LES CROCO-DILES DECHIRES, LE RE-QUIN AGITE ET LES CRO-COQUINS DETESTES (FICTION BETE ET CRUELLE)

lundi 15 octobre 2007
par  Claude Soufflet
popularité : 8%

Dame Ségo-Ego (voir « Tiercé royal »), désignée par la tribu des croco-diles, pour être leur championne au tournoi du nouveau quinquennat, fut loin de faire le poids. Malgré ses plongées entre deux eaux, ses tentatives avortées de débaucher François le Catho-dique, ses changements brusques de cap. Rien n’y fit et c’est le petit requin malin, Nico l’Agité, qui remporta la bataille finale. Le grand Jacquot, vieux requin édenté, dû se résoudre à laisser son gîte à plus rusé que lui. L’âge, la maladie, le manque de motivation avaient conduit ce vieux requin, réputé pourtant pour son instinct de prédateur, à passer la nageoire. Cette fois-ci, il devait vraiment s’avouer ‘’fatigué, vieilli, usé’’.

Nico l’Agité, euphorique et triomphant, après quelques jours passés chez son ami très ‘’cher’’, Vincent le Maltais, regagna la haute mer élyséenne et prépara la nouvelle gouvernance de son bel empire. Tirant les conséquence de sa victoire sur les Croco-diles, il chargea François le Sec, un squale dur à la tâche et avide de vengeance (il avait mal accepté son éviction du festin par le grand Jacquot et son affidé, Domino l’Aristo), de mettre en œuvre toutes les promesses émises lors de la campagne pour le nouveau quinquennat. François le Sec suivit, à une écaille près, les instructions de son nouveau maître. Dans un premier temps, furent appelés pour tenir la barre : Michèle la Raide, les deux Xavier -le Faux Mou et le Vrai Dur -, Roseline la Grande Nunuche, les deux Christine - la Cul-Bénit et la Sèche -, Jean-Louis le Gaffeur (surnommé ainsi depuis la tasse, où il avait failli se noyer, que lui avait fait prendre Laurent le Chauve, un crocodile qui ne lui voulait pas que du bien).

Ensuite, Nico l’Agité, nageant dans un océan de bonheur, souhaita profiter de sa victoire pour donner le coup de grâce à François le Mol, le gérant solitaire et provisoire du repaire des croco-diles, plus ‘’solferififi’’ que jamais. Pour parvenir à son but, il réussit à séduire avec moult caresses et beaucoup de promesses, quelques crocodiles mutants : les cro-coquins ( mi-Croco-diles et mi-Re-quins). Le plus célèbre et le plus recherché fut Nanard Sacderi qui accepta les voyages en mer lointaine, au risque de se briser quelques dents, qu’il avait grandes, certes, mais pas aussi puissantes que celles de ses très chers nouveaux compagnons, les Re-quins. Le clan des cro-coquins s’élargit très vite : d’abord l’incontournable Eric le jaune qui avait quitté depuis un certain temps le marigot de ‘’solferififi’’ après une querelle de chiffres avec Dame Ségo-Ego. Enfin, Jean-Marie de l’Est dont le territoire se situait, depuis longtemps, aux confins des rives de la ‘’Requinerie’’. Quant à Martin, l’expert en vieux chiffons, il n’attendait qu’un claquement de mâchoire de son ancien complice, Nanard Sacderi, pour rejoindre les félons.

Pour compléter cette belle équipe, furent appelés Bernard d’Ovalie qui, entre deux activités bien monnayées, ne se privait pas de vanter, sans scrupule ni état d’âme, le jambon de Bayonne, et Dédé le Pitre d’ici qui abandonna, sans remords, son frère d’âme François le catho-dique pour François le Sec. La situation semblait mûre à Nico l’Agité pour proposer, dernier coup porté à François le Mol, une rente de situation à Dominique le Lourd, un rôle inespéré de beau parleur à Jack le Léger et, coup de Jarnac, une mission très spéciale à Hubert le Globe-Trotter. Tout était en place, la pièce pouvait commencer ...

P.S. Il ne manquait plus que Jacquou la Scribouille dans ce bel ensemble, c’est fait, il vient de rejoindre le clan des cro-coquins !


Commentaires

Brèves

27 octobre 2014 - Travail le dimanche (communiqué transmis par J.R. Simon)

Le Premier Secrétaire du PS précise que les ministres ne sont toujours pas autorisés à raconter (...)

17 janvier 2010 - BREVE DE TROTTOIR

“Je crois au travail et je crois à la famille", a déclaré Nicolas Sarkozy à Cholet, le 6 (...)

29 mai 2009 - ATTENTION DANGER !

Depuis Santiago du Chili, Jean-Michel Hureau, notre correspondant permanent pour (...)