Que faire le 7 mai prochain ?

dimanche 30 avril 2017
par  Laurent Levard
popularité : 1%

Les 450.000 signataires de la France insoumise se prononcent actuellement sur différentes options. Bien entendu - pour celles et ceux qui auraient pu avoir un doute !-, l’option vote Le Pen n’est en pas une. Les options proposées sont soit le vote Macron pour faire barrage au FN, soit l’abstention, soit le vote blanc ou nul. Cette consultation n’a pas pour objectif de définir un appel à telle ou telle option en fonction du vote. Il s’agit d’une décision que chacun devra prendre individuellement. A tous ceux qui s’offusqueraient que Jean-Luc Mélenchon n’ait pas donné de consigne de vote, je rappelle qu’il ne fait qu’appliquer un engagement pris il y a près d’un an. Eh oui, Jean-Luc Mélenchon n’est ni un gourou ni un dictateur et il ne fait que tenir sa parole et respecter le mandat que lui a donné la France insoumise !

Sur le fond, pourquoi une telle décision ? : parce que nous savons bien que les avis sont partagés au sein de la France insoumise, et que respecter les positions des uns et des autres était -et continue d’être- une condition pour rester unis et continuer notre combat, notamment en vue des prochaines législatives. Pourquoi les avis sont-ils partagés, et sans doute la grande majorité des Insoumis.e.s ont hésité et hésiteront encore avant de prendre une décision ? Parceque, si l’antifascisme a toujours été et continue d’être l’un de nos principaux combats, un autre combat essentiel est celui contre le néolibéralisme et le capitalisme sauvage qui mènent notre humanité à sa perte et qui sont eux-mêmes la cause essentielle de la montée du fascisme dans nombre de pays, dont la France, et que Emmanuel Macron est précisément l’incarnation, le représentant de l’oligarchie financière et médiatique qui défend ce modèle.

J’ajoute que ne pas appeler à voter Macron est essentiel pour que l’extrême droite n’apparaisse pas comme la seule opposition au cours des années qui viennent aux yeux de millions de gens. Au cours des cinq dernières années, ce sont des dizaines de fois que je me suis entendu dire : "mais Hollande, c’est vous qui l’avez fait élire, alors vous n’avez aucune crédibilité pour le critiquer aujourd’hui". J’imagine ce que ce serait à l’avenir, si par malheur nous appelions à voter Macron et que celui-ci serait élu ! Ce serait tout simplement un tapis rouge pour l’extrême droite en 2022, nous mêmes étant alors assimilés par des millions de gens à des complices de ce système et de ces gens là.

Le pluie de critiques contre Jean-Luc Mélenchon émanant de l’oligarchie financière et médiatique depuis une semaine est profondément indécente. Nous -et notre porte-parole en premier lieu- n’avons pas de leçons d’antifascisme à recevoir et encore moins de ces gens là ! Alors qu’ils s’apprêtent à saccager encore davantage nos solidarités collectives issues notamment de la Résistance, à promouvoir un modèle de production et de consommation qui mène notre humanité à des crises majeures et à des conflits de grande ampleur, qu’ils creusent le nid du fascisme, qu’ils ont même tout fait pour le dé-diaboliser au travers des médias et de leurs politiques et déclarations ("Les Roms n’ont pas vocation à s’intégrer"), qui a fait reculer le fascisme dans cette campagne ? C’est la France insoumise, qui a su redonner l’espoir d’un autre avenir à des millions de concitoyens matraqués à longueur de journée par le "il n’y a pas d’autres politiques possibles". Ce sont les dizaines de milliers de militants de la France insoumise qui ont été à la rencontre des secteurs de la population les plus frappés par ce modèle pour les convaincre que l’ennemi n’était pas leur voisin, le fonctionnaire, l’étranger, celui qui est différent d’eux, mais bien la finance et le système politique et économique à son service. Les résultats électoraux, notamment dans les secteurs populaires, sont bien là pour le montrer et je vous invite à les examiner !

