SUR LA NOUVELLE REFORME DE L’EDUCATION NATIONALE

Par un collectif de parents d’élèves FCPE d’une école du 13e arrondissement de Paris, transmis par Sylvia Pena
dimanche 25 mai 2008
popularité : 1%

Quelques points clés de cette « déforme » avant des explications plus détaillées : suppression sans remplacement de 72 heures de classe par an pour la grande majorité des enfants (hormis ceux en difficulté), soit un trimestre sur une scolarité ! Augmentation du nombre d’élèves par classe suite aux suppressions de postes ; fichage des élèves dans une base de données nationale contenant certaines données discutables. Avant d’expliquer la réforme de l’éducation nationale, il est important de comprendre que le but réel est la suppression de 12 000 postes d’enseignants donc une restriction budgétaire pour l’école publique. Ce qui aura pour effet immédiat une augmentation du nombre d’enfants par classe et donc du risque d’échec scolaire.

La suppression des cours le samedi matin entraîne la perte de 72 heures de cours sur l’année. Les enseignants continueront à travailler le même nombre d’heures puisque 12 heures leur sont attribuées au titre la formation et qu’ils devront assurer 60 heures de stages pendant les vacances scolaires destinés aux enfants en forte difficulté. Ces stages seront sous la forme de 3 heures sur 5 jours dans une autre école avec des enseignants inconnus des élèves et sans projet pédagogique individuel. Par ailleurs, les élèves ayant un niveau moyen perdent 72 heures de cours au risque de basculer d’un niveau moyen vers un niveau bas. A ce jour, dans notre école, il existe déjà des réseaux d’aides pour les élèves en difficulté (RASED)avec un projet pédagogique individuel et une concertation entre l’enseignant et le maître spécialisé. Jusqu’à maintenant, chaque élève a le droit au même nombre d’heures de cours et au même temps de vacances.

Le ministère a aussi décidé de mettre en place un fichier nommé « base élèves » qui renseignera très précisément la vie familiale, privée et scolaire de l’enfant et ses parents. En effet, dans cette base seront répertoriés certains points choquant tels que la langue d’origine ou la nationalité des parents, si l’enfant a eu besoin d’un PAI, d’une aide scolaire ou du réseau, etc. Il n’est pas besoin pour chaque enfant de renseigner autant d’éléments sur sa vie scolaire de la maternelle à l’université. Cette base pourrait aussi permettre aux directeurs d’école de choisir leurs élèves entraînant le risque de perdre une certaine mixité qui enrichit tellement les enfants.

Un autre point important de cette réforme est l’évaluation des enfants à l’école maternelle. En effet, avec le changement des programmes scolaires, les élèves seront évalués dès la deuxième année de maternelle sur des points précis comme en école élémentaire. Le niveau scolaire est avancé d’un an. Ce qui était enseigné en dernière année de maternelle sera enseigné en deuxième année de maternelle. En dernière année de maternelle, les enfants devront pratiquement savoir lire. Les trois années d’adaptation en école maternelle qui permettent aujourd’hui d’apprendre à « vivre ensemble » en collectivité, à suivre des règles et à appliquer une discipline de travail vont disparaître et nos enfants devront immédiatement travailler afin de devenir des élites pour ceux qui le peuvent. Pour les élèves qui ne suivront pas, aucun projet pédagogique n’est prévu, le réseau d’aide qui fonctionne aujourd’hui étant appelé à disparaître. De plus, la maturité des enfants est, particulièrement à cette période, très variable et certains enfants risquent de se sentir en échec et d’avoir une vision négative, dès le plus jeune âge, de l’école alors qu’ils auraient pu suivre correctement l’apprentissage à partir du CP.

