Appel pour des candidatures unitaires en 2007 et 2008

Plus de 2000 signataires, dont des cactusiens bien sur... vous pouvez signer aussi !
dimanche 11 décembre 2005
popularité : 9%

La situation que traverse actuellement la France exige une réponse unie des forces de gauche anti-libérales et altermondialistes, opposées aux politiques de régression, de ségrégation sociale et d’atteintes graves aux libertés publiques. Ce texte appelle à la construction d’une alternative commune, en rupture avec les politiques menées depuis plus de vingt ans, qui permette d’éviter la dispersion des candidatures aux prochaines élections en 2007 et 2008 et la division des forces dans les luttes sociales actuelles.

Le référendum du 29 mai l’a montré : un refus net du libéralisme économique peut produire un mouvement majoritaire à gauche et, dans ces conditions, l’ensemble des citoyens retrouve le goût de la politique. Cette victoire de la volonté de transformation sociale sur le discours de l’impuissance a été rendue possible par la campagne unitaire menée par celles et ceux qui, au sein des mouvements, des partis, des associations citoyennes, bousculent depuis dix ans le consensus néolibéral et appellent à de profondes ruptures. C’est pour contrer cette dynamique que le gouvernement pratique une politique ouverte de réaction sociale et d’atteintes aux libertés publiques. C’est pour n’avoir pas pris en compte ces attentes et avoir cédé au social-libéralisme pour les uns, ou s’y être convertis pour les autres, que les gouvernements de gauche ont échoué.

Le 29 mai a ouvert une possibilité. Elle ne se concrétisera pas si, d’ici 2007, le « chacun pour soi » succède au « tous ensemble ». Face à une droite arrogante, rien ne serait pire que la dispersion des sensibilités qui préfèrent l’alternative franche à l’alternance molle qui domine la scène politique depuis vingt ans. Beaucoup se sont regroupés autour du Non pour dire cette préférence ; mais beaucoup d’autres partagent cette critique d’un projet de société soumis aux seules logiques économiques et financières. L’aspiration à rassembler est très forte et s’exprime dans les collectifs existants, dans les divers rencontres et forums. Pourtant, les risques d’éparpillement existent, notamment à l’occasion des prochaines échéances électorales.

