POUR SEGOLENE, PAR AMOUR...

Par Michel Pillier
mardi 1er mai 2007
par  Michel Pillier
popularité : 4%

Madame Marie-Ségolène Royal est gourmande. Non contente de sa relation fidèle avec le Che, qui a pour elle les yeux de Rodrigue pour Chimène, voilà la prude candidate jouant la grande scène de la séduction au mâle François Bayrou, sûr de sa puissance. Certains esprits chagrins, notamment à gauche du PS, s’en offusquent. Ah les mesquins ! Car enfin, cet improbable remake du fameux « Je t’aime...moi non plus » est des plus suggestifs. La nouvelle Jane Birkin n’est-elle pas aussi sexy que l’ancienne ? Et Bayrou en Ginsbarre, c’est vraiment roboratif !

Il va et il vient, et il se retient...car c’est bien difficile de s’aimer devant les caméras ! Tous les jaloux se liguent pour empêcher la publication des bans de ces amours adultérines. Pourront-ils consommer ? J’entends bien les puristes dire que cet homme bouffi d’orgueil est de droite. Il ne m’échappe pas non plus que ce mégalo vaniteux n’est pas le fils de Dieu descendu sur terre pour expier les péchers d’un système politique sclérosé dont il est le produit. Mais il le croit. Messie messie...Qui pourrait reprocher à un démocrate chrétien d’être soudainement touché par la grâce ? Alors, oublions ses défauts, puisque Ségolène l’aime et que j’aime cette femme.

Bon, je le confesse, entre Ségolène et moi, ça n’a pas été le coup de foudre. C’est venu très progressivement. Au premier tour, je n’ai pas voté pour elle. Le coup du vote utile, on me l’avait déjà fait. Indigne de moi, indigne d’elle. Il fallait attendre de pouvoir l’aimer pour elle-même. Le moment est venu. J’aime la façon dont elle me susurre qu’elle m’a entendu et que je serai un peu président avec elle. La France présidente, une trouvaille ! J’aime ses appels à l’intelligence collective, à l’audace, au donnant-donnant, au gagnant-gagnant, à l’ordre juste et autres formules sans réel contenu qui font si chaud au cœur. J’aime que Ségolène s’affirme libre de tout lien avec les puissances d’argent et j’aime l’idée qu’elle augmentera mon salaire dès le mois prochain. J’aime ses improvisations, ses bourdes, ses approximations, ses préjugés, ses erreurs, cette façon inimitable qu’elle a de nous convaincre qu’elle divisera par quatre les gaz à effet de serre en fermant les centrales qui n’en produisent pas. J’aime enfin l’ingénuité avec laquelle elle proclame le dépassement du oui et du non au TCE et son espoir de nous l’enfiler à l’usure, en ressortant la vieille fable du protocole social additionnel. Même mon Che-che en est scotché. Ah, que les choses passent mieux avec un peu de vaseline !

Brassens connaissait-il Mme Royal ? J’imagine que c’est pour elle qu’il aurait composé sa chanson : « Tout est bon chez elle, y a rien à jeter ». Trêve d’ironie, ce que j’aime surtout chez Ségolène, c’est qu’elle peut nous éviter l’élection d’un Nicolas Sarkozy ayant tellement intériorisé les théories lepénistes qu’il se présente déjà comme victime d’une imaginaire tentative de diabolisation. Or, la probabilité est forte qu’il soit élu dimanche. Ce serait une immense berlusconnerie. C’est pourquoi j’implore ceux qui hésiteraient encore à déposer dans l’urne un bulletin Royal de ne plus mégoter. Si vous ne le faîtes pas par amour de la candidate, faîtes le pour votre pays, qui mérite mieux qu’un Bush à la française. La politique du pire est toujours la pire des politiques. Etre citoyen, c’est choisir.


Commentaires

Brèves

1er mars 2012 - BREF HOMMAGE A MENDES FRANCE, par François LEDRU

Chez les Ledru, bourgeois catho (comment puis-je être si différent d’eux ?), les gosses (...)

17 août 2009 - SIGNEZ LA PETITION ANTI-BONUS !

Les grands dirigeants du monde prétendent ne rien pouvoir faire dans leur pays contre le retour (...)

25 mai 2008 - NOUS SOMMES ELUS DU PEUPLE, PAS DE SARKOZY : POUR LA DEFENSE DU DROIT DE GREVE : DESOBEISSANCE CIVILE DES ELUS !

Le 15 mai 2008, le président de la République en titre a osé remettre en cause le droit de (...)