Le cycle d’Epinay est terminé

lundi 7 mai 2007
par  Jean-Christophe Frachet
popularité : 1%

Le peuple souverain a voté. Il a élu Nicolas Sarkozy qui va donc faire ses réformes ultra-libérales. Sale temps pour les citoyens en difficulté bénéficiant de la solidarité nationale et des services publics. On ne peut que regretter que, malgré les perspectives de renouveau, la candidate de la Gauche n’a pas remporté la majorité des suffrages. Le cycle d’Epinay qui avait vu la création du Parti Socialiste et l’investiture de François Mitterrand en 1971 s’est donc achevé le 6 mai 2007. Il s’agit maintenant de refonder la Gauche sur un modèle Républicain, Social et Laïque. Plus que jamais, avec cette présidence de la République, les valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité seront à défendre. De nouvelles échéances électorales arrivent, il sera nécessaire de former une opposition forte et constructive à ce futur gouvernement néo-libéral. Alors, ensemble tout est-il possible ?


Commentaires

Logo de インプラント
lundi 29 décembre 2008 à 20h13 - par  インプラント

茨木市 インプラント/貝塚市 インプラント/高石市 インプラント/高槻市 インプラント/阪南市 インプラント/堺市 インプラント/四條畷市 インプラント/松原市 インプラント/寝屋川市 インプラント/吹田市 インプラント/泉佐野市 インプラント/泉大津市 インプラント/大阪狭山市 インプラント/大阪市 インプラント/大東市 インプラント/池田市 インプラント/東大阪市 インプラント/八尾市 インプラント/富田林市 インプラント/豊中市 インプラント/枚方市 インプラント/箕面市 インプラント/和泉市 インプラント/大阪市 阿倍野区 インプラント/大阪市 旭区 インプラント/大阪市 港区 インプラント/大阪市 此花区 インプラント/大阪市 住吉区 インプラント/大阪市 住之江区 インプラント/大阪市 城東区 インプラント/大阪市 生野区 インプラント/大阪市 西区 インプラント/大阪市 西成区 インプラント/大阪市 中央区 インプラント/大阪市 天王寺区 インプラント/大阪市 都島区 インプラント/大阪市 東住吉区 インプラント/大阪市 東成区 インプラント/大阪市 東淀川区 インプラント/大阪市 福島区 インプラント/大阪市 北区 インプラント/大阪市 淀川区 インプラント/大阪市 浪速区 インプラント/大阪市 北区 小松原町 インプラント/大阪市 北区 西天満 インプラント/大阪市 北区 曽根崎新地 インプラント/大阪市 北区 大淀南 インプラント/大阪市 北区 中津 インプラント/大阪市 北区 天神橋 インプラント/大阪市 北区 堂島 インプラント/大阪市 北区 梅田 インプラント/大阪市 中央区 瓦町 インプラント/大阪市 中央区 高麗橋 インプラント/大阪市 中央区 今橋 インプラント/大阪市 中央区 上本町西 インプラント/大阪市 中央区 城見 インプラント/大阪市 中央区 心斎橋筋 インプラント/大阪市 中央区 西心斎橋 インプラント/大阪市 中央区 大手前 インプラント/大阪市 中央区 谷町 インプラント/大阪市 中央区 天満橋京町 インプラント/大阪市 中央区 道修町 インプラント/大阪市 中央区 南船場 インプラント/大阪市 中央区 難波 インプラント/大阪市 中央区 備後町 インプラント/大阪市 中央区 北浜 インプラント/大阪市 中央区 北浜東 インプラント/大阪市 中央区 本町 インプラント

Site web : インプラント
Logo de インプラント
dimanche 28 décembre 2008 à 20h44 - par  インプラント

東京都 港区 インプラント/東京都 荒川区 インプラント/東京都 国分寺市 インプラント/東京都 三鷹市 インプラント/東京都 渋谷区 インプラント/東京都 新宿区 インプラント/東京都 杉並区 インプラント/東京都 世田谷区 インプラント/東京都 千代田区 インプラント/東京都 台東区 インプラント/東京都 大田区 インプラント/東京都 中央区 インプラント/東京都 中野区 インプラント/東京都 町田市 インプラント/東京都 調布市 インプラント/東京都 八王子市 インプラント/東京都 板橋区 インプラント/東京都 品川区 インプラント/東京都 武蔵野市 インプラント/東京都 文京区 インプラント/東京都 北区 インプラント/東京都 墨田区 インプラント/東京都 目黒区 インプラント/東京都 北区 インプラント/東京都 品川区 インプラント/東京都 墨田区 インプラント/東京都 新宿区 インプラント/東京都 渋谷区 インプラント/東京都 杉並区 インプラント/東京都 世田谷区 インプラント/東京都 台東区 インプラント/東京都 中央区 インプラント/東京都 千代田区 インプラント/東京都 中野区 インプラント/東京都 文京区 インプラント/新宿区 四谷 インプラント/新宿区 新宿 インプラント/新宿区 西新宿 インプラント/

