ATTENTION, POISON VIOLENT : LE PIEGE DE L’ELECTION PRESIDENTIELLE

Par Marc Mangenot
lundi 4 septembre 2006
popularité : 4%

L’élection présidentielle « à la française » est un véritable poison politique. C’est un poison d’autant plus violent que cette élection est populaire. Le peuple serait-il friand de poison ? Certes, il est souvent drogué, consentant ou non : alcool, bagnole, religion, feuilletons spécieux, et bien d’autres. A petites doses, ces poisons potentiels peuvent être des plaisirs. Mais pourquoi donc ce poison qui tue la République et la démocratie, pourtant bien loin d’être parfaites, est-il prisé à ce point. Les raisons en sont simples. Tout d’abord il n’y a pas de doses contrôlables. L’injection est massive et d’effet durable. En effet, une majorité d’électeurs estime plus importante cette élection que toutes les autres réunies. Diable (si je puis me permettre) ! Car, la présidence de la République française apparaît comme le lieu central du pouvoir. Mieux alors vaudrait, peut-il sembler, se déterminer, ou se déterminer d’abord ou avant tout, sur ce terrain que sur d’autres. Cette manière de voir n’est malheureusement pas fausse, tant la Constitution de la République cinquième que les pratiques successives de tous les occupants de la fonction en ont conforté la prééminence, y compris, avec quelques nuances, mais toujours au profit de l’exécutif, en période dite de cohabitation. Toutefois, croyant peser sur les événements futurs, la majorité des électeurs (considérés comme des consommateurs de slogans et non des citoyens) renforce le côté pervers de l’élection et de la fonction présidentielles. Il est absolument nécessaire de se démarquer de cette posture dangereuse et ruineuse pour toute démarche ou pratique émancipatrice et démocratique.

Les travers de ce mode d’élection peuvent être ramenés à quelques éléments essentiels. En premier lieu, par un vote direct de l’ensemble des électeurs, est en quelque sorte légitimé l’octroi de pouvoirs (très et beaucoup trop) importants entre les mains d’une seule personne. En second lieu, et conséquemment, se trouve renforcée la primauté, déjà excessive par ailleurs dans l’ensemble institutionnel français (1), de l’exécutif sur le délibératif. En troisième lieu, c’est offrir un boulevard aux démagogues et aux « marchands » de slogans politiques. Lors de cette élection, le champ politique est en effet traité à la fois et plus que jamais comme un marché et comme un spectacle. Le ci-devant citoyen, après avoir assisté au spectacle est sommé d’acheter (de donner sa voix au plus clandestinement persuasif, pour reprendre une formule de Vance Packard). Toute élection est une occasion pour les démagogues et les partis de l’ordre imposé de se manifester, mais celle-ci, par sa forme, plus que toute autre.

La gauche, celle qui se définit « anti-libérale », se doit de prendre position. Elle a redonné l’espoir avec la victoire du non au référendum sur le projet de traité constitutionnel européen. Ce rejet d’un projet européen antisocial et antidémocratique a ouvert le champ des possibilités, et a participé de la victoire contre le gouvernement qui a dû retirer le CPE. Ce résultat positif est aussi, et justement, le fruit d’un long, patient et systématique travail d’explication et de réflexion mené en commun par des dizaines de milliers de gens. Loin des slogans. Loin des démagogues. Loin des puissants et de leurs complices.

Si cette analyse est correcte, elle devrait conduire à privilégier les élections aux assemblées délibératives. Autrement dit, et beaucoup déjà se sont exprimés dans ce sens, la participation à l’élection présidentielle doit être subordonnée aux élections législatives et municipales. Comme le référendum européen, la gauche de gauche devrait s’organiser, avec ses propres moyens et ses propres forces, pour mener une campagne pour la démocratie et pour le rééquilibrage des pouvoirs, spécialement entre exécutif et législatif. Une telle campagne porterait à la fois sur la critique de la remise de pouvoirs exorbitants dans les mains d’une seule personne, sur le poids excessif des exécutifs, sur les modes d’élection, sur la participation citoyenne. Elle aurait pour mot d’ordre « une autre constitution, pour une république (réellement) sociale et démocratique ». En ce sens, elle servirait de pré-campagne aux élections législatives. La « Charte pour une alternative au libéralisme », fruit d’une élaboration collective large, constitue un des éléments du débat nécessaire, populaire et citoyen, sur le fond.

Dès lors, la campagne présidentielle aurait un quadruple objectif : mobiliser et organiser le débat sur les grandes orientations ; contester le mode d’élection et mettre en débat une réforme constitutionnelle ; devancer le ou la candidat (e) soial-libéral(e) , et préparer les élections législatives unitaires, ainsi que les suivantes (municipales). L’actualité, nationale, européenne, internationale, conduira, bien entendu, à ajuster les thèmes de campagne.

Il y a bien sûr la délicate question du choix de la personne qui représentera la gauche, unie comme elle l’a été durant la campagne contre le traité constitutionnel européen, c’est-à-dire contre l’institutionnalisation de la domination du capital sur ce demi-continent. Bien des éléments sont à prendre en considération avec soin : l’importance des partis, mais aussi celle des citoyens organisés en centaines de comités locaux ; l’absence de concessions au social-libéralisme et aucune alliance avec lui, ce que n’est pas le désistement républicain.