Sans mobilisation populaire, sans dynamique citoyenne, aucune alternative ne s’imposera. Il nous faudra agir ensemble et nous mobiliser dans les luttes, en menant avec force le débat avec toutes celles et ceux qui cherchent les voies d’une transformation sociale profonde. En s’appuyant sur l’expérience des collectifs nés de la campagne référendaire et sur les propositions portées par les mobilisations collectives, il est possible d’organiser une vraie co-élaboration associant syndicalistes, politiques, associatifs, chercheurs, animateurs de lieux et revues culturels, citoyennes et citoyens. Ce travail doit être ouvert à tous, structures organisées et individus. Toutes les formes : forums, rencontres, assises, espaces de luttes, mais aussi manifestations festives et culturelles qui ponctueront ce débat sont bonnes à prendre dès l’instant où elles participent d’une mise en commun. Appartenant à tous sans être la propriété de personne, ce débat devra être porteur d’une logique alternative globale en rupture avec le capitalisme libéral et l’ensemble des mesures anti-sociales promulguées par la droite. C’est à cette tâche d’élaboration programmatique commune qu’il faut maintenant nous atteler : renforcer les services publics contre la logique de privatisations qui prévaut depuis vingt ans. Mettre en oeuvre des politiques capables de répondre à la mondialisation capitaliste. Légiférer pour interdire les licenciements boursiers, garantir un véritable droit à l’emploi, au salaire, à un revenu pour vivre et à la formation pour toutes et tous, contre les logiques de précarisation et les délocalisations. Pour répondre à la crise écologique, mettre en question nos modes de consommation et de production, profondément inégalitaire, souvent destructeurs de la planète et ne répondant qu’imparfaitement aux besoins sociaux. Affirmer la volonté de protection des biens communs en faisant de l’eau, l’énergie, les transports, les communications, la santé... des services publics. Réquisitionner les logements vides et, pour promouvoir une réelle politique du logement social, mettre en place un service public national du logement. Mettre un terme à la stigmatisation des populations d’origine étrangère, à toutes les discriminations, et promouvoir l’égalité des droits pour toutes et tous. Faire prévaloir une réelle égalité entre les hommes et les femmes. Régulariser massivement les sans papiers. En finir avec le tout-sécuritaire. Mettre la démocratie au coeur du projet et engager, dans ce cadre, un processus de rupture avec les institutions de la Vème République. Faire le choix d’une politique de solidarité et de co-développement avec les peuples du Sud et de l’Est. Faire du désarmement une priorité, s’inscrire en dehors du cadre de l’OTAN et entamer la reconversion des moyens militaires au service de la satisfaction des besoins sociaux. Enclencher un authentique processus constituant d’une autre Europe, au service des peuples et des citoyens Seul un tel rassemblement permettra d’imposer une logique alternative globale à gauche, rompant avec le projet régressif de société et les politiques mises en oeuvre par tous les gouvernements depuis plus de vingt ans. Ces choix, et les propositions permettant de les concrétiser, seront ceux d’un gouvernement soucieux de répondre aux attentes populaires, de faire renaître un espoir à gauche. Ils sont incompatibles avec la participation à un gouvernement placé sous la domination d’une orientation et d’une politique sociales-libérales qui ont conduit aux échecs du passé. Dans cette perspective, nous travaillerons à tout mettre en oeuvre pour éviter la multiplication des candidatures aux prochaines échéances de 2007 et 2008. Nous faisons le pari que, si nous nous engageons ensemble dans cette dynamique, ce qui nous rapproche l’emportera sur ce qui nous sépare dans les luttes d’aujourd’hui et les élections de demain. Rien n’est plus urgent que d’enclencher ce processus. Alors engageons-le dès maintenant.

Pour signer : http://www.alternativeunitaire2007.org


Commentaires

Logo de FX用語
samedi 20 décembre 2008 à 06h41 - par  FX用語

アイザー・ウェイ/相対取引/アウトライト/アナリスト/アノマリー/委託介入/委託手数料/インカムゲイン/インサイダー取引/インターバンク市場/ウィークオーダー/ウォールストリート/受渡日/売上高営業利益率/エマージング市場/エリオット波動理論/円建て/円高/円安/追証/オイルマネー/&nbsp欧州連合/オプション取引/オンライントレード/赤字国債/OAPEC/悪徳商法/頭金/アパート経営/イスラム金融/インポッシブルトリニティ/インデックスファンド/異業種参入/イールドスプレッド/失われた10年/薄商い/ウルグアイラウンド/上放れ/売りオペレーション/円の国際化/円キャリー取引/LDC/エコファンド/営利原則/オイルショック/オルタナティブ投資/欧州復興開発銀行/大株主/オピニオンリーダー/外貨準備/外国為替証拠金取引/外国人投資家/カルテル/為替/キウィ/機関投資家/基軸通貨/規制緩和/キャピタルゲイン/クォート/口先介入/クロス取引/グローバル・ソブリン/景気/経済成長率/経常黒字/現受け・現渡し/高金利通貨/好材料/公定歩合/国内総生産/購買力平価/買い支え/兜町/外部金融/買方金利/企業買収/キャッシュフロー/キャピタルフライト/恐怖指数/金融ビッグバン/グローバリゼーション/黒字倒産/組戻/グローバルマーケティング/グラミン銀行/気配値/現金通貨/景気動向指数/経済白書/限月/公正取引委員会/公的資金投入/個人向け国債/固定費/コンプライアンス経営/債券/裁定取引/歳入/先物為替/