渋谷区…
新宿区 恵比寿 インプラント/新宿区 渋谷 インプラント/新宿区 上原 インプラント/新宿区 代々木 インプラント/新宿区 道玄坂 インプラント/新宿区 富ヶ谷 インプラント/杉並区 阿佐ヶ谷 インプラント/杉並区 阿佐谷北 インプラント/杉並区 高井戸 インプラント/杉並区 高円寺 インプラント/杉並区 上井草 インプラント/世田谷区 玉川 インプラント/世田谷区 上馬 インプラント/世田谷区 成城 インプラント/世田谷区 千歳台 インプラント/世田谷区 中町 インプラント/千代田区 丸の内 インプラント/千代田区 紀尾井町 インプラント/千代田区 神田 インプラント/千代田区 二番町 インプラント/千代田区 飯田橋 インプラント/千代田区 平河町 インプラント/八王子市 旭町 インプラント/八王子市 高倉町 インプラント/八王子市 子安町 インプラント/八王子市 打越町 インプラント/八王子市 八日町 インプラント
Site web : インプラント
Logo de Pierre Montoya
dimanche 23 septembre 2007 à 10h36 - par  Pierre Montoya

La République, sociale et laïque, n’est pas porteuse de "valeurs", mais de principes. La liberté, l’égalité et la fraternité, sont basées sur des principes. La République est fondée sur des principes. Les droits de l’Homme et du citoyens , ce sont des principes et non des "valeurs". C’est à partir du principe que l’on fonde la loi. La notion de "valeur est à la mode depuis la PUB des rillettes Du Mans. Valeurs et équité sont des notions de l’ancien régime. La république y oppose, principe et égalité, plus particulièrement si elle se veut laïque.

Le principe est opposable. La valeur est une référence intime et personnelel, dont l’echelle de mesure est variable et revêt un caractère religieux. Les "valeurs" de chacun n’est pas mesurable et sous ce pretexte, on peut tout y mettre,"la chose et son contraire". Le principe, est identifié par tous et surtout, identifiable , connu des autres et opposable. Le caractère intimiste et individuel "des valeurs" s’oppose à la notion collective des" principes". L’un est un concept laîque, l’autre pas. Toute loi républicaine repose sur des principes, le bon vouloir, sur "des valeurs"."Les valeurs de la civilisation "judéo-chretienne".... Les principes de la République, les principes du socialisme.

Valeur, est souvent le paravent derrière lequel on cache l’absence de principes. L’article est bon ,malgré cela. Les mots, c’est comme les bons amis, mieux vaut les choisir.

Logo de omer
mercredi 23 mai 2007 à 23h45 - par  omer

La gauche de Tonton est morte, et alors ? Elle était agonisante, sans ressources, sans idées. L’élection de sarkozy, l’ami des riches, des nantis, des stars du box office national devra plutôt être considérée comme une bonne nouvelle : elle doit pousser la vrai gauche à s’assumer en s’opposant à la politique anti-sociale, anti-culture et ultra libérale annoncée par le président actuel. Car tout ce qui a été dit sera mis en oeuvre, soyez en assurés.

Mais la vrai bonne nouvelle c’est celle-là. Nous avons entre 5 et 10 ans pour nous débarasser de ceux qui, au PS ou ailleurs, polluent le discours de gauche. Il paraît qu’il y en a même au gouvernement....Et je ne parle même pas de ceux qui, comme certains ex leaders des verts, font le grand écart pour rejoindre Bayrou, celui par qui le malheur est finalemnt arrivé.

On aura tout eu : la droite la plus bête du monde, la gauche la plus nulle du monde. En faisant un petit effort, on sera peut être un jour le pays le plus con du Monde.

Logo de Jacques LEMARCHAND
dimanche 13 mai 2007 à 11h41 - par  Jacques LEMARCHAND

Tu as parfaitement raison, Jean-Christophe. La perspective ouverte par Epinay s’est refermée. Plus aucune ligne de force ne soutend aujourd’hui nos débats ni nos actes. Nous avons usé jusqu’à la corde le corps de doctrine né au début des années 70, qui avait permis de mobiliser la gauche et de proposer une alliance au peuple français avec un centre de gravité nettement situé à gauche.

Aucune idée neuve, aucune réelle alternative intellectuelle n’est sortie de la bouche de Mme Ségolène, ou n’est venue étayer les raisons d’une candidature qui reste avant tout marketing, ou tout au moins - on le sait à présent - liée à des motifs personnels forts. Quelle vacuité !

La gauche est un désert. Que ce soit dans la fuite de Jospin, ou la volonté de s’incruster de la candidate battue, c’est la même absence d’idée force, la même façon de courir après des thèmes de droite (travail, famille, patrie, il n’est même pas besoin de caricaturer, ils ont été énoncés tels quels), la même posture maladroite (éthymologiquement), la même tentative désespérée d’exister sans une once de contact réel avec le peuple, sans aucune résonnance populaire en dehors de meetings frelatés, sans aucun écho réel dans le pays.

Disons le tout net, l’écho, c’est le tarzan des banlieues riches qui l’a recueilli. Il a ramassé un pouvoir dont personne ne savait vraiment que faire quand il le détenait par défaut des électeurs et des votes issus du billard des urnes depuis 10 ou 15 ans. Gauche people ou droite classique.

