PRINCIPE DE PRECAUTION : DEUX EXEMPLES

samedi 22 mars 2008
par  Jacques-Robert Simon
popularité : 12%

Il ne s’agit pas de nier que prendre soin de soi, et surtout des autres, lorsqu’on effectue une action quelconque, est indispensable. Il s’agit plutôt de discuter l’emploi du mot « Principe » : cause première active, cause agissante ! Exemple : « Le Principe d’Archimède ». Dans cette acception, quelques problèmes surgissent ; je donnerai un exemple historique, celui retraçant la vie de M. L. Thuillier, l’autre relevant de notre quotidien. Le principe de précaution, tel qu’on l’entend actuellement avait fait l’objet d’une question de la part d’un scientifique auprès d’un de ces professionnels de la politique. La question était : « L. Pasteur pourrait-il actuellement mener ses travaux ? » Bien que la question fût posée avec respect, et même une certaine humilité, la réponse fut cinglante de la part de notre notabilité : « …Pasteur, on le met à toutes les sauces…Mais moi je connais Dole…On ne me la fait pas… » Malgré la hauteur de vue, la réponse n’était pas donnée, mais l’interlocuteur interloqué ne rétorqua pas. L’art d’avoir toujours raison… L. Thuillier (1856-1883), proche collaborateur de L. Pasteur nous donne pourtant, par sa vie des éléments de réponse. Physicien et biologiste, il prend part en 1881 aux expériences sur la vaccination des moutons contre la maladie du charbon (maladie animale transmissible à l’homme). En 1882 il participe avec L. Pasteur aux premières expériences contre le rouget de porc (maladie infectieuse bactérienne). Envoyé en mission en Egypte pour y étudier une épidémie de choléra, il décède à Alexandrie, après avoir contacté cette maladie.

Imaginons, imaginons seulement, que vous vouliez séduire une jeune femme. Le protocole suivant doit être strictement observé : 1) Lui demander sa carte d’identité pour être certain qu’elle a 18 ans révolus. En cas de doute sur la nationalité, demander le titre de séjour et les différents formulaires délivrés (contre timbres fiscaux) par les préfectures. 2) Ne lui serrer la main qu’après avoir obtenu expressément son accord par écrit certifié conforme par les parents et les instances de tutelle. 3) Faire en commun un bilan de santé complet incluant la détection de maladies virales ou génétiquement cachés. 4) Attendre deux mois en s’assurant de la fidélité réciproque des deux protagonistes. Dans ce laps de temps des rapports intimes peuvent être envisagés à condition à condition que des condoms conformes aux normes soient utilisés (un seul usage par condom est fortement recommandé). S’assurer que le condom répond également aux normes environnementales sur le recyclage des matières plastiques. Prendre une assurance en cas de défaillance du dispositif (déchirure, porosité…). S’assurer des conseils d’un avocat en cas de besoin. 5) Les fidélités étant considérées comme acquises, cet aspect représente de fait une prise de risque objectivement non négligeable, faites l’amour en ayant soin de vérifier le nombre de battements cardiaques et votre tension. Ne pas dépasser les normes fixées par votre médecin référent. Renouvelez l’opération si nécessaire. 6) Si des pommades ou autres crèmes sont utilisées au cours de vos ébats pour faciliter une manœuvre déviante par rapport aux usages, assurez-vous que vos produits aient fait l’objet d’une autorisation de mise sur le Marché (AMM). L’autorisation de mise sur le marché est l’accord donné à un médicament pour être commercialisé. « Lorsqu’un laboratoire pharmaceutique désire mettre en vente un produit de santé (médicament, produit d’analyse...), il doit présenter un dossier auprès de l’autorité compétente du pays concerné : agence nationale (telles l’AFSSAPS en France, Direction générale du médicament (DGM) en Belgique), européenne (EMEA) ou encore la Food and Drugs Administration (FDA) aux États-Unis ». 7) Faites signer devant notaire, préalablement à l’acte physique préalablement mentionné, une décharge assurant que nulle contrainte physique, hiérarchique ou mentale n’a été faite à l’encontre de votre partenaire. 8) Prévoyez également les conditions de séparations (biens meubles et immeubles) avant tout rapport. Ces quelques règles de prudence vous éviteront bien des tracas.


Brèves

27 octobre 2014 - Travail le dimanche (communiqué transmis par J.R. Simon)

Le Premier Secrétaire du PS précise que les ministres ne sont toujours pas autorisés à raconter (...)

17 janvier 2010 - BREVE DE TROTTOIR

“Je crois au travail et je crois à la famille", a déclaré Nicolas Sarkozy à Cholet, le 6 (...)

29 mai 2009 - ATTENTION DANGER !

Depuis Santiago du Chili, Jean-Michel Hureau, notre correspondant permanent pour (...)