Il reste beaucoup à faire (nous sommes début août). Mais c’est seulement dans l’hypothèse où la gauche sort du piège de l’élection présidentielle et s’engage collectivement pour changer la politique dans ses orientations et dans ses pratiques, que les objectifs résumés ci-dessus pourront être atteints. Et ils peuvent l’être.

(1)La prééminence de l’exécutif est redoublée dans les institutions de l’Union européenne

Marc Mangenot est l’un des animateurs de la Fondation Copernic


Commentaires

Logo de インプラント
lundi 12 janvier 2009 à 04h26 - par  インプラント
Site web : インプラント
Logo de 逆援
lundi 12 janvier 2009 à 04h24 - par  逆援

逆援お金稼ぐ人が急増中 !どうせ出会い系を使うなら、逆援助で気軽にアルバイト感覚で利用した方が断然楽しい !エッチな出会いを見つけましょう。エッチ動画コンテンツもあります。エッチ度をチェックして、相性の良い女の子と即エッチできるよ。女性のエッチ画像も公開中!セックスがしたいならセックスフレンドがたくさん作れる出会い系サイトがオススメ。完全無料で出会えてSEXができるサイトはココだけ。アナルセックスカーセックスなど、アブノーマルなプレイをセックスフレンドと楽しもう!セフレを作るならセフレ募集ができる全国版出会い系サイトがおすすめです。地域検索でセフレ探しを完全サポート。あなたに合ったセフレ紹介をお手伝いします。近所のセックスフレンドを見つけて快適な性生活を送りましょう。人妻とエッチな出会いをしてみませんか。人妻出会い系サイトで風俗よりも良い体験をしましょう。人妻系熟女女性が多数登録しています。熟女が全国から集まる熟女出会い系サイトです。熟女動画が期間限定で公開中!熟女DVDも無料で閲覧できます。熟女画像/a>を自由に検索して好みの女性を探してください。エッチな出会いを見つけましょう。エッチ動画コンテンツもあります。エッチ度をチェックして、相性の良い女の子と即エッチできるよ。女性のエッチ画像も公開中!熟女が全国から集まる熟女出会い系サイトです。熟女動画が期間限定で公開中!熟女DVDも無料で閲覧できます。熟女画像/a>を自由に検索して好みの女性を探してください。日本最大級出会いの広場。会員数ナンバーワンの出会い系です。老舗出会い系サイトで素敵な相手を見つけましょう。出会いサイトを使うなら、無料出会いができるココのサイトが断然オススメ♪日本最大級出会いの広場。会員数ナンバーワンの出会い系です。老舗出会い系サイトで素敵な相手を見つけましょう。出会いサイトを使うなら、無料出会いができるココのサイトが断然オススメ♪

Site web : 逆援
Logo de    ì  o‰ï‚¢
jeudi 8 janvier 2009 à 01h16 - par   ì o‰ï‚¢

香川 出会い高額アルバイト高額バイト高校生高収入 アルバイト高知 セックス合コン合コン 愛知合コン 岡山合コン 岐阜合コン 京都府合コン 広島合コン 佐賀合コン 山形合コン 滋賀合コン 出会い合コン 神奈川合コン 石川合コン 大分合コン 鳥取合コン 徳島合コン 富山合コン 福島18禁 DVD18禁 コミック18禁 動画2ショット2ショット チャット お見合い2ショット デート 夜景2ショット 出会い30代30代 出会い3P40代40代 出会い50代黒人 アダルトロシア アダルトAV女優 一覧AV女優 画像一覧Hサイト リンク集HチャットH下着H告白OL セクハラSEX 関東SEX 無料SEX 画像流出SM 倶楽部SM 縛りSM 体験SM 官能小説アイコラ 職人アイコラ 画像ランキング愛知 逆援情報愛知 結婚相談所青森 お見合い 掲示板青森 結婚情報秋田 お見合い パーティー秋田 結婚式場アダルト ショップアダルト レズアダルト 素人アダルト グッズ 使い方アダルト グッズ レビューあだるとアダルト サイトランキングアダルト バイトアダルト ビデオ 女子校生アダルト 出会い系あだると 体験談あだると 動画 無料アナルアナル セックス 画像アナル ファックアナル 指入れアニメ家出家出 女子高生イキ顔イク 画像石川 お見合い 相談石川 結婚相談茨城 お見合い パーティー茨城 結婚式イマラチオイメージプレイ岩手 逆援 出会い 募集岩手 結婚相談所ウェイトレスえっちエッチエッチ アルバイト 童貞エッチ 高額バイトエッチ 動画エッチ 無料愛媛 逆援 募集愛媛 結婚相談えろエロ

Site web :  ì o‰ï‚¢

Brèves

1er mars 2012 - BREF HOMMAGE A MENDES FRANCE, par François LEDRU

Chez les Ledru, bourgeois catho (comment puis-je être si différent d’eux ?), les gosses (...)

17 août 2009 - SIGNEZ LA PETITION ANTI-BONUS !

Les grands dirigeants du monde prétendent ne rien pouvoir faire dans leur pays contre le retour (...)

25 mai 2008 - NOUS SOMMES ELUS DU PEUPLE, PAS DE SARKOZY : POUR LA DEFENSE DU DROIT DE GREVE : DESOBEISSANCE CIVILE DES ELUS !

Le 15 mai 2008, le président de la République en titre a osé remettre en cause le droit de (...)