visite de MBS illustre à merveille son stupéfiant retour en grâce. Mis au ban de la communauté internationale après l’ignoble assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi en 2018 à Istanbul – dont il était le commanditaire -, le prince héritier avait été remis en selle l’été dernier par Joe Biden et Emmanuel Macron. "Nous savons bien que le recevoir n’est pas très populaire, dit-on au Quai d’Orsay. L’affaire Khashoggi est une horreur mais il est aujourd’hui très difficile de ne pas parler à MBS." Le langage diplomatique est une langue de bois, une langue lourdement chargée d’hypocrisie. Il ne s’agirait donc que de passer l’éponge sur un crime horrible ? Un mauvais moment à passer sans doute ! Chez les Saoud on exécute à tour de bras, les femmes n’ont toujours pas droit de cité, les homosexuels sont jetés en prison, etc. Fermons les yeux ! Ne les ouvrons pas davantage sur la guerre que l’Arabie saoudite livre au Yemen, notamment avec des armes vendues par la France. Il est vrai que nos médias sont plutôt discrets sur la chose. Oublions donc ces broutilles ! Puisqu’il est question de broutilles, mentionnons-en une dernière pour faire bonne mesure : les salariés français travaillant au sein de l’ambassade d’Arabie saoudite à Paris ne peuvent pas prendre leur retraite. Le pays des Saoud a oublié de payer les cotisations à l’URSAF les concernant. L’Arabie saoudite a également une grosse ardoise à l’AP-HP pour ses ressortissants venus ces dernières années se faire soigner dans les hôpitaux parisiens. Le pays de MBS est éminemment solvable mais est un très mauvais payeur. Gageons que de tout cela il ne fut pas question une seconde dans les salons feutrés de l’Elysée. On ne doit jamais fâcher un hôte de marque !

L’absence de la distance nécessaire – on pourrait dire décente – vis-à-vis des régimes les plus sombres de la planète ne se limite pas à la réception officielle de leurs dirigeants dans les haut-lieux du pouvoir régalien. Elle est également remarquable dans l’insuffisante sympathie envers les opposants déclarés de ces régimes barbares. Il en va ainsi de la décision d’interdire la manifestation que le Conseil National de la Résistance iranienne souhaitait organiser le 1er juillet à Paris. Interdire cette manifestation des Iraniens est un marchandage – déguisé en crainte pour l’ordre public en France - contre la démocratie, la liberté d’expression et la liberté de réunion. Elle revient à céder au chantage exercé par le fascisme religieux au pouvoir en Iran, un régime qui se maintient, après le soulèvement des neuf derniers mois, en s’appuyant essentiellement sur une large vague d’exécutions qui a fait plus de deux cents victimes depuis le début du mois de mai. Il convient de ne pas froisser le régime des mollahs. Dans le même ordre d’idées, on veille à ne pas froisser non plus le régime turc. Dans l’affaire du triple assassinat de représentants de la communauté Kurde près du Centre culturel Ahmet-Kaya, siège du Centre démocratique kurde de France (CDKF), à Paris en décembre dernier, La Turquie a protesté contre ce qu’elle perçoit comme une « propagande anti-Turquie » en France. Si l’auteur des faits a bien été interpellé, il est à craindre que la Justice évitera de faire du zèle pour rechercher les commanditaires de cette action criminelle. Rappelons qu’un autre triple assassinat de Kurdes commis à Paris, en 2013, n’a toujours pas été élucidé.

Après MBS, quel sera le prochain visiteur à venir se faire blanchir sous les lambris de l’Elysée ? Les paris sont ouverts. Jupiter n’a que l’embarras du choix. Nous savons que l’un des candidats potentiels à commencer de redorer son blason, redevient doucement fréquentable. Un homme là aussi avec lequel il faut, paraît-il, de nouveau parler. Il s’agit de Bachar El-Assad soi-même ! En mai 2023 —il a fait son grand retour sur la scène internationale. Le dictateur syrien était en effet présent au dernier sommet de la Ligue Arabe. Un début sans doute prometteur dans le paysage cynique mondial. Pour le moment, il reste encore un peu trop sulfureux pour la France. D’autres prétendants vont forcément lui passer sous le nez avant que son tour ne vienne. Dans l’attente, il conserve le droit d’espérer que l’oubli estompe progressivement la mémoire de ses innombrables crimes.


Commentaires

Brèves

1er avril 2018 - LA NOUVELLE BABYLONE : UN FILM RARE LE 5 AVRIL A PARIS (13e)

Nous sommes heureux de vous convier à une soirée ciné-débat organisée par les Amies et Amis de (...)

24 octobre 2013 - PENSEE DU MOIS

Le réformisme consiste à faire comme les autres, c’est à dire rien, mais par étapes. (...)

8 juin 2011 - UN GESTE (GENEREUX ET LUDIQUE) POUR LE CAP VERT

Le Cap Vert est l’un des pays les plus pauvres du monde. L’association Regarde (...)
https://www.traditionrolex.com/18 https://www.traditionrolex.com/18