GAUCHE AVENIR MARCHE, DES CAILLOUX DANS LES CHAUSSURES

samedi 24 mai 2008
par  Alexis Lucas
popularité : 1%

Belle affiche que celle proposée par Gauche Avenir lundi 5 mai 2008 à Choisy-le-Roi : Benoît Hamon et Jean-Pierre Chevènement, le jeune loup ex-espoir du rocardisme et le vieux lion républicain, les « deux cultures » du congrès de Rennes incarnées par deux générations réunies à la même table. De quoi attirer les passionnés de politique !

Benoît Hamon s’en est prudemment tenu à une analyse économique sévère du fonctionnement de l’Union européenne, dont il est l’un des spectateurs engagés privilégiés au Parlement de Strasbourg. JPC lui a fait écho et, après avoir rappelé qu’il parle avec l’autorité de l’expérience puisqu’il connut Guy Mollet et Paul Reynaud, a appelé à l’unité de la gauche en mettant au passage un peu d’eau dans son vin. Par exemple, il a estimé que la querelle des girondins et des jacobins était secondaire, que les partisans de l’Union Européenne et ceux du cadre national, les régionalistes et les départementalistes n’étaient séparés par aucun obstacle infranchissable, que la gauche pouvait se rassembler sur le contenu des politiques à mener, quel qu’en soit l’échelon. Il a enfin tracé une véritable feuille de route avec étapes datées : assises départementales, états généraux, congrès d’unification en 2011 (le quarantième anniversaire d’Epinay, le hasard fait bien les choses), désignation d’un candidat unique à l’élection présidentielle. Un tel grand parti de la gauche aura besoin de tous, tant de ses modérés que de ses radicaux - les communistes et les altermondialistes. Il faut à tout prix, selon l’ancien rédacteur de Projet socialiste pour les années 80, éviter un Linkspartei à la française, qui cliverait durablement la gauche.

S’exprimant avec urgence et passion, Marie-Noëlle Lienemann s’est ralliée à ce point de vue, que n’a pas renié non plus Paul Quilès. Ce fut moins clair de la part de Claude Cabanes, qui semble toujours jouer le poète communiste de service à l’accent chantant, dans ce type de réunion. Lui s’était surtout mal remis d’une déclaration récente de Manuel Valls qui se découvrait aujourd’hui plus proche de Clemenceau que de Jaurès. Avant de juger, sans doute faudrait-il savoir de quel Clemenceau il s’agit (vu la longue durée de son parcours politique) et pourquoi un maire de ville de banlieue difficile exposé quotidiennement à la délinquance se réfère soudain à cette figure de républicain d’ordre. Enfin, Ivan Levaï a joué le rôle de M. Loyal paternaliste, distribuant la parole au public en glissant moult digressions mnésiques personnelles (comme « l’appel de Château-Chinon » aux socialistes en mai 1968) pas toujours exactes (le congrès de Nantes du PS c’était 75, Ivan, pas 77 ; les Palois apprécieront) ni forcément bienvenues (vibrant hommage à Jean Auroux, présent dans la salle, alors que ses lois ont pour la première fois en France permis les accords « in pejus », c’est-à-dire en recul sur l’état existant du droit).

La diversité des analyses aujourd’hui à gauche, les velléités de « nouveau parti anticapitaliste » des uns, les réflexes de perpétuation des appareils chez d’autres, l’aspiration à un Linkspartei chez d’autres encore (dont plusieurs sont partie prenante de Gauche Avenir), sans oublier le choc des ambitions des hiérarques du PS et autres sujets qui fâchent font tout de même beaucoup de petits cailloux dans les chaussures de Gauche Avenir, qui aura intérêt à se munir de bonnes bottes de sept lieues.


Commentaires

Logo de Marmar
lundi 28 décembre 2009 à 19h44 - par  Marmar

Ce serait bien de "sourcer" les "citations", ça ne suffit pas de mettre les guillemets. D’un pur point de vue internationaliste est ce qu’il vaut mieux une gauche à 30% au mieux, "pure et dure" qui seule au monde prône l’immigration totalement libre et donc qui maintient Sarkozy et la Droite au pouvoir (position NPA mais aussi d’autres groupements de gauche) donc qui en fait milite pour le renvoi sarkozyste des immigrés avec les mains pures et une certaine hypocrisie ?
Ou ne vaut-il pas mieux une Gauche qui regarde les problèmes en face et qui soit capable de dépasser les 50% donc d’aider les 98% d’habitants du Sud qui n’immigreront jamais au Nord par une politique notamment financière et commerciale de gauche et de proportionner l’immigration aux besoins de la France et de l’Europe qui sont réels ?
Quelle est la position la plus internationaliste et la plus socialiste non pas dans le discours mais dans les faits ?

Logo de Laïcos
lundi 16 février 2009 à 13h00 - par  Laïcos

Jean-Pierre Chevènement, c’est bien ce "républicain" qui a dit, entre autres, que "La loi Debré est profondément républicaine" ?? On peut donc lui faire confiance pour défendre la gauche caviar et la laïcité d’opérette...

Logo de Bous
mercredi 18 juin 2008 à 18h07 - par  Bous

Décidement Jean-Pierre me décevra jusqu’au bout. Son comportement semble être de s’arrimer à une parti du PS pour le tirer vers ses idéaux. Il pratique cette stratégie, je crois, depuis 1971, et toujours vainement.
Je suis pour une gauche forte à côté du PS, rien n’empêcherait l’alliance de toute façon. De plus, je pense que le PS a vocation à se scléroser, qu’il ait le courage de s’allier au Modem qui en constituerait l’aile droite.
La cuisse, morceau beaucoup plus intéressant, pourrait être une gauche républicaine, gauche de l’égalité et de la liberté qui a tout l’avenir devant elle. Seulement, dans le Bassin parisien, on fait de la politique de façon hilarante. Division, aveuglement, manif, pétition, attente de la grêve générale. Les échecs n’amènent aucune remise en question et on recommence la même stratégie.
Autant dire que l’UMP a encore de beaux jours devant elle.

Site web : La gauche stérile.
Logo de François JOLY      ex militant socialiste
lundi 2 juin 2008 à 17h46 - par  François JOLY ex militant socialiste

Mais oui le congrès du parti socialiste à PAU a bien eu lieu en 1975 et celui de Nantes en 1977 !!!Ca ne change pas grand chose au fond.De même la question des deux cultures de gauche avec la gauche américaine remonte au congrès de METZ,qui a vu Rocard relégué dans la minorité avec Mauroy au profit de Mtterrand allié au CERES.

Brèves

1er mars 2012 - BREF HOMMAGE A MENDES FRANCE, par François LEDRU

Chez les Ledru, bourgeois catho (comment puis-je être si différent d’eux ?), les gosses (...)

17 août 2009 - SIGNEZ LA PETITION ANTI-BONUS !

Les grands dirigeants du monde prétendent ne rien pouvoir faire dans leur pays contre le retour (...)

25 mai 2008 - NOUS SOMMES ELUS DU PEUPLE, PAS DE SARKOZY : POUR LA DEFENSE DU DROIT DE GREVE : DESOBEISSANCE CIVILE DES ELUS !

Le 15 mai 2008, le président de la République en titre a osé remettre en cause le droit de (...)