POURQUOI LA DOMINATION EST NORMALE, MORALE ET MEME SOUHAITABLE

vendredi 26 août 2011
par  François Ledru
popularité : 55%

Le lien coffre-fort-goupillon est évident, mais le lien féodalité-goupillon était pire. Rappelez-vous l’obstination des chouans et vendéens... Merci à De Villiers de vouloir remettre ça, à mon avis il s’agit là, quand même, d’un trouble mental. Donc quelle est la remarque, quoique surprenante, qu’on a entendu le plus, au plan moral, dans des temps... pas si anciens ? Les classes pauvres étaient méchantes. Oui ! Bordel on les tient ces salauds de pauvres, ils sont méchants ! Ivrognes (les nobles ou riches jamais ?), querelleurs (rire ! les nobles jamais ?), machistes, pour les seules fois où on a entendu un mot sur ce sujet qui ne perce que maintenant (idem..). Ils ne demandent qu’à devenir voleurs ! (ben oui s’ils sont révoltés...)

Or là il y a un truc curieux : les riches (les nobles avant) sont au pouvoir parce qu’ils le MERITENT, répétez prolos ! Le noble était noble parce que Dieu le voulait. Et on va convenir d’une chose, ils n’ont pas de gros défauts. Ou s’ils en ont, on le dit pas (ils doivent être bien, puisqu’ils sont tant photographiés, pas con). Ils sont sûrement plus intelligents. Les riches ont le droit de PUNIR les pauvres. Voilà, le mot est dit. Ils ont le pouvoir, ils font la morale. Galopez, filez doux, racailles. (le mot ne date pas des banlieues immigrées)

Et donc si les riches volent atroce, font des lois pour eux-mêmes, font des guerres génocidaires contre les pauvres étrangers, c’est mérité, bande de cons. Même, c’est pour le BON ORDRE qu’ils font ça. Les pauvre (serfs) n’ont pas à connaitre les motifs des riches (nobles), ils ne comprendraient pas bien... Mais tout va bien comme ça, vous voyez bien que tout fonctionne ?

Excusez-moi, il y a des gars qui ont déjà dû dire ça, (aussi précis, ciblé morale ? j’ai un doute) mais moi je le dis aussi bien pour la 1ere fois. Le néolibéralisme est là très marrant, puisqu’on répète que celui qui mérite doit réussir... et qu’on écrase tant le pauvre qu’il ne peut bouger : c’est que celui qui est DEJA RICHE est celui qui le mérite. Les Shadocks disaient : s’il n’y a pas de solution, c’est qu’il n’y a pas de problème.

NB 1 : Shadocks, époque Pompidou, méfiance ; il y a peut-être un sous-entendu déplaisant, à voir.

NB 2 : Il n’y a pas de contradiction avec mon article précédent sur les néolibs, ici ce sont les prolos jugeant leurs supérieurs, eux, on leur demande d’avoir une morale.


Commentaires

Brèves

27 octobre 2014 - Travail le dimanche (communiqué transmis par J.R. Simon)

Le Premier Secrétaire du PS précise que les ministres ne sont toujours pas autorisés à raconter (...)

17 janvier 2010 - BREVE DE TROTTOIR

“Je crois au travail et je crois à la famille", a déclaré Nicolas Sarkozy à Cholet, le 6 (...)

29 mai 2009 - ATTENTION DANGER !

Depuis Santiago du Chili, Jean-Michel Hureau, notre correspondant permanent pour (...)