Alors, que cesse cette indécence ! Cessez cette hypocrisie, vous qui vous moquiez de Jean-Luc Mélenchon quand il a été affronter Marine Le Pen à Hénin Beaumont, vous qui vous êtes affolés quand il a approché les 20% dans les sondages avant le premier tour et le traitant de dictateur, de personnage autoritaire, de pro-Poutine et j’en passe, alors que rien ne semblait vous affoler quand Marine Le Pen était donnée à 27% !

Je mets aussi en garde ces hypocrites : à force de nous regarder de haut, de proférer des propos aussi indécents et de nous insulter au travers vos attaques contre Jean-Luc Mélenchon, la colère gronde et plus nombreux sont parmi ses électeurs -mais aussi au delà !- ceux qui définitivement s’abstiendront ou voteront blanc ou nul.

Moi-même, je pense à ce jour voter blanc (voire m’abstenir si la majorité des Insoumis.e.s penche en ce sens). Tout d’abord, qu’on n’aille pas me dire que c’est un vote pour Marine Le Pen. C’est un vote de rejet de l’un et de l’autre. Et puis, pourquoi ne pas prendre au sérieux Emmanuel Macron ? : il a lui-même réaffirmé après le premier tour que le vote pour lui serait un vote pour son programme (et ne doutez pas un instant que plus son résultat sera élevé, plus il s’en réclamera pour justifier de programme !). Quelle différence avec Jacques Chirac en 2002 qui avait tout de suite su évaluer la situation et appeler à voter au second tour non pas pour son programme mais pour la défense de la République (j’ai voté Chirac au second tour de 2002, et j’assume totalement mon choix quelqu’aient été les politiques de la droite par la suite) !

En plus de ce que j’ai écrit ci-dessus sur les différents arguments, je veux souligner la difficulté de comparer des dangers de nature si peu comparables ? Bien sûr, à court terme, le danger majeur est celui du fascisme. Mais à long terme, quel est le danger majeur ? Je suis convaincu que la domination grandissante de la finance mène l’humanité à une catastrophe climatique majeure, à des conflits de grande ampleur, à la montée des nationalismes et des fascismes. Bien sûr, le premier danger est plus visible : nous avons tous en tête les images des horreurs du fascisme. Et, il est plus facile d’éviter les regards des centaines de millions d’enfants dans le dénuement au travers le monde ou des dizaines de milliers de jeunes migrants sur le point de se noyer en Méditerranée. Et le lien de ces images avec la domination de la finance et du néolibéralisme est tellement plus indirect, et donc tellement plus facile à ignorer ! Emmanuel Macron est aujourd’hui le représentant en France de cette oligarchie financière responsable de tant de misères et qui mène notre monde à de telles catastrophes. Un Macron habilement mis en avant pendant des mois par le marketing des médias (qui, en France, appartiennent pour 90% d’entre eux, à 9 milliardaires). Mon opposition à cet homme et à ce système est totale.

Alors, bien sûr, si dans les derniers jours de la campagne, les sondages indiquaient que la nullité de cette marionnette de l’oligarchie financière était telle qu’il risquait de couler, probablement comme beaucoup d’autres, je lui tendrai la main pour lui sortir la tête de l’eau, juste pour faire barrage au danger fasciste. Mais, hors ce cas de figure, pas question de lui accorder ma voix.


Commentaires

Brèves

1er mars 2012 - BREF HOMMAGE A MENDES FRANCE, par François LEDRU

Chez les Ledru, bourgeois catho (comment puis-je être si différent d’eux ?), les gosses (...)

17 août 2009 - SIGNEZ LA PETITION ANTI-BONUS !

Les grands dirigeants du monde prétendent ne rien pouvoir faire dans leur pays contre le retour (...)

25 mai 2008 - NOUS SOMMES ELUS DU PEUPLE, PAS DE SARKOZY : POUR LA DEFENSE DU DROIT DE GREVE : DESOBEISSANCE CIVILE DES ELUS !

Le 15 mai 2008, le président de la République en titre a osé remettre en cause le droit de (...)