Macron/Uber : mise au point

mardi 12 juillet 2022
par  Denis Lanoy
popularité : 10%

Ce n’est pas tant la vulgarité avec laquelle Emmanuel Macron a fait semblant de répondre à l’indignation soulevée par les révélations de ce dimanche sur son implication réelle et non démentie dans les largesses qu’il a personnellement consenties à accorder à Uber pour que cette société gangrène l’organisation du travail en France après l’avoir expérimenté dans d’autres pays qui doit nous interloquer. Maintenant c’est clair, il reconnaît, sans brio mais avec un noir cynisme, être le représentant servile des intérêts égoïstes de quelques grands manitous lobbyistes qui manœuvrent au nom de quelques grands groupes. Il affirme, maintenant, avec ce culot déraisonnable des arrogants.

Il ose nous la servir sans esquisser le moindre regret, si c’était à refaire, il le referait. Il offre le portrait d’un menteur hors catégorie qui ose asséner que Uber a créé des emplois. Ce n’est même pas habile. Qui pourrait croire à cette sottise. Ce qui a été créé par Uber, c’est de l’asservissement de personnes qui ne trouvaient justement pas d’emploi. Rappelons ce fait simple, un emploi suppose contrat de travail, fiche de paie, salaire, contributions sociales qui permettent accéder aux protections sociales de solidarité, qui permettent obtenir des salaires différés (la retraite). Avec Uber, rien de tout cela, aucun emploi créé, mais uniquement contrainte, abaissement, inféodation. Un monde de servitude, avec impossibilité d’émancipation pour des précaires qui triment comme des forcenés sans la protection d’un code du travail. Un monde féodal où tout le monde est le rival, le concurrent et doit se soumettre. Face à cet affront il est temps de reparler simple : solidarité internationale contre l’asservissement généralisée et autoritaire dont Emmanuel Macron est un des caricatural représentant et dont la devise secrète doit être « faible avec les forts, fort avec les faibles ». Il le dit lui-même, clairement, il fait le job, mais ne dit pas pour qui il roule… dorénavant c’est clair, tout le monde est en mesure de le comprendre. Les mensonges sont trop gros.

Denis Lanoy est secrétaire de la section PCF de Nîmes.


Commentaires

Brèves

1er avril 2018 - LA NOUVELLE BABYLONE : UN FILM RARE LE 5 AVRIL A PARIS (13e)

Nous sommes heureux de vous convier à une soirée ciné-débat organisée par les Amies et Amis de (...)

24 octobre 2013 - PENSEE DU MOIS

Le réformisme consiste à faire comme les autres, c’est à dire rien, mais par étapes. (...)

8 juin 2011 - UN GESTE (GENEREUX ET LUDIQUE) POUR LE CAP VERT

Le Cap Vert est l’un des pays les plus pauvres du monde. L’association Regarde (...)