Site web : FX用語
Logo de FX用語
vendredi 19 décembre 2008 à 21h57 - par  FX用語

指値/塩漬け/シカゴ筋/市場金利/ジャスダック/証拠金/スイスフラン/ストックオプション/スプレッド/スワップ金利/スワップ取引/世界銀行/セカンダリーマーケット/設備投資/センチメント/送金小切手/総合口座/想定元本/損切り/サイコロジカルライン/サブプライムローン/ザラ場/債務/サーチャージ/ジェネリック医薬品/時価総額/シナジー効果/証券会社/信託銀行/スクウェアポジション/ストップ安/ストラテジスト/スタグフレーション/ストラクチャードファイナンス/世界恐慌/潜在株式/世界貿易センター/ゼロ金利政策/戦略的同盟/想定為替レート/総資産利益率/ソーシャルマーケティング/総資本/相互会社/タックス・ヘイブン/建玉/建値/単元株/チャートポイント/中央銀行/長期金利/長期投資/追加証拠金/ツー・ウェイ・プライス/通貨インデックス/通貨先物取引/デイトレード/ディーリング/ティック/テクニカルチャート/デフレーション/東京外国為替市場/取引所取引/ドルコスト平均効果/トレンド/脱税/ダウ平均/短期金融市場/ダブルボトム/知的財産/中型株/直接金融/長期プライムレート/地域再生ファンド/通貨の切り上げ/通貨危機/追加型投資信託/積立定期預金/低位株/ディスクロージャー/手付金/敵対的買収/デリバティブ/投機/投資信託/投資家/東証株価指数/東京オフショア市場/ナスダック/ナッシング・ダン/成行/難平/日銀短観/日経225/日本銀行/入札談合/抜く/値洗い/値ざや稼ぎ/ネット専業証券/

Site web : FX用語
Logo de FX用語
vendredi 19 décembre 2008 à 21h56 - par  FX用語

年金/ノーオファー(ビッド)/ノーロードファンド/ノンバンク/ナイター取引/永田町/内需/内部金融/ナスダック指数/2:8の法則/日銀総裁/ニューディール政策/日経景気インデックス/ニンジャローン/ネクスト11/ネットバンク/値付率/値幅制限/ノックダウン生産/のれん代/ノミ行為/ハイパー・インフレーション/始値/バブル経済/反対売買/ヒット/ビッド/日計り商い/評価損益/ファンダメンタルズ/フォレックス/プライマリーバランス/ブローカー/ヘッジ/ヘッジファンド/ベンチャー企業/変動為替相場制/ポートフォリオ/ポケット外貨/ポジション/保証金維持率/ベンチャーキャピタル/ボラティリティ/ホワイトナイト/粉飾決算/米ドル建て債券/標的市場/風説の流布/プライマリー・マーケット/法定利率/パックマンディフェンス/貧困ビジネス/ポジショントレード/ヘラクレス市場/ハンセン指数/振決国債/フェアトレード/ほふり/比較広告/配当/排出権取引/バイオガソリン/ベストプラクティス/ベーシスポイント/BDI/マークトゥマーケット/マイン/マクロ経済/ミクロ経済/ミシガン大学消費者景況感指数/ミニ株取引/ムーディーズ/無為替/名目金利/メキシコ通貨危機/メジャーカレンシー/戻り高値/モバイル取引/もみ合い/モラトリアム/民間非営利組織/ミューチュアルファンド/マザーズ/マネーサプライ/マネーフロー/民活プロジェクト/メルコスール/マーチャンダイジング/メガバンク/メディアミックス/メディアリテラシー/マクロマーケティング/緑の革命/約定/安値覚え/やれやれ売り/有価証券/有限責任/有効証拠金/融資/

Site web : FX用語
Logo de Flotroyen
samedi 22 juillet 2006 à 00h38 - par  Flotroyen