Les nouveaux programmes scolaires seront appliqués dès la rentrée de septembre 2008 puisque les livres sont arrivés dans les écoles depuis le 31 mars 2008. Les heures de cours en français, en mathématiques, en langue vivante et en gymnastique sont augmentées. Par contre, les heures de cours en histoire-géographie, en sciences, en musique, en arts visuels (anciennement arts plastiques) et initiation en informatique sont réduites : ces matières diverses qui permettaient aux élèves de se cultiver tout en apprenant le français, et les mathématiques de manière indirecte, d’autant que les enfants sont souvent très attirés par ces apprentissages qui répondent aux nombreuses questions qu’ils se posent sur le monde. Les méthodes préconisées dans ces programmes inquiètent également les pédagogues qui y voient une régression importante. En effet, l’accent sera essentiellement mis sur l’apprentissage mécanique et le « par cœur » en reléguant la réflexion en arrière plan. Là encore de nombreux enfants pourtant intelligents risquent d’être rebutés et d’avoir des difficultés. Les enseignants sont très inquiets pour le devenir de l’instruction des élèves avec ces nouveaux programmes. Pour la première fois depuis très longtemps, ils ont souhaité expliquer cette réforme aux parents par le biais d’une réunion en date du 8 avril et souhaitent aussi une association pour défendre « les droits à apprendre » de nos enfants. C’est pour cela que la FCPE soutient l’action des enseignants et participe aux différentes manifestations. A titre d’information, les enseignants ne perdent rien financièrement au contraire puisque les volontaires pour les stages pendant les vacances seront payés en heures supplémentaires et s’ils sont bien évalués, il est envisagé qu’ils reçoivent une prime au mérite. Là encore on risque de favoriser la sélection des élèves et de voir émerger deux types d’écoles primaires : celles pour l’élite et celles pour « les autres ».

Nous partageons cette inquiétude. Les nouveaux programmes, la diminution des heures de cours, l’augmentation du nombre d’élèves par classe, la disparition du réseau d’aide… autant de points qui vont à l’encontre de l’objectif affiché d’élever le niveau scolaire.


Commentaires

mercredi 25 mars 2009 à 22h53

je ne vois pas en quoi la baisse du nombres d heures de cours pourrais rendre un élève moyen médiocre, cela n’a aucun sens, vous devriez aller voir ce qui ce passe ds les autres pays européen, la France est un de ceux qui a les emplois du temps les plus chargé !
salutation,
un etudiant.

Logo de anny paule
jeudi 5 juin 2008 à 07h28 - par  anny paule

Effectivement, cette réforme risque bien de devenir l’ultime réforme de notre système public d’éducation !
Il suffit de se référer à certaines publications de l’OCDE, de l’ERT, des AGCS, de l’OMC... pour comprendre que les mesures prises par l’actuel gouvernement ne sont autres que la réponse à des demandes expresses de ces organismes :
"Une vaste réforme du secteur public d’éducation est en cours, orientée vers et par le marché" (OCDE, décembre 2000).
Accords de l’OMC : "la privatisation de 160 services publics, pour une libéralisation totale" et, parmi ces secteurs, "l’éducation (...) avec la santé, le dernier bastion à prendre". (Courrier de l’UNESCO, décembre 2000)
OCDE countries, 1996, in Adult learning and tecnology : "Les pouvoirs publics n’auront plus qu’à assurer l’accès à l’apprentissage de ceux qui ne constitueront jamais un marché rentable, et dont l’eclusion de la société en général s’accentueront à mesure que d’autres vont continuer à progresser".
Banque mondiale au service des multinationales : "Investir prioritairement dans l’éducation de BASE et livrer les secteurs secondaires et universitaires aux industriels de l’éducation". "Encourager le recours au privé". "Consentir à des prêts pour les pays disposés à adopter, pour l’enseignement, un cadre législatif et réglementaire (...) où le secteur privé interviendra davantage au niveau de l’enseignement et du financement". (Banque Mondiale, Priorités et stratégies pour l’éducation, 1995)
Conférence du Lobby gate, septembre 1998 : "L’éducation est l’un des marchés à la croissance la plus rapide. La formation privée et l’industrie de la formation devraient connaître un taux de croissance à deux chiffres tout au long de la prochaine décennie".
OMC : "La responsabilité de la formation doit être, en définitive, assumée par l’industrie.(...) doit être considérée comme un service rendu au monde économique". "L’éducation publique devient un concurrent qu’il convient de ramener à la portion congrue".

