SI JE DEVAIS PARLER DE GAZA

Par Florence Bray
dimanche 23 mars 2008
popularité : 1%

Honnêtement sur Gaza, je ne saurais quoi dire à part que c’est indicible : tout le reste, même ça en fait, est dit tellement haut, et tellement peu entendu ni écouté... Je pourrais livrer les témoignages du secours catholique, qui n’arrive plus à bouger faute d’essence dans son ambulance mobile, donner le point de vue d’un ami égyptien, mais si c’est moi qui dis, ce sera quelque chose d’évident : barbarie de l’enfermement sans ressources, enfreintes au droit de la guerre, business de marchands d’armes et non lutte contre le terrorisme puisque chaque jour de ce siège produit au moins un terroriste et une solidarité avec le Hamas, alibi désolant des mains pures en politique internationale alors que nous menons transactions et coopérations avec les pires interlocuteurs d’ordinaire et de tous temps, comme au Rwanda, en Côte d’Ivoire, au Tchad, en Libye, et si je ne me retenais pas, je dirais que traiter ainsi 1,5 million de gens s’apparente à faire un camps, mais pas camps de réfugiés, et on me rappellerait que les juifs bénéficient, avec quelques pédés et quelques cocos et quelques tziganes, du monopole de l’appellation "concentration", et je n’ai pas du tout envie d’entendre ça.

Je dirais aussi que ce qu’on a réduit à un immense paquet d’hommes arabes sans autre identité qu’une "bande" de localisation sert de bouc émissaire au vide d’une pensée politique internationale, à preuve la démission d’une commissaire canadienne, et pas n’importe qui, vu qu’il s’agit de Louise Arbour, ci devant à la tête du Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme, depuis 4 ans comme on sait, et qui renonce à solliciter un deuxième mandat, en ce 60ème anniversaire de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme ; raconte comment des pays assez peu démocratiques veulent que soit créée une commission chargée de contrôler le travail du Haut commissariat, comme ma chère Egypte, et en face, que les Etats-Unis ne digèrent pas le rapport qu’elle avait fait sur la licéité des tribunaux militaires, Elle constate que l’ONU ne met objectivement plus sur son agenda la question des droits de l’homme, mais bien celle de la rivalité des nations, et que donc elle ne voit plus quelle peut être la réalité de son poste et de celui de ses homologues.

Je pense que Gaza est un magnifique déversoir de toutes les envies barbares des pays développés d’abord, puis des pays arabes riches qui ne mouftent pas, et qui eux n’ont jamais prétendu moufter, même l’Egypte nous fait un mur, ces jours ci, après l’abandon de 48 pour aller mener sa guerre dans son coin, déversoir que l’Histoire , ô Fatalité, que le martyre depuis 50 ans pourrait cautionner, et que la vertu inhérente du peuple de la shoah relégitime encore, si jamais on posait la question en conscience de cet abandon et de cette barbarie. Donc voyez-vous, autant ne rien dire, non ? Précisons enfin que la conférence Durban II, en 2009, où Gaza va re-être explosif si je puis dire, est d’ores et déjà boycottée par les USA, le Canada, et Israël, je trouve que ça cause.


Commentaires

Logo de Gélinotte
mercredi 2 avril 2008 à 16h38 - par  Gélinotte

C’est incroyable de renvoyer dos à dos l’occupant et l’occupé !

Pas de solution ? Oh mai si...L’application pure et simple des résolutions de l’ONU, de la 4ème Convention de Genève et du Rendu de la Cour de Justice de La Haye.

Tout est écrit...il suffit de mettre en oeuvre mais avec un minimum de courage de nos hommes politiques, européens comme américains, si donneurs de belles leçons quant à la démocratie.

Mais ça, c’est une autre affaire.

Logo de Wladimir
mercredi 2 avril 2008 à 11h11 - par  Wladimir

Le problème de Gaza est lié aux développements de la situation au Proche-Orient depuis 60 ans. Quels que soient les torts, tant de la puissance coloniale ayant un mandat en Palestine, que des Israëliens renvoyant, hors de leur nouveau pays nombre d’aotochtones, que des palestiniens eux-mêmes qui refusèrent le partage proposé par la résolution de l’ONU, que des pays arabes qui, au lieu d’absorber ces mêmes palestiniens dans leurs pays respectifs, les ont parqués dans des camps pour mieux les utiliser !

S’y ajoute la radicalisation de l’Islamisme fanatique ! Et la prolifération des colonies israëliennes en Cisjordanie !

Tant que l’intransigeance restera dans les 2 camps, appuyé par les grandes puissances qui l’utilise à leur propre profit,il n’y aura pas de solutions !

Brèves

28 janvier 2009 - REFERENDUM HISTORIQUE EN BOLIVIE (de notre correspondant permanent en Amérique latine Jean-Michel Hureau)

La Bolivie a vécu un jour historique le 25 janvier puisque, pour la première fois de son (...)

5 avril 2007 - Arrestation de quatre militantes féministes à Téhéran : Réagissons !

Merci à Maryam Youssefi de nous avoir alerté sur cette information, qui implique une action. (...)