Lui, hélas, sait parler au peuple. Non qu’il ait du contenu, mais faute de thèmes consistants à gauche, il impose les siens, tout au long d’une campagne qui s’est faite autour de son programme, de ses mots, de ses actes, de ses mimiques, de ses coups de menton, y compris autour de la crainte qu’ils inspirent.

Il est la réplique de 1981. Rappelons nous comment les débats d’alors tournaient autour du programme commun, et comment aujourd’hui, ils sont concentrés sur les conneries du type revalorisation du travail, abaissement des coûts, sécurité, concurrence, sommeil long ou sommeil court, activisme affairiste, etc ...Bref, la république des boutiques.

Une campagne, de la même façon qu’un débat, une négociation, ou une bataille, se gagne par la capacité qu’on a de provoquer l’adversaire, de l’amener là où il va faire étalage de ses insuffisances, de ses faiblesses, de ses archaIsmes, par le talent qu’on a de l’attirer là où l’on a la supériorité des armes, et par la volonté de repérer et de préparer les embuscades qui vont permettre de faire basculer l’opinion, de faire levier.

A gauche, on a mené une campagne de type fleur au fusil, face à un adversaire qui avait tout préparé. C’est criminel quand on est responsable de l’espoir de tout un peuple, face à celui qui, lui, n’incarne que la rancune, la morgue ou la ruse des possédants.

Qui parle encore en ces termes crus, au delà de la gentille Mme Royal qui, dans un débat où on l’a trouvé plutôt bonne, n’a pourtant rien trouvé à dire à un Sarkozy qui lui reprochait de perdre son sang-froid.

Et lui, il ne l’a pas perdu à Argenteuil, son sang-froid, quand il a parlé d’appliquer à la banlieue un traitement de nettoyage pressurisé au moyen d’instruments qui ressemblent à s’y méprendre à des baïonnettes à répétition ? Mais qui le lui dira en face ? Qui le lui dira au bon moment ? Qui l’arrêtera, cet apprenti dictateur qui, comme tous les dictateurs, naît d’abord de la faiblesse, de l’inexistence, de la dispersion et de l’irrésolution de ses adversaires ?

Ah Mitterrand, où es tu ?, avec ce mordant, cette dent dure, cette capacité à renvoyer la balle et l’adversaire dans les cordes, avec froideur, détermination et même humour parfois. Rappelons nous combien le "petit télégraphiste" avait touché les auditeurs et téléspectateurs, pour désigner un Giscard d’Estaing minable, servile, abaissé, bref, européen déjà.

On ne pouvait pas faire ça avec Mossieur Sarkozy ? Moi je crois qu’il se serait régalé, le Tonton. Il n’en aurait fait qu’une bouchée, du César de Bauveau. Mais il avait du talent, lui, même si je ne reprends pas tout le contenu de ses septennats à mon compte, et même si je me reconnais, moi aussi, un droit d’inventaire.

Et l’Europe, que ne l’a t-on au minimum utilisée comme levier, ce formidable bras qui avait fait basculer le vote autour du TCE ? Qui avait retouné l’opinion. Qui avait culbuté les élites bien pensantes ? Bref, qui avait fait se lever le peuple.

Mais non, trop facile, trop peu dans le sens du vent, trop peu politiquement correct, trop vulgaire sans doute ...

Mme Ségolène, je vous traduis devant le tribunal de la Gauche pour impréparation, atteinte au moral du peuple et capitulation mentale devant l’ennemi de classe. Vous étiez aussi forte en gueule que Joffre avant la Marne, mais aussi peu prête que Gamelin face à Hitler. Rien de surprenant à ce que cela se termine comme Bazaine claquemuré dans Metz, obligeant l’Empereur chef de l’Etat à la rédition.

Je vous vois encore , au soir de la bataille, tentée, vous aussi, d’échapper aux évènements, vous enfermant, vous pavanant sur les toits de la forteresse Solférino, souriant niaisement à vos groupies ensorcelés.

Il va maintenant falloir affronter le peuple et sa déroute, que vos conseillers en marketing et en paillettes, tels les Weygand de 1940 dansant sur le volcan, devraient pourtant vous inciter à méditer.

Logo de J.R. SIMON
mercredi 9 mai 2007 à 12h34 - par  J.R. SIMON

Chère Martine,
Votre proposition de faire des économies est miraculeusement adaptée : nous regroupons et préparons nos forces et la "croissance" va battre de l’aile.
Jacques

Brèves

1er avril 2018 - LA NOUVELLE BABYLONE : UN FILM RARE LE 5 AVRIL A PARIS (13e)

Nous sommes heureux de vous convier à une soirée ciné-débat organisée par les Amies et Amis de (...)

24 octobre 2013 - PENSEE DU MOIS

Le réformisme consiste à faire comme les autres, c’est à dire rien, mais par étapes. (...)

8 juin 2011 - UN GESTE (GENEREUX ET LUDIQUE) POUR LE CAP VERT

Le Cap Vert est l’un des pays les plus pauvres du monde. L’association Regarde (...)