Ces deux militants socialistes qui nous rejoignent sont bien la preuve qu’il existe au ps des gens pour qui le socialisme est une valeur, une idéologie qui a un sens.
C’est pour cette raison que je ne partage pas le sectarisme de certains à la ligue notamment qui ne veulent pas entendre parler du ps en oubliant que même dans ce parti il y a des militantes qui ne partagent pas les oirentations sociales libérales de leur parti...
Le candidat qui portera le rassemblement ne peut à mon avis ni appartenir au ps (il ferait fuir les militants de la LCR) , ni un candidat de la LCR qui par sa position anti-ps empêcherait la création d’un rassemblmeent vaste à gauche...
Je passe sur la candidature de Bové qui représente une parti de ce que les gens qui ne vont plus voter rejette : un individu appartenant au "star system"... dans les quartiers populaires peu de personnes pensent que Bové est un candidat crédible
C’est aussi pour ctete raison que je pense que la candidature de MG Buffet est la mieux à même de réunir efficacement toutes les tendances comme cela à été le cas lors du référendum, en étant la garante de l’unité. De plus c’est la seule candidate anti-libérale dont l’expérience politique apporte une crédibilité à la candidature anti-libérale...
Et puis il ne faut pas oublier que le pcf possède une forte implantation et grosse influence dans de nombreux quartiers populaires que d’autres formations politiques lui envient... la sele chose qui manque c’est la capacité à mobiliser l’électorat populaire qui pourrait suivre un mouvement anti-libéral à même de gagner... le potentiel est immense.
tout peut aller très vite si on arrive à faire gagner notre candidature en crédibilité... après sur le programme, je pense qu’il n’y a pas photo avec les autres programmes... un véritable porgramme de gauche avec les possibilités de financement pour répondre aux véritables besoins des gens...
bref votez pour le rassemblement anti-libéral ^^

Logo de engels00
dimanche 16 juillet 2006 à 21h18 - par  engels00

Comités locaux ?
Une très bonne initiative pour créer une dynamique de confiance à gauche pour rassembler les antilibéraux de gauche.
Bové ? Avec quel programme pour faire quelle politique et avec qui ?Bové antilibéral, oui, sans doute, anticapitaliste c’est certainement plus douteux et à démontrer.
Si beaucoup de français le considère utile dans les combats qu’il mène avec beaucoup d’autres organisations ou partis politiques,ils auront beaucoup de mal à lui donner un rôle institutonnel.Les représentations du pouvoir doivent être très fortes pour incarner une dynamique de renouveau économique et politique, Bové n’incarne pas cette dynamique de rassemblement et sa crédibilité.Encore moins Besancenot !

Logo de Boudinovitch
lundi 12 juin 2006 à 10h59 - par  Boudinovitch

Les comités locaux se multiplient. Hélas, ils sont souvent noyautés (je le dis sans agressivité) par des responsables du PCF et de la LCR, qui, par leur expérience des luttes d’organisation, peuvent facilement en confisquer la représentation.

Pourtant, nous, les antilibéraux de gauche, réellement en faveur de l’unité, nous sommes très largement majoritaires dans l’ensemble de ces comités...
Je crois que nous devons faire l’effort de nous faire entendre, et de convaincre.

Une chose est certaine, une candidature Bové (voire un ticket Besancenot Buffet Bové sous le nom du dernier) serait, pour le PCF, une vraie chance. Suivez mon raisonnement :

1) l’union de la gauche est morte : le PCF ne pourra pas souscrire à un programme de gouvernement (simple soutien, ou participation) dicté par le PS, étant donné le OUI, le NON, sans compter les position de madame Royale !

2) Sans union de la gauche, que se passera-t-il aux législatives ? Le PS a une solution de rechange vers le centre (avec Bayrou dans le rôle de la sirène), mais le PCF ?

3) Ce dont rêve Hollande, c’est d’une France politique avec 15% d’extrême droite, 15% d’extrême gauche (PCF, LCR, LO) complètement isolés et sans représentation politique (surtout pas de proportionnelle !) et 70% entre le centre droit et le centre gauche. C’est le retour du rêve Giscard : 2 français sur 3, et aussi du rêve Roccard. C’est la démocratie à l’américaine, avec 50% d’abstentions...

