https://www.traditionrolex.com/18 CHRONIQUES NARQUOISES ET AUTRES (Octobre 2012) - La Gauche Cactus

CHRONIQUES NARQUOISES ET AUTRES (Octobre 2012)

lundi 15 octobre 2012
par  Jacques Franck
popularité : 100%

L’imbécillité

La République est en danger. Tremblez, bons Français des villes et des champs. Enfants, protégez bien vos pains au chocolat. Des terroristes (islamistes, évidemment) vous attendent à la sortie de l’école, au mois d’août, en plein Ramadan. Ils vous arrachent et piétinent votre goûter. La preuve est faite que l’immigration menace notre société. Qui a proféré un pareil tissu d’imbécillité ? Les adeptes du Front National ? Un groupuscule néo fasciste ? Une bande de fous ou de farceurs ? Non. Le père de cette mise en garde est Monsieur Jean-François Copé, secrétaire général de l’UMP. Il nourrit à long terme des ambitions qui le dépassent. Il est prêt à dire et faire n’importe quoi. Y compris se rouler aux pieds des électeurs de Madame Marine Le Pen. Le racisme, d’où qu’il vienne, y compris de la droite soi-disant républicaine, reste le racisme. Il doit être dénoncé et combattu sans concession.

Le blasphème

Le blasphème n’est autre que la critique plus ou moins vigoureuse d’un dogme religieux. Son exercice ressort de plein droit à la liberté de pensée et de critique. Pourquoi serait-il licite de critiquer un texte, une œuvre d’art, une conception philosophique, voire l’expression d’une opinion politique et obligatoire de se taire devant une religion ? A la suite de la diffusion d’un film ordurier et imbécile, les tenants du fondamentalisme islamiste ont réclamé l’interdiction légale du blasphème dans les pays démocratiques. Une telle mesure serait attentatoire à la liberté d’expression et au principe de laïcité, ossature de notre République.

Le blasphème, pour garder sa valeur de droit démocratique, se doit de rester digne. Le vrai blasphème n’est ni injurieux ni provocateur. En 1905 mon père, un gamin de 13 ans puissamment anticlérical, pissait dans les bénitiers de l’église de son quartier dans une petite ville de Seine et Oise. Il avait raison de blasphémer, mais il avait tort de choisir cette méthode. En 1938, suivant des cours d’instruction religieuse dans une synagogue de Neuilly, je lisais ostensiblement des revues pornographiques et entonnais des chansons de Charles Trenet pendant les offices. L’intention blasphématoire y était, certes, mais mon approche idéologique s’avéra inappropriée. Maintenant, je blasphème et j’en suis fier, mais j’évite de choquer mon interlocuteur et je tente de donner une vraie cohérence à un sentiment antireligieux profond.

Le vrai patriotisme

Le faux patriotisme n’est que façade et posture. Ses adeptes affichent une vertu qui suscite l’admiration sans comporter de risque (sauf dans les cas, certes regrettables, où ils se font arrêter, torturer, voire tuer). Ils prennent en toutes justes circonstances la défense de leur peuple, de leur nation, de la République. Ils ne privilégient pas leurs intérêts personnels au détriment de l’intérêt général. Ces notions sont naïves et périmées. Les vrais patriotes manifestent leur attachement inconditionnel à la prospérité de leurs entreprises, et, éventuellement, au pays qui les a enrichis. A condition que la contribution qu’ils reversent à ce pays ne les pénalise pas trop. En ce cas, ils changent de patrie. Monsieur Bernard Arnault est un vrai patriote.


Commentaires

Brèves

27 octobre 2014 - Travail le dimanche (communiqué transmis par J.R. Simon)

Le Premier Secrétaire du PS précise que les ministres ne sont toujours pas autorisés à raconter (...)

17 janvier 2010 - BREVE DE TROTTOIR

“Je crois au travail et je crois à la famille", a déclaré Nicolas Sarkozy à Cholet, le 6 (...)

29 mai 2009 - ATTENTION DANGER !

Depuis Santiago du Chili, Jean-Michel Hureau, notre correspondant permanent pour (...)
https://www.traditionrolex.com/18 https://www.traditionrolex.com/18