J’en passe et des meilleures, mais cela éclaire parfaitement les mesures prises par ce gouvernement : le but ultime est la privatisation (pas totale, certes, cela soulèverait trop les foules, mais progressive de façon à maintenir un semblant de paix sociale).
Il importe que cela se sache... le problème est de taille !

mercredi 4 juin 2008 à 21h33

Par rapport à la réforme des programmes, la suppression des samedi matin, la création de la base élève des coordinations de parents et d’enseignants se mettent en place dans différents endroits. Si le collectif de parents du XIII souhaitent échanger des informations Envoyer un message : pajol18@yahoogroupes.fr
S’inscrire : pajol18-subscribe@yahoogroupes.fr

,

Site web : contact
Logo de Sophie Lafayette
mercredi 4 juin 2008 à 20h56 - par  Sophie Lafayette

Bonjour,
Je suis contente de lire votre texte.
Il est clair, est attire l’attention sur des points précis, avec exemples à l’appui.

Il faudrait le faire circuler, plus encore...

Pour ma part j’envoie des messages par internet à l’éducation nationale et au président de la république, puisque cela est possible.

Mais aucune réponse, ne revient.
Qu’en pensez-vous ? je propose d’envoyer un maximum de messages à ces 2 "interlocuteurs privilégiés", puisquils semblent encore ignorer les mouvements qui désapprouve la réforme Darcos.

Merci pour votre mobilisation, Sophie

Logo de Sylvia pena
mercredi 4 juin 2008 à 10h52 - par  Sylvia pena

Les eleves en "difficultés" n’ont pas besoin d’avoir plus d’heures de cours dans la journee qui est deja pour eux trop longue, Le RASED est bien mieux approprié pour l’heur. Mais la vraie solution, comme l’a découvert comme par "miracle" l Inspecteur d’Academie, c’est de creer des plus petits groupes qui sont benefiques pour tous les eleves (mais cela n’a rien provoque d’autre que sa constataion !).
La vraie reforme serait de reduire les effectifs et non de les augementer en reduisant le nombre de professeurs.
Le but final me semble personnellement clair : ecole publique minimale pour l’eleve lambda, l’ecole privee et toutes les options culturelles y afférant pour les enfants de parents aises. Jack Lang a me semble-t’il bien saisi en demandant une exception pour l’ecole et la recherche qui sont les deux poles du futur : pas de reduction du nombre de postes, au contraire, et pas de restriction budgetaire. A plus ou moins long terme, c’est la fin de l’Ecole Publique. Et ce n’est pas du catastrophisme

Logo de  de freitas karine
lundi 2 juin 2008 à 20h40 - par   de freitas karine

les heures libérées par la suppression du samedi matin(2 heures par semaine)n’ont rien à voir avec les stages de rattrapage des vacances.Effectivement, ces heures ne seront consacrées qu’aux élèves en difficulté mais pendant la semaine scolaire et en dehors des 6 heures journalières.chaque école ,pour l’instant organisera ces 2 heures comme bon lui semble(matin,soir ,mercredi matin...).On peut déjà imaginer le s problèmes pour les transports scolaires et les garderies peri scolaires !

Brèves

22 septembre 2011 - Manifeste contre le dépouillement de l’école

A lire voire signer sur http://ecole.depouillee.free.fr Nous, collectif contre le (...)

20 avril 2010 - NON AUX RETOURS FORCES VERS L’AFGHANISTAN

A la suite du démantèlement du camp principal de Calais, le 22 septembre dernier, où résidaient (...)

31 juillet 2009 - PETITION POUR L’HOPITAL PUBLIC, A SIGNER ET FAIRE SIGNER

la pétition de défense de l’hôpital public, à faire signer au plus grand nombre possible (...)