4) Ceci n’est pas vraiment un cauchemar pour la LCR, dont les militants ont adhéré en sachant qu’ils seraient ainsi, réduits à une agitation rrrévolutionnaire, sans autre possibilité d’action que des manifs (attention, je ne suis pas contre les manifs). La LCR n’a rien à perdre, ni députés, ni positions municipales.

5) Mais le PCF a tout à perdre, jusqu’à son existence même. Il y a des limites au déclin, et celui-ci dure depuis maintenant cinquante ans. Où sont les jeunes du PCF ?

6) La seule issue pour le PCF c’est la constitution d’un puissant courant anti libéral à gauche, lequel pèse, non pas 15%, mais plutot 35%, ce qui change tout. Les lois de la gravitation politique feraient alors éclater non le PC, mais le PS...

7) Et ceci passe, pour le moment, par un engagement sans état d’âme en faveur d’une candidature Bové.

C’est à mon avis l’un des thèmes que nous devons discuter avec les militants du PCF (et aussi avec ceux de la LCR, qui ne sont pas tous polarisés par leur seul score électoral) dans les comités.

Logo de Boudinovitch
lundi 29 mai 2006 à 22h06 - par  Boudinovitch

Chère Annie,

Je n’ai pas compris ta comparaison entre une éventuelle candidature Bové, et la très ancienne (déjà) candidature Coluche.
je crois que c’est une phrase hâtive, un peu comme celle de Fabius saluant la candidature Ségolène d’un "la présidentielle n’est pas un concours de beauté". Le genre de remarque plutôt ridicule que l’on regrette à la réflexion...
La candidature Coluche était celle d’un homme sans expérience politique. Elle n’avait qu’un contenu très vague, très général, de remise en cause du personnel politique.

José Bové est l’un de hommes, en France qui a l’expérience politique la plus passionnante. C’est l’un des leaders de l’altermondialisme, reconnu comme tel dans le monde entier. Quantité de gens sur les cinq continents qui ne connaissent pas Ségolène (et ne se soucient pas de la connaître) connaissent José Bové.

Ce qu’il peut dire ni ni vague, ni inspiré par une doctrine idéologique : c’est ce qu’il a vu se mettre en oeuvre, de près, dans de nombreux pays d’amérique du sud, d’afrioque et d’asie.
Je ne sais pas s’il y aura, finalement, une candidature José Bové.
Je sais que seul ce nom la peut porter une candidature unitaire antilibérale.
MG Buffet ? elle est très bien mais sa candidature ne créera aucun évènement. Elle peut tout au plus atteindre les 5%.
Fabius ? Peut-être mais présenté par qui ? Le PS lui barre la route et il ne passera pas outre.
La candidature Bové serait un tremblement de terre politique.
C’est la raison pour laquelle, finement ou avec de gros sabots, tout ceux qui ont partie liée avec le libéralisme feront tout, absolument tout, pour l’empêcher, ou, si elle existe, pour la masquer, l’étouffer.

Nous par contre, qui ne voulons, ni que le second tour de la présidentielle oppose deux candidats du OUI, ni que le candidat du NON soit Le Pen, avons tout à gagner à ce que cette candidature soit déclarée, et que la campagne se développe...

Alors vraiment, Coluche... aucun rapport.

samedi 13 mai 2006 à 09h19

"Sur les 55% du NON au référendum, il n’est pas abusif d’attribuer 35% à la gauche, disons, au NON de gauche. Or les organisations politiques qui ont fait campagne pour le NON totalisent à peine 15%.

Il y a donc un grand problème de représentation politique du refus du libéralisme."

Et dans le vote oui il y avait 10 % d’anti-libéraux !
Il ne faut pas observer de cette façon à mon avis , le vote du 29 mai . Le vote du 29 est d’abord un vote de classe un vote, contre la mal vie , il suffit de regarder dans quelles bureaux de vote non était majoritaire . Le pcf , représente à la fois le vote populaire et anti libéral mais avec le handicap de porter les échecs de la « gauche » et des pays « cousins éloignés » . Il me semble que profondément les militants du pcf ne veulent plus reproduire cela , il faut donc pour réussir que les autres militants anti-libéraux regardent et travaillent avec les militants du parti sans deceler un stalinien derrière chaque camarade . Et que chaque camarade du pcf travaillent avec les autres militants anti-libéraux, sans chercher les sociaux-traitres qui se cachent peut ètre, derrière les banderoles !

Il faut bien aussi mettre les divergences sur la table immédiatement afin de trouver en amont les compromis : nucleaire , financement secu ,émmigration , laîcité, démocratie sociale....
comme pour le partage des taches ménagères, à négocier avant .... pour ne pas divorcer très vite !
“ Et puis après, on verra bien”, comme disait le regretté François Beranger.
M.katcha

Logo de Annie Stasse
jeudi 4 mai 2006 à 13h22 - par  Annie Stasse

Malheureusement, de mon point de vue la candidature de Bové ne peut avoir plus de poids que Coluche en son temps.

Il est dans une minorité de la minorité : les paysans, et malgré la sympathie qu’on peut avoir pour lui aucune crédibilité pour une présidentielle.

Je crois de plus en plus en une candidature unitaire non-libérale, au regard de Prodi avec sa base trop large ingouvernable, mais surtout qui ne séduit pas suffisamment (il a bien failli ne pas être élu).

Fabius (tout Etre Humain a le droit de changer en vieillissant ce fut le cas de Mitterrand en 78/81) et pouquoi pas Buffet qui ferait un pendant interessant à Ségo qui n’a pas de programme, sinon de répéter Blair.

Les programmes sont en cours de partout. Soyons plus patients que les médias !

Logo de Jean Pierre Boudine, enseignant, Marseille
mercredi 12 avril 2006 à 15h33 - par  Jean Pierre Boudine, enseignant, Marseille

La crise qui vient d’aboutir au retrait du CPE n’a pas un sens très différent de celui qu’a eu le rejet de la constitution libérale, puisqu’il s’agit ici du rejet de la précarité.
Seule différence, le PS a eu l’intelligence de ne pas dénoncer le mouvement ! Mais il a été clair pour tout le monde que Hollande et ses amis n’ont rien à proposer contre la précarité.

Sur les 55% du NON au référendum, il n’est pas abusif d’attribuer 35% à la gauche, disons, au NON de gauche. Or les organisations politiques qui ont fait campagne pour le NON totalisent à peine 15%.

Il y a donc un grand problème de représentation politique du refus du libéralisme.
On sera bien inspiré de regarder à l’Est la création du Linkspartei.
En France, il nous faut un candidat du NON de gauche aux prochaines élections, qui puisse être présent au second tour. Ce ne sera pas Fabius, que la décadence du PS entraîne malheureusement dans sa chute. Ce ne sera pas Marie Georges Buffet, dont le handicap créé par tant d’années de stalinisme, ne peut pas être comblé en si peu de temps, en dépit de son talent et de sa belle campagne référendaire. La voie d’un redressement du PCF passe plutôt par sa participation à la campagne d’un candidat incarnant le NON de gauche de manière à la fois nouvelle et naturelle.

On reconnait là le portrait de José Bové.
Mais cette candidature n’a de sens que si elle est prolongée par des candidatures du même courant, aux élections législatives, et c’est là que le PCF, tout comme, à un degré moindre, la LCR, peuvent jouer un rôle clé.

Une candidature José Bové sera un tremblement de terre politique. Elle sera extrêmement dure à mener et à conduire au succès. Mais c’est la seule voie, et, le désert politique actuel (que des phénomènes comme Ségolène Royal ne font que mieux mettre en évidence), lui ouvre un espace immense.

Logo de Annie Stasse
mardi 11 avril 2006 à 17h38 - par  Annie Stasse

Je défends une thèse similaire auprès de blogs, site, forums... peu de succès pour l’instant. Je dis peu soit pas "pas du tout". Et aussi dans mon militantisme.

Je ne peux que constater :
- le PC, je le vois bien présenter Buffet, et sinon se rallier à Hollande (c’est comme ça dans mon coin peut-être pas toute la France)
- les LCR 2 cas de figures
a) les plus durs restent accrochés à leur candidature sans jamais vouloir entendre quoique ce soit d’autres (souvent ceux-là croient encore, durs comme fer à la Révolution ou au Grand soir !)
b) d’autres plus conciliants pourraient accepter une candidature unitaire à plusieurs conditions : quelle soit nonistes, et ait un programme élaboré en commun.
- les ps total hors du coup. N’y comprennent rien à rien, et surtout le veulent pas (comprendre). sauf les nonistes...
moi j’en suis sortie depuis 1 mois j’en pouvais plus..

Ne répétons pas Berlu-Prodi à la sauce Sarko-ségo ou pire

Site web : ??????
Logo de toucan
mardi 20 décembre 2005 à 23h13 - par  toucan

Je crains fort que la multiplicité des candidatures ne soit la rançon de la démocratie.

Cependant, PC mis à part (a t-il des chances ?...) la gauche ne présentera que des libéraux plus ou moins avoués, des partisans du OUI, de grands bourgeois, au sens vulgaire du terme.

Dès lors, comme des communistes (Malraux), des socialistes, etc., pourquoi ne pas tenter l’aventure hors norme, le pari loin des sentiers battus de la défaite ?

Un type comme Dupont-Aignan pourrait être intéressant !

Logo de Dany desplantes
vendredi 16 décembre 2005 à 12h43 - par  Dany desplantes

Seuls des collectifs ouverts à tous ceux qui contestent le libéralisme peuvent élaborer un programme politique. Cela doit permettre de faire participer beaucoup d’acteurs et de citoyens. En ce moment, je suis très en colère contre les "synthétiques nonistes" du PS. Même si c’est une nécessité, comment pourront-ils s’intégrer dans une candidature unitaire ? J’ai tracté début juin 2005 et j’ai vu que la campagne du TCE avait été précieuse et suscitait toujours l’intérêt. Mais les attaques médiatiques et gouvernementales ont malheureusement gagné. Provisoirement j’espère. Il faut se mettre au travail et informer le plus largement possible, et pas seulement avec des tracts ou avec internet !

Logo de BAUS
mercredi 14 décembre 2005 à 17h02 - par  BAUS

Jean,

Ouvrier retraité et militant au PS

Après avoir pris connaissance de l’appel, je suis d’accord et je me joins à vous et je signe.

Logo de Laurence
mardi 13 décembre 2005 à 16h06 - par  Laurence

Bonjour,
J’accepte d’apposer ma signature sur cet appel.
L’article que vous nous proposez à lire reflète tres exactement ma propre analyse. Je ne suis qu’une militante PS, conseillère municipale dans ma ville et un tel discours me permet enfin de me sentir en phase avec mes idées et les valeurs que j’ai défendues avec acharnement pour le vote non au référendum.
Je vous en remercie. Laurence

Brèves

1er mars 2012 - BREF HOMMAGE A MENDES FRANCE, par François LEDRU

Chez les Ledru, bourgeois catho (comment puis-je être si différent d’eux ?), les gosses (...)

17 août 2009 - SIGNEZ LA PETITION ANTI-BONUS !

Les grands dirigeants du monde prétendent ne rien pouvoir faire dans leur pays contre le retour (...)

25 mai 2008 - NOUS SOMMES ELUS DU PEUPLE, PAS DE SARKOZY : POUR LA DEFENSE DU DROIT DE GREVE : DESOBEISSANCE CIVILE DES ELUS !

Le 15 mai 2008, le président de la République en titre a osé remettre en cause